Accéder au contenu principal

Tommy Taylor and the ship that sank twice


••• Le pitch est assez simple : Il était une fois Alan Milne, le créateur de Winnie l'Ourson, qui disparaît en laissant seul son fils Christopher Milne. Ce fils dont il s'est inspiré pour créer le personnage de Christopher Robin, le jeune héros de ses romans à succès, romans peuplés des propres peluches de son fils.   
Une série de romans au succès phénoménal, qui s'est interrompu au 13ème tome sur un cliffhanger insoutenable.
Depuis, le jeune homme ne fait pas grand-chose d'intéressant de sa vie à part capitaliser sur sa célébrité en faisant des tournées de dédicaces et des interventions lors de conférences dédiées au personnage inventé par son père.
Jusqu'au jour où, lors de l'une de ces conférences, son identité est mise en doute :
Est-il bien celui qu'il dit être ?
Ou se peut-il qu'il soit réellement le personnage des romans, et qu'il se serait échappé des pages des livres ?
« Unwritten est en quelques sorte une méta-fiction, une histoire sur les histoires. Ça nous va. Mais on ne veut pas être mis dans la même catégorie que ces textes où les lois de cause et de conséquence sont jetées par la fenêtre et où finalement rien ne compte car "c'est juste une histoire".
Notre thème est : comment les histoires se forment et ont un impact sur le monde, comment et a quel point la réalité est fragile face à une très bonne narration. Donc beaucoup de nos personnages sont des conteurs, et d'autres se sont retrouvés avec des histoires lancées sur eux.
»
   Mike Carey in SCARCE #74
Les vrais Tigrou, Grand Gourou, Winnie, Bouriquet & Porcinet 
Maintenant, à la place de Christopher Robin mettez un jeune sorcier adolescent avec des lunettes, sosie de Timothy Hunter, et répondant au nom de Tommy Taylor (et à la place de Christopher Milne mettez Tom Taylor son alter ego réel (?)).
Remplacez Alan Milne par Wilson Taylor, ainsi que Winnie, Tigrou, Bouriquet etc.  par la jeune Sue Sparrow, son ami Peter Price et le chat ailé Mingus ; vous aurez alors le point de départ de la série The Unwritten, sous-titrée en français "Entre les lignes". 
Une série créée sous le label Vertigo de l'éditeur DC Comics par Mike Carey & Peter Gross justement dessinateur de The Books of Magic où apparaît Timothy Hunter.

Après cette rencontre avec Lizzie Hexam qui met à mal son identité, Tom Taylor va alors se rendre à la villa Diodati en Suisse, dernier lieu connu où a séjourné son père, et maison qui en 1816 a abrité Lord Byron, Mary Shelley, Percy Shelley et John Polidori. 
C'est lors de ce week-end pluvieux de 1816 que furent rédigés Frankenstein, premier roman de science-fiction et The Vampyre ; incidemment le pire ennemi de Tommy Taylor dans les romans de Wilson Taylor est lui aussi un vampire le comte Ambrosio
Jérémy Manesse qui a traduit en français les deux premiers recueils (n°01 à 05, et 06 à 12) en 2011 pour l'éditeur Panini, a expliqué que The Unwritten faisait probablement référence selon lui, à ce qui n'est pas dit explicitement dans les livres en général, à tout ce qui est sens caché, à tout ce qui est laissé à l'imagination du lecteur : d'où le sous-titre qu'il a choisi Entre les lignes.

Dans cette optique, ce unwritten me fait penser à la théorie de l'iceberg selon Ernest Hemingway (circa 1920).
Hemingway a décidé de prendre le contre-pied de la tradition littéraire d'alors, de la méthode dite naturaliste où, les auteurs, poussés par leur souci d'objectivité à décrire la réalité dans une optique béhavioriste, clinique, accumulaient les détails concrets, extérieurs ; laissant aux lecteurs le soins d'inférer les émotions des personnages et de réagir eux-mêmes à ces stimulis.  
Mais pour Hemingway, qui veut aussi être objectif le tri est nécessaire.
L'omission systématique, la compression des détails sont aussi nécessaires et naturelles à la littérature que la partie cachée de l'iceberg est nécessaire à sa stabilité, et à l'existence même de la partie visible au-dessus de l'eau. 
C'est cet équilibre qui me semble-t-il a été perturbé lorsque Tom Taylor, poussé par les questions de Lizzie Hexam tente d'en savoir plus sur lui.
Ou peut-être tout cela était-il déjà en cours ? 
Depuis fin 2011, aucune traduction de cette série n'a paru et je me demande s'il y en aura une, et quand ?
Après avoir rongé mon frein durant tout ce temps, j'ai sauté le pas et profité de la parution outre-Atlantique du graphic novel (c'est-à-dire l'équivalent d'un album pensé comme tel, et non la compilation de numéros paru initialement par exemple sur un rythme mensuel) Tommy Taylor and the ship that sank twice pour renouer avec la série, mais cette fois-ci en V.O.
160 pages dont j'avais vu quelque part qu'elles étaient un bon point de départ pour un nouveau lecteur, ce que je ne suis pas vraiment, mais j'avais un peu d'appréhension à relire les douze premiers numéros, allez savoir pourquoi !  

Cet album est en quelque sorte une prequel à la série ; elle offre en parallèle une aventure de Tommy Taylor qui rappellera les aventures d'un autre célèbre jeune sorcier et la création par Wilson Taylor de son personnage alors qu'en même temps sa "compagne" est enceinte et va donner naissance à Tom Taylor son fils.
Ce récit mêle avec talent l'humour, les quiproquos, l'horreur, une réflexion sur la création, l’amitié, le courage, bref c'est une histoire tout simplement magnifique.
Une histoire qui ne peut que donner envie de lire la série et/ou de s'y replonger.
Requin Ludovicien

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…