Accéder au contenu principal

Mission : Extraction


... En revenant de revoir Inception, l'impression d'avoir assisté à la transposition réussie d'un épisode de la série Mission : Impossible sur grand écran se confirmait. Et en relisant l'ouvrage qu'a consacré Martin Winckler à la série télévisée le doute s'amenuisait encore : "Le boulot des agents de L'I.M.F. est un travail de marionnettiste, de prestidigitateur, de baratineur de foire. Plutôt que l'assassinat, la pose d'explosif ou l'empoisonnement crapuleux, Mission : Impossible pratique le bluff, le poker, la grande arnaque."
Rien d'étonnant à ce que les totems de trois des protagonistes d'Inception soient des artefact de jeux. 


"Un épisode de Mission : Imposible est un puzzle : toutes les pièces sont visibles mais, vues dans le désordre (comme nous le montre si justement le générique), elles n'ont aucun sens.". On croirait lire une recension du film de Nolan. D'autre part, quand on sait l'importance de la musique pour Mission : Impossible ; ainsi le générique a-t-il été construit à partir du thème musical et non l'inverse, tout comme un grand nombre de scènes qui ont été montées pour coller au tempo de la musique. Tout comme l'implication de Hans Zimmer sur le film de Christopher Nolan, de fait la musique est un élément inaliénable de l'histoire.
Dream is Collapsing Hans Zimmer

... Le roman est par excellence une machine à générer de l'interprétation nous dit Umberto Eco, un film tel qu'Inception l'est tout autant.


D'ailleurs Dom Cobb en fait la démonstration à Ariadne avec son cercle herméneutique"la compréhension se fait à partir d'un ensemble de précompréhensions et de préjugés structurant la périphérie d'un cercle", comprendre c'est alors assister et participer à la représentation d'un phénomène, comme dans un rêve film.


D'un cercle l'autre, il me semble qu'Inception est aussi une brillante mise en images du labyrinthe envisagé par Gilles Deleuze et Felix Guattari, ou plus précisément du rhizome.

Le rhizome est un réseau fait de telle sorte que chaque chemin peut se connecter à chaque autre chemin. Il n'y a pas de centre, pas de périphérie, pas de sortie parce qu'il est potentiellement infini .....

 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un