Accéder au contenu principal

L'Enfer du Rêve


... Comme le propose Gaston Bachelard dans l'extrait électroacoustique qui ouvre ce billet,  les quatre étudiants qui vont expérimenter le rêve lucide sous la férule du professeur Burns,le feront sans drogue aucune.
Graham Joyce commence son histoire par un prologue, et je défie quiconque de lâcher ce roman après l'avoir commencé. Captivé par cette entrée en matière j'ai lu d'une traite L'Enfer du rêve, luttant contre le sommeil pour le finir (sans rire).

Publié dans la collection Terreur de Pocket, ce court roman de 250 pages inocule lentement mais sûrement une atmosphère angoissante, d'autant plus prégnante que l'auteur anime des personnages qui ne laissent pas indifférents et que la raison pour laquelle Honora, Lee, Ella et Brad sont rattrapés par leur passé ne manque pas d'originalité.
Or donc, si L'Enfer du Rêve est mon premier Graham Joyce, il ne sera pas le dernier !

... Pour terminer laissez-moi vous proposer l'évocation d'un rêve par Jacques Bergier ...

Commentaires

  1. C'est un signe. Entre toi et Pat Marcel, vous vous êtes donné le mot ?

    RépondreSupprimer
  2. Ca tombe bien que ce soit ton premier, c'est aussi le sien! Je conseille "L'intercepteur de cauchemars" et "Mémoires d'un Maître faussaire" (ou "Sorcière ma soeur"), mais en fait, j'adore tous les romans de Joyce que j'ai lu. Il a un chic assez bluffant de nourrir de façon très naturelle le fantastique de ses personnages avec leur vécu.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Massacres à New York [Jack Cannon / Claro]

C'est un « tweet » de J ack C arr (l'auteur de Terminal List ), qui souhaitait un bon anniversaire à N elson D e M ille, qui a aiguisé ma curiosité.  Si j'avais - je crois ? - vu une adaptation cinématographique de l'un des romans de D e M ille ( Le déshonneur d'Ann Campbell ), je n'en avais en revanche jamais lus aucun.  Mon choix s'est donc porté sur L'Île des fléaux , roman disponible à la médiathèque, et premier d'une série dont le personnage principal est un certain John Corey .  Mal m'en a pris.              Je crois que c'est la pire traduction qu'il m'a été donnée de lire. Dès les premières pages on trouve un « détective », des « officiers », en lieu et place d'un inspecteur et d'agents. Un peu plus loin mais guère plus, le traducteur confond le canon d'une arme et son barillet, et cerise sur le gâteau (c'est le cas de le dire), construit une maison en pain d'épices ( gingerbread qui pour le coup a ici l

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er