Accéder au contenu principal

Le Pendule de Foucault


... Dans un précédent billet j'ai évoqué brièvement le début de ma lecture du Pendule de Foucault d'Umberto Eco, relatant ainsi plusieurs tentatives de lecture avortées. Alors que se termine la lecture du roman, il devient clair que le premier chapitre auquel je me suis heurté sans succès plusieurs fois, et la lecture somme toute assez fastidieuse de ce roman participe d'un vaste plan orchestré par Umberto Eco lui-même ... 

L'auteur italien reproduit l'une des particularités du sujet de son roman, à savoir les ouvrage dit hermétiques proposant un savoir ésotérique, c'est à dire caché, secret. Le Pendule de Foucault est un roman qu'il faut déchiffrer, une carte qu'il faut défricher. Un roman initiatique.
Mais de quelle initiation parle-t-on ? Une initiation à la magie bien sûr, Le Pendule de Foucault est un véritable Manuel du Castor Junior Magicien.

La conscience magique est une façon particulière de percevoir et d'interagir avec le monde.
Mon expérience personnelle de cet état correspond à un "déclic mental", un sentiment de certitude absolue accompagné d'une modification des perceptions conférant aux échanges avec la réalité une qualité numineuse, étrange, une coloration onirique.
Grant Morrison

Loin d'être ce que j'avais longtemps entendu à son propos, un roman anti-ésotérique, Le Pendule de Foucault est au contraire un véritable vade-mecum relatif à la magie.

S'inspirant de la magie du chaos, dont il reprend la "nébuleuse des hétérodoxies" qui selon Jacques Maître est un ensemble d'éléments disparates ne présentant aucune cohérence systématique entre eux, mais formant toutefois un conglomérat dans une protestation commune contre les savoirs officiels, utilisant le saut de paradigme qui suggère que le système est moins important que la foi que l'on place dans son efficacité, et la gnose ou état de conscience altéré ; Umberto Eco propose à ses lecteurs les aventures de trois hommes bien décidés à faire un acte magique, autrement dit
.. produire un objet ou un effet dans le monde communément reconnu comme réel , à l'aide d'un moyen n'existant que dans l'irréel ( Cf. Bernard Werber)
... Ainsi sans vouloir gâcher votre lecture, laissez-moi vous proposer quelques points communs entre la magie du chaos et le roman. L'un de ses principaux théoriciens, Peter Carroll n'hésite pas à préconiser l'utilisation du COBOL un langage informatique, pour effectuer des rituels. Lorsque l'on connait la part que prend l'ordinateur dans le roman, on comprend mieux. J'ai déjà évoqué la nébuleuse des hétérodoxies commune au roman et à la magie du chaos, ainsi que la gnose, cet état de transe qu'expérimente l'un des personnages dés le début du roman :


Casaubon, le narrateur passera dans ce périscope un moment décisif, par ailleurs vous aurez reconnu ce que l'on appelle plus communément une camera obscura, qui capte les images extérieures et les restitue inversées. Rappelant par-là la Table d'Emeraude célèbre traité alchimique dont la plus célèbre correspondance, connue du plus béotien d'entre nous, dit : Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. On ne saurait mieux commencer un manuel de magie.

Oui, Le Pendule de Foucault est un plaidoyer pour la magie, une magie tel que la pratique ces nouveaux magiciens qui s'inspirant d'Aleister Crowley, d'Austin Spare et de la théorie du Chaos, influencé par le Discordianisme, ces magiciens du Chaos donc pour qui "les croyances sont de simples outils, qu'on est libre d'adopter en vue de la réalisation d'un but, sans qu'on s'intéresse à la question de leur valeur intrinsèque ou de leur adéquation avec la réalité. Les magiciens du Chaos n'hésitent donc pas à invoquer des dieux, des esprits issus d'œuvres de fiction, voire à les inventer à coup de procédés aléatoires." (John Balance cité par Stéphane François).   


... Bien évidement, vous l'avez compris, en plus d'être un manuel de magie, Le Pendule de Foucault est le récit d'une guerre, une guerre magique entre les tenants de l'ordre ancien, héritiers d'une filiation, d'un héritage qui puise ses racines profondément dans le Temps face aux magiciens postmodernes du Chaos.

 SHAZAM !

Commentaires

  1. C'est qui les "magiciens post-modernes du chaos" ? Les mêmes que les nouveaux Dieux d'American Gods ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce sont les "trois mousquetaires" des éditions Garamond.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.