Accéder au contenu principal

Abattoir 5

... Bien que connaissant depuis longtemps Kurt Vonnegut, c'est grâce à une magnifique série télévisée (The Unusuals) que je me suis mis à le lire. 


Loué soit Bokonon !

Maman disait, "La vie c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.
Forrest Gump

Or donc l'Abattoir 5  dont je vais vous parler est la transposition à l'écran du roman éponyme de Kurt Vonnegut, réalisé par Walter George Roy Hill et qui a raflé un prix à Cannes en 1972.

Ce film est une enigme pour moi, alors que son épicentre est le bombardement de Dresde, que l'on y meurt beaucoup, il engendre un optimisme à nul autre pareil et une joie de vivre absolument indécente.


Il faut dire que la vie de Billy Pilgrim (pilgrim = pèlerin) est pour le moins chaotique, sachez toutefois que la pierre angulaire de son existence est probablement sa rencontre avec les Tramalfadoriens et que, ceci étant, la narration d'Abattoir 5 est un petit bijou de déstabilisation.



On ne s'ennuie pas une minute, occupé à suivre les pérégrinations de Billy, souvent estomaqué par ce qui lui arrive ou aux gens de son entourage. Le décès de son épouse est particulièrement réussi. Paix à son âme.

Après avoir vu cet excellent film, je vais certainement par ailleurs lire la mini série de BD Captain America Renaissance dont on ma dit qu'elle s'inspirait sérieusement du roman de Vonnegut, ouvrage que je me propose de lire ensuite justement. Je vais en quelque sorte me la jouer à la Billy Pilgrim.


Pour terminer, j'aimerais vous proposer un extrait d'un cours de Gilles Deleuze sur Leibniz, extrait qui éclaire avec un limpidité aveuglante "l'état" des Tramalfadoriens, les extraterrestres dont Billy va faire la connaissance, un genre de proto-spectateurs de M6 pour vous donner une idée.



Commentaires

  1. (pssissst... une petite erreur à corriger, artie... le real', c'est pas walter... c'est george roy...)
    (mais comme l'aurait écrit Kurt dans abattoir 5 : c'est la vie :))

    RépondreSupprimer
  2. Merci, tu as l'œil plus perçant que celui d'un chat d'Iran petit patapon.

    RépondreSupprimer
  3. Confondre Walter et George Roy... C'est un préjudice extrême. ^^
    Je me rappelle avoir vu ce film sur Canal, au début des années 80. Une histoire déconstruite, à la façon de Pulp Fiction, mais bien avant la lettre... Un imbroglio temporel dont le message pourrait être le leitmotiv du Cercle des Poètes disparus, Carpe Diem.

    RépondreSupprimer
  4. je reste aussi un gros fan d'une autre adaptation de Vonnegut : le Breakfast des Champions, avec Nick Nolte (en travelo qui a du mal à s'assumer) et Bruce Willis (en concessionnaire auto d'occasion particulièrement dépressif).

    RépondreSupprimer
  5. Tous les temps sont présents en même temps. le film est superbe, par sa peinture de la guerre et de sa stupidité, j'ai été très émue et ne ressent pas comme toi d'optimisme à la fin du film mais un ardent désir de lire le bouquin, et un certain malaise. Anyway je serais ravie d'avoir votre avis sur ma critique http://silverparticules.blogspot.com/2011/02/slaughterhouse-5-abattoir-5.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…