Accéder au contenu principal

The Shadow



•••• Le Shadow est un personnage inventé pour présenter à l'origine, une émission radiophonique. Il migre rapidement dans l'univers des pulp magazines, et en devient l'une des figures de proue. En France ses pulps ont été très peu traduits. Idem pour les bédés qui lui ont été consacrées.


.. un film irrespectueux, [..]
Francis Saint-Martin

Enthousiasmé par l'adaptation cinématographique du Phantom, personnage contemporain du Shadow (mais lui inventé dans les pages de la bande dessinée destinée à la presse (les comic strips), je me suis regardé le film de Russel Mucahy.

Ce dernier, sur un scénario de David Koepp privilégie la piste orientale tant au niveau de la menace que des origines du personnages, et c'est plutôt bien fait. Alec Baldwin s'en sort assez bien, Margo Lane est ravissante et les décors sont somptueux. S'il m'a semblé que l'histoire avait quelques accrocs, l'alchimie entre aventure & humour les gomme avec souplesse.


Un film certes, pas inoubliable, mais très agréable et divertissant. On remarquera au passage que les Djédaï et le Shadow ont certainement reçu le même enseignement.

En parlant d'oubli, permettez-moi d'évoquer la série de Warren Ellis : Planetary. À plusieurs reprise je me suis surpris à penser à son personnage ...

The Spider

Cette impression a été renforcée par cette scène du film ..


.. qui m'a remis en mémoire le numéro 4 de la série, allez savoir pourquoi !


Ceci étant dit, ce film a fait l'objet d'une adaptation BD par l'artiste Mike Kaluta (également présent dans la conception du film), traduite en français chez l'éphémère maison d'éditions Dark Horse France.



- Le soleil est éclatant .....
-  ..... Mais sur la glace ça glisse bien !

Commentaires

  1. De très belles images... Mais l'alchimie ne fonctionne pas. On est trop à la lisière de l'humour "campy" façon Batman westien. Et puis...
    Y a pas l'autogyre !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Le film irait à peu près (on aurait pu se passer de quelques traits d'humour un peu balourds sur la cravate de Shiwan Khan), mais le gros écueil, outre que le scénario s'inspire davantage de la version très révisionniste d'Howard Chaykin (les comics étaient sans doute plus faciles à lire que les pulps, qui comptent moins d'images), c'est qu'Alec Baldwin exhibe un charisme d'endive -- ceci dit sans vouloir froisser les endives, ces mythiques perles du Ch'Nord.

    Alors, entre le héros qui lutte pour le Bien parce qu'il a été conditionné (quel concept follement exaltant!) et son incarnation qui impressionne tout juste la pellicule, le film a un cruel déficit de Shadow. Sinon, les décors sont souvent superbes, et John Lone, avec de meilleurs dialogues, aurait pu être un mémorable Shiwan Khan.

    RépondreSupprimer
  3. prochain arrêt : le Dick Tracy de Warren Beatty ?

    RépondreSupprimer
  4. Dick Tracy, Rocketeer et Darkman ....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…