Accéder au contenu principal

The Shadow



•••• Le Shadow est un personnage inventé pour présenter à l'origine, une émission radiophonique. Il migre rapidement dans l'univers des pulp magazines, et en devient l'une des figures de proue. En France ses pulps ont été très peu traduits. Idem pour les bédés qui lui ont été consacrées.


.. un film irrespectueux, [..]
Francis Saint-Martin

Enthousiasmé par l'adaptation cinématographique du Phantom, personnage contemporain du Shadow (mais lui inventé dans les pages de la bande dessinée destinée à la presse (les comic strips), je me suis regardé le film de Russel Mucahy.

Ce dernier, sur un scénario de David Koepp privilégie la piste orientale tant au niveau de la menace que des origines du personnages, et c'est plutôt bien fait. Alec Baldwin s'en sort assez bien, Margo Lane est ravissante et les décors sont somptueux. S'il m'a semblé que l'histoire avait quelques accrocs, l'alchimie entre aventure & humour les gomme avec souplesse.


Un film certes, pas inoubliable, mais très agréable et divertissant. On remarquera au passage que les Djédaï et le Shadow ont certainement reçu le même enseignement.

En parlant d'oubli, permettez-moi d'évoquer la série de Warren Ellis : Planetary. À plusieurs reprise je me suis surpris à penser à son personnage ...

The Spider

Cette impression a été renforcée par cette scène du film ..


.. qui m'a remis en mémoire le numéro 4 de la série, allez savoir pourquoi !


Ceci étant dit, ce film a fait l'objet d'une adaptation BD par l'artiste Mike Kaluta (également présent dans la conception du film), traduite en français chez l'éphémère maison d'éditions Dark Horse France.



- Le soleil est éclatant .....
-  ..... Mais sur la glace ça glisse bien !

Commentaires

  1. De très belles images... Mais l'alchimie ne fonctionne pas. On est trop à la lisière de l'humour "campy" façon Batman westien. Et puis...
    Y a pas l'autogyre !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Le film irait à peu près (on aurait pu se passer de quelques traits d'humour un peu balourds sur la cravate de Shiwan Khan), mais le gros écueil, outre que le scénario s'inspire davantage de la version très révisionniste d'Howard Chaykin (les comics étaient sans doute plus faciles à lire que les pulps, qui comptent moins d'images), c'est qu'Alec Baldwin exhibe un charisme d'endive -- ceci dit sans vouloir froisser les endives, ces mythiques perles du Ch'Nord.

    Alors, entre le héros qui lutte pour le Bien parce qu'il a été conditionné (quel concept follement exaltant!) et son incarnation qui impressionne tout juste la pellicule, le film a un cruel déficit de Shadow. Sinon, les décors sont souvent superbes, et John Lone, avec de meilleurs dialogues, aurait pu être un mémorable Shiwan Khan.

    RépondreSupprimer
  3. prochain arrêt : le Dick Tracy de Warren Beatty ?

    RépondreSupprimer
  4. Dick Tracy, Rocketeer et Darkman ....

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®