Accéder au contenu principal

Abattoir 5

... Bien que connaissant depuis longtemps Kurt Vonnegut, c'est grâce à une magnifique série télévisée (The Unusuals) que je me suis mis à le lire. 


Loué soit Bokonon !

Maman disait, "La vie c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.
Forrest Gump

Or donc l'Abattoir 5  dont je vais vous parler est la transposition à l'écran du roman éponyme de Kurt Vonnegut, réalisé par Walter George Roy Hill et qui a raflé un prix à Cannes en 1972.

Ce film est une enigme pour moi, alors que son épicentre est le bombardement de Dresde, que l'on y meurt beaucoup, il engendre un optimisme à nul autre pareil et une joie de vivre absolument indécente.


Il faut dire que la vie de Billy Pilgrim (pilgrim = pèlerin) est pour le moins chaotique, sachez toutefois que la pierre angulaire de son existence est probablement sa rencontre avec les Tramalfadoriens et que, ceci étant, la narration d'Abattoir 5 est un petit bijou de déstabilisation.



On ne s'ennuie pas une minute, occupé à suivre les pérégrinations de Billy, souvent estomaqué par ce qui lui arrive ou aux gens de son entourage. Le décès de son épouse est particulièrement réussi. Paix à son âme.

Après avoir vu cet excellent film, je vais certainement par ailleurs lire la mini série de BD Captain America Renaissance dont on ma dit qu'elle s'inspirait sérieusement du roman de Vonnegut, ouvrage que je me propose de lire ensuite justement. Je vais en quelque sorte me la jouer à la Billy Pilgrim.


Pour terminer, j'aimerais vous proposer un extrait d'un cours de Gilles Deleuze sur Leibniz, extrait qui éclaire avec un limpidité aveuglante "l'état" des Tramalfadoriens, les extraterrestres dont Billy va faire la connaissance, un genre de proto-spectateurs de M6 pour vous donner une idée.



Commentaires

  1. (pssissst... une petite erreur à corriger, artie... le real', c'est pas walter... c'est george roy...)
    (mais comme l'aurait écrit Kurt dans abattoir 5 : c'est la vie :))

    RépondreSupprimer
  2. Merci, tu as l'œil plus perçant que celui d'un chat d'Iran petit patapon.

    RépondreSupprimer
  3. Confondre Walter et George Roy... C'est un préjudice extrême. ^^
    Je me rappelle avoir vu ce film sur Canal, au début des années 80. Une histoire déconstruite, à la façon de Pulp Fiction, mais bien avant la lettre... Un imbroglio temporel dont le message pourrait être le leitmotiv du Cercle des Poètes disparus, Carpe Diem.

    RépondreSupprimer
  4. je reste aussi un gros fan d'une autre adaptation de Vonnegut : le Breakfast des Champions, avec Nick Nolte (en travelo qui a du mal à s'assumer) et Bruce Willis (en concessionnaire auto d'occasion particulièrement dépressif).

    RépondreSupprimer
  5. Tous les temps sont présents en même temps. le film est superbe, par sa peinture de la guerre et de sa stupidité, j'ai été très émue et ne ressent pas comme toi d'optimisme à la fin du film mais un ardent désir de lire le bouquin, et un certain malaise. Anyway je serais ravie d'avoir votre avis sur ma critique http://silverparticules.blogspot.com/2011/02/slaughterhouse-5-abattoir-5.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.