Accéder au contenu principal

Mission : Extraction


... En revenant de revoir Inception, l'impression d'avoir assisté à la transposition réussie d'un épisode de la série Mission : Impossible sur grand écran se confirmait. Et en relisant l'ouvrage qu'a consacré Martin Winckler à la série télévisée le doute s'amenuisait encore : "Le boulot des agents de L'I.M.F. est un travail de marionnettiste, de prestidigitateur, de baratineur de foire. Plutôt que l'assassinat, la pose d'explosif ou l'empoisonnement crapuleux, Mission : Impossible pratique le bluff, le poker, la grande arnaque."
Rien d'étonnant à ce que les totems de trois des protagonistes d'Inception soient des artefact de jeux. 


"Un épisode de Mission : Imposible est un puzzle : toutes les pièces sont visibles mais, vues dans le désordre (comme nous le montre si justement le générique), elles n'ont aucun sens.". On croirait lire une recension du film de Nolan. D'autre part, quand on sait l'importance de la musique pour Mission : Impossible ; ainsi le générique a-t-il été construit à partir du thème musical et non l'inverse, tout comme un grand nombre de scènes qui ont été montées pour coller au tempo de la musique. Tout comme l'implication de Hans Zimmer sur le film de Christopher Nolan, de fait la musique est un élément inaliénable de l'histoire.
Dream is Collapsing Hans Zimmer

... Le roman est par excellence une machine à générer de l'interprétation nous dit Umberto Eco, un film tel qu'Inception l'est tout autant.


D'ailleurs Dom Cobb en fait la démonstration à Ariadne avec son cercle herméneutique"la compréhension se fait à partir d'un ensemble de précompréhensions et de préjugés structurant la périphérie d'un cercle", comprendre c'est alors assister et participer à la représentation d'un phénomène, comme dans un rêve film.


D'un cercle l'autre, il me semble qu'Inception est aussi une brillante mise en images du labyrinthe envisagé par Gilles Deleuze et Felix Guattari, ou plus précisément du rhizome.

Le rhizome est un réseau fait de telle sorte que chaque chemin peut se connecter à chaque autre chemin. Il n'y a pas de centre, pas de périphérie, pas de sortie parce qu'il est potentiellement infini .....

 

Commentaires

  1. Artemus, un petit commentaire pour te dire - paradoxalement - que chacun de tes articles me laisse sans voix ^^
    Toujours un grand plaisir. Merci !

    RépondreSupprimer
  2. Point de vue intéressant et original.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.