Accéder au contenu principal

Tower Prep

Il est rare de découvrir une idée totalement nouvelle, et ce depuis déjà pas mal de temps. L'inédit, l'inouï est en voie de disparition ; dés lors il devient évident que ce n'est pas l'art d'un alphabet nouveau qu'il nous faut attendre mais plutôt des combinaisons nouvelles de mots anciens.
Il en est ainsi de la série télévisée Tower Prep.
Conçue par Paul Dini, Tower Prep apparaît comme un ensemble résultant de la combinaison de la série de Patrick McGoohan Le Prisonnier, à laquelle on aurait ajouté Le Caméléon (alias Jarod) plus un soupçon d'Apocalypse Now pour la version adolescente d'un colonel Kurtz.
Or, donc Tower Prep est une école pour des adolescents ayant des aptitudes hors du commun : l'un est doué d'hypersuasion, un autre de préflexe (le préflexe est au réflexe ce que le proactif est au réactif), un autre d'une vision microscopique, etc.... Certaines prédispositions prêtent à sourire ; ainsi ce jeune homme capable de lire L’Odyssée en quelques secondes mais incapable d'en faire un résumé sinon en émettant un borborygme ; restitution hyper-rapide de ce qu'il vient de lire tout aussi rapidement. 
Je recommande par ailleurs l'épisode dans lequel se déroule cette scène à tous les amateurs de la théorie sur Le Héros aux Mille Visages de Joseph Campbell  
L'incontournable toile euristique
Si l'école, le collège voir le lycée sont des endroits où nombre d'entre nous ne désirent pas être, Tower Prep exacerbe ce souhait en ce sens que les élèves ont été kidnappés, et qu'il sont maintenant coupés du monde. Entraînés à développer leurs aptitudes singulières dans un but inconnu.
Si d'aucuns semblent se satisfaire de la situation, ce n'est pas le cas du jeune Archer qui dés son arrivée - avec laquelle débute la série - n'aspire qu'à s'évader. Il apprendra rapidement qu'il n'est pas le seul.
Le plan du Village de l'école
Gnomes (des garde-chiourmes entre le robot et le ninja) , ordinateur capable de rêver, buffer (une crosse sur patin à roulettes), souterrains, expérimentation en tout genre sur des cobayes humains, fraternité étudiante secrète (Les Freux) ; l'environnement créé pour la série est très riche et générateur de possibilités (finement exploitées).
Un membre des Freux
Si Tower Prep est clairement un programme qui s'adresse en premier lieu aux adolescents, il a réussi tout aussi franchement à me captiver (et j'ai dépassé l'adolescence depuis un bon moment).
Une distribution de qualité incarnant des personnages bien écrits, des situations surprenantes et habilement menées, du suspense, bref tout ce qui peut captiver l'amateur d'aventures.
Mais Tower Prep est aussi une série en totale tenségrité c'est-à-dire stabilisée par la distribution et l'équilibre des forces contraires : ici les aspirations adolescentes (en tant que spectateurs) et le savoir des adultes (également en tant que spectateurs). Cet équilibre de la série est  bien entendu aux antipodes de ce qui se déroule dans la série elle-même, puisque cette opposition est le moteur de l'histoire. 
... Toujours est-il que mes goûts semblent être à l'opposé de ceux des décideurs de Cartoon Network puisque Tower Prep n'aura connu qu'une seule excellente saison de treize épisodes. 
Une saison qui mérite largement le détour, croyez-moi.                  

Commentaires

  1. Ca fait envie : je n'avais tout simplement jamais entendu parler de cette série...

    Photonik

    RépondreSupprimer
  2. Pareil...je ne connaissais pas du tout. Va falloir que je me trouve ça.
    Merci pour la découverte, Arty !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n' y a pas de quoi, et merci d'être passé tovarich !

      Supprimer
  3. Dis-moi, Artie... si on mate la série en entier, on arrive à une fin d'histoire satisfaisante ou bien ça se termine en jus de boudin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Satisfaisant non du point de vue de la résolution des différentes intrigues, d'autant que la fin de saison est un cliffhanger. Mais la qualité de l'ensemble permet de faire passer la pilule.

      Supprimer
    2. super serie mais malheuresement comme beaucoup de serie on reste sur sa fain car il y a ^pas de suite domage

      Supprimer
  4. "Ce n'est pas l'art d'un alphabet nouveau qu'il nous faut attendre mais plutôt des combinaisons nouvelles de mots anciens." ... brillant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais il me semble que c'est Michel Onfray qui a dit ça (ou quelque chose d'approchant) dans une de ses conférences. [-_ô]

      Supprimer
  5. Donc il n'y aura vraiment pas de suite ? Je viens tout juste de finir la première saison en espérant qu'il y aurait une seconde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de nouvelle saison à ma connaissance.

      Supprimer
  6. Si il n'y a qu' une saison sa va gacher l'histoire puisqu'à la fin de la saison 1 ils passent de l'autre coté du mur invisible et whisper leurs dit qu'ils passent à la deuxième étape pour s'évader de tower prep donc jusqu'a aujourd'hui j'étais convaincu qu'il y aurait une deuxième saison mais là je suis totalement déçus car j'avais vraiment envie de connaitre la suite de cette histoire très bien écrite d'aileurs.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.