Accéder au contenu principal

Castle

... Castle est un auteur de romans policiers à succès, cette réussite lui a bien entendu ouvert des portes dont celle de la criminelle grâce à un concours de circonstances qui constitue le contenu du premier épisode de la série télévisée éponyme.


Si le duo dans le monde de la série policière n'est pas nouveau que ce soit dans les rues de Miami ou celle de San Francisco, voire celles de Londres ; la composition du couple est une alchimie complexe.

Kate Beckett & Richard Castle font partie de ceux qui marchent très bien. Nathan Fillion en écrivain plein d'imagination et éternel adulescent est vraiment excellent. 
C'est la très séduisante Stana Katic qui prête ses traits et son dynamisme au lieutenant Kate Beckett, officier de police, muse de Richard Castle voire plus si affinités.
Si l'alchimie d'un duo est une donnée incontournable pour assurer la pérennité de n'importe quelle série télévisée qui repose sur cette idée, lorsqu'il s'agit d'animer un couple où le sentiment amoureux joue un rôle, cela devient du grand art. 
Ainsi des tensions peuvent-elle naître, d'autant plus facilement lorsqu'il s'agit de vivre des aventures où les cadavres sont monnaie courante. 

Heureusement notre duo de choc peut compter sur une brochette de coéquipiers extrêmement compétents. Au même titre que la série peut s'appuyer sur une équipe de seconds rôles de qualités. C'est d'ailleurs l'une des forces de la série.
L'autre ressource, et non des moindres c'est de ficeler des scénarios qui tentent, et réussissent souvent, de surprendre le téléspectateur. En jouant sur l'histoire elle-même, et plus précisément son dénouement ; sur la narration ou encore en s’appuyant sur des contextes étonnants voire propices aux situations loufoques.
Si Richard Castle est un atout non négligeable dans la réussite des enquêtes que mènent des officiers de la Criminelle avec qui il fait équipe, c'est aussi un puits de connaissances en terme de culture populaire ; des connaissances qui déteignent sur certaines enquêtes au point de les faire ressembler à un épisode de série télévisée. Quand ce n'est pas justement l'actrice qui doit jouer Nikki Hard, le personnage imaginé par Castle dont le modèle est Kate Beckett, qui s'invite dans une enquête. Vertige en perspective pour l'un des mes épisodes favoris (S03-E11). Vertige également lorsque Richard Castle se déguise en "cow-boy de l'espace" ce qui ne peut que nous rappeler, et pour cause, le rôle de Nathan Fillion dans la série Firefly.  
Tous ces ingrédients apportent à Castle tout ce qu'il faut pour en faire une jolie réussite télévisuelle. Et tenez-vous bien, c'est le cas !

Commentaires

  1. CONTENT DE TE LIRE à nouveau un peu plus souvent, tu aurais également pu parler du mémorable épisode sur les super héros et aussi celui avec michel connely et steven j canell comme partenaires de poker de castle. j' ai découvert castle par hasard. pas annoncé en grandes pompes car pas révolutionnaire; mais du coup on finit par s' y attacher ( contrairement à une série ultra vénérée comme les sopranos auquel j' ai jamais accroché ) un peu comme psych, enqueteur malgré lui mon autre série fétiche du moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je suis content de ton passage.

      Pour les épisodes c'est vrai que j'aurais pu en citer plus, mais j'ai fait le choix de laisser tant que faire se peut, un part de surprise à l'éventuel nouveau spectateur. [-_ô]

      Supprimer
  2. je passe tout les jours en fait, désolé de ne pas laisser un message à chaque fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ! tu vas pas t'excuser non plus. [-_ô]

      Supprimer
  3. au taquet depuis lundi dernier depuis que j' ai aperçu la toile euristique dans les bandes- annonces qui ont suivi la diffusion de la première partie du double épisode PANDORE ( je suppose que tout ça a un rapport avec la fameuse ré-invention, nouvelle direction de la série dont tu parlais dans ton deuxième post sur la série ? )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.