Accéder au contenu principal

The Rock

American Prayer par Jim Morrison (extrait)

Les mythes se pensent dans les hommes à leur insu.
Claude Lévi-Strauss

Comics Parade n° 6
... Dans plusieurs billets antérieurs, j'ai proposé à votre sagacité d'envisager au sein de la série New Gods de Jack Kirby la présence d'un fond mythologique américain (principalement celle générée par l'imagination des Pères Pèlerins face aux Indiens et à ce Mondo Novo) ; dans celui-ci je vais tenter de vous faire découvrir la source de cette inspiration.

... Depuis Norbert Wiener, il est possible d'envisager l'information comme une "composante structurelle de l'univers" : l'information peut alors être considérée comme un processus immatériel, méta-physique n'ayant une existence que par les empreintes de son influence sur la matière (Cf. Yann Minh).
On peut dés lors appliquer à cette "nappe pensante" (Vladimir Vernadski) une grille de lecture mémétique, où le mème est "une unité de transmission de la culture". La mémétique c'est regarder la culture au travers de la théorie de l'évolution de Charles Darwin, avec le filtre égoïste de Richard Dawkins pour qui à l'échelle de la sélection naturelle ce ne sont pas les individus qui utilisent les gènes pour se reproduire mais ces derniers qui se servent des individus pour la même finalité]--> le mème est à la culture ce que le gène est à la nature.
Ce qui nous amène bien évidemment du côté de Dan Sperber pour qui "les phénomènes culturels sont des agencements écologiques de phénomènes psychologiques", et si la science du vivant a ses cryptozoologues, la mémétique n'est pas en reste : C'est donc en cryptoméméticien que j'aborde cet aspect de la série New Gods.

Alcatraz 1969
Si on connait relativement bien le système réplicateur, sélectif et évolutif du mème, on connait moins bien le domaine qui ressort de sa  création, et surtout le mécanisme de son inception (Cf. Miles & Nolan).
... Le 9 novembre 1969 avant l'aube 78 Indiens débarquent sur l'île d'Alcatraz dans la baie de San Francisco pour investir les lieux et occuper "The Rock" (le surnom d'Alcatraz) un lieu maudit, terrible et abandonné qui a longtemps servi de prison fédérale.
Emmené par Richard Oakes (responsable du département des études indiennes au collège d'État de Chicago) et par Grace Thorpe la fille de Jim Thorpe, ce sont finalement 600 Indiens qui vivront sur l'île à la fin du mois de novembre, représentant 50 tribus différentes. Avec ironie ils proposent d'acheter Alcatraz avec des perles de verre et des chiffons de toile rouge, comme l'avaient fait les blancs pour Manhattan. Un an après leur arrivée et malgré la coupures des lignes téléphoniques, de l'électricité et de l'eau un noyau d'irréductibles se trouve encore sur l'île, faisant valoir leurs revendications pour défendre leurs droits. Cette occupation durera 19 mois.(Cf. Une Histoire populaire des Etats-Unis par Howard Zinn)


Si cette stratégie du choc était chez les "Indiens de toutes les tribus" (comme se nommèrent les occupants de l'île), pacifique ; il n'en demeure pas moins qu'elle produisit un effet de saisissement certain au sein de la société américaine des années 70 (La série New Gods commence fin 70, début 1971).

STRATÉGIE DU CHOC

La stratégie du choc consiste à causer un traumatisme qui plonge la population dans un état de choc collectif, "leurs esprits sont (alors) comme des pages vierges sur lesquelles nous pouvons écrire. Dr Cyril J.C. Kennedy & Dr David Anchel (1948) in La Stratégie du Choc Naomi Klein

Cela fut-il suffisant pour réveiller la mémoire philogénétique du continent Nord-Américain ? 
Certainement,cependant un autre évènement eut lieu lors de l'occupation d'Alcatraz, un événement qui nécessitera d'ajouter une corde à notre arc. ..... 

(À suivre .... )

Commentaires

  1. Ouah. Chuis chaud pour la suite, là. Et j'hésitais à me prendre le bouquin d'Howard Zinn mais je crois que ça y est, il va passer sur ma liste de cadeaux pour Noël !

    RépondreSupprimer
  2. Intéressante réutilisation de la théorie de la stratégie du choc de Naomi Klein sur cet évènement.
    La stratégie du choc était présentée dans son livre comme l'arme des dictatures et des puissants, reprises plus tardivement par les activistes. Je ne me souviens pas qu'elle avait daté ce basculement de la fin des années 60 comme tu le fais mais ça me semble tenir debout :)

    RépondreSupprimer
  3. En fait la stratégie du choc date des traitements effectués par électrochocs (fin des années 40). Au début des années 50, la CIA s'intéresse au sujet. La première expérience "grandeur nature" a lieu au Chili en 1973 avec les Chicago Boys en arrière plan.

    RépondreSupprimer
  4. Je sais, j'ai lu le bouquin :)
    Je parlais surtout du fait d'avoir ce retournement qui fait que la stratégie du choc peut être utilisée aussi bien par les oppressés qu'elle l'a été à l'origine par les oppresseurs.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…