Accéder au contenu principal

Frankenstein agent of S.H.A.D.E

••• Les numéros 1 à 4 de Frankenstein agent of S.H.A.D.E forment une seule histoire, qui présente Frankenstein et son équipe, face à un adversaire qui se révélera pour le moins étonnant.
Si l'histoire est somme toute peu originale, son « décor » l'est davantage. J'entends par-là que le scénariste Jeff Lemire y soigne les détails : le QG de l'équipe, l’ennemi donc, le contexte où il apparaît et d'où il vient, tout cela est travaillé pour donner une impression d'inquiétante étrangeté (fort réussie). Dès les premiers numéros une dynamique se dessine immédiatement au sein de l'équipe grâce à une caractérisation efficace, une équipe dont le scénariste a le bon goût de soigner les protagonistes qui sortent des sentiers battus. Pour le moins.
En outre, si l'histoire est assez glauque, toutes choses égales par ailleurs, l'humour n'en est pas absent ; à la fois comme je l'ai laissé entendre, dans les relations des personnages entre eux, mais aussi dans les situations dans lesquelles ils se trouvent. Voir par exemple les deux scientifiques utiliser une arme mortel pour écrabouiller de l'extraterrestre comme s'il s'agissait d'un jeu vidéo est assez amusant.
Le numéro #5 fonctionne comme un 5.2, et c'est un crossover avec une autre série du New 52 de DC Comics : la série OMAC (dont le #5 fonctionne ici comme un 5.1).

Or donc, ce qui pourrait n'être donc qu'une opération commerciale ou de promotion inter-titres se traduisant par une distribution de bourres-pifs, est plutôt joliment utilisé par Jeff Lemire pour l'une des intrigues (qui se révélera essentielle) du #7.

OMAC #5
Un 7ème numéro qui rappellera des souvenirs à certains lecteurs, et à certains spectateurs.
Dans le #8 Lemire nous rappel que Ray Palmer n'est pas qu'un scientifique, et le recueil se termine sur un sacré cliffhanger, dont le boutefeu vient donc du crossover déjà cité, avec OMAC.
Pas mal !
Non ce n'est pas le cliffhanger
Si j'ai dit beaucoup de bien de Jeff Lemire (que j'avais d'ailleurs déjà beaucoup apprécié sur la courte série Superboy), Alberto Ponticelli livre un remarquable travail, qui donne l’atmosphère adéquate aux histoires du scénariste.
Pour preuve lorsque Walden Wong encre Ponticelli sur le #8, l'ambiance y perd pas mal :

Walden Wong à l'encrage
Walden Wonng livre un travail trop « propre », trop lisse, d'autant que le pli était pris avec l'ambiance donnée par Ponticelli.
Une ambiance qui doit aussi beaucoup aux couleurs de José Villarrubia.

Un excellent travail du lettreur Pat Brosseau achève de faire de ce titre un incontournable [-_ô], dont les couvertures sont signées J. G. Jones (sans oublier les décors qui sont de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell).

       S'il paraît peu probable de rencontrer aujourd'hui un lecteur qui ne fasse la comparaison avec Hellboy, la lecture assidue de Frankenstein agent of S.H.A.D.E montre que Jeff Lemire a pris un heureux contre-pied par rapport à la création de Mike Mignola, en lui donnant une orientation (pour l'instant) qui tient plus de la SF que du fantastique.
Ici don pas de fantastique, ni de science occulte mais de la science-fiction. Toutefois la frontière est mince comme vous pourrez le lire si d'aventure vous tenter cette série.

Ce qui est somme toute normal, si je puis dire en regard de l'inspiration, puisque le roman de Mary Shelley n'est rien de moins que le premier roman de science-fiction de la littérature.

Ceci dit, ce n'est pas du flan lorsque je dis que le cliffhanger donne furieusement envie de lire la suite.
Ça tombe bien puisque je l'ai justement avec moi.

See you soon !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…