Accéder au contenu principal

Frankenstein agent of S.H.A.D.E

••• Les numéros 1 à 4 de Frankenstein agent of S.H.A.D.E forment une seule histoire, qui présente Frankenstein et son équipe, face à un adversaire qui se révélera pour le moins étonnant.
Si l'histoire est somme toute peu originale, son « décor » l'est davantage. J'entends par-là que le scénariste Jeff Lemire y soigne les détails : le QG de l'équipe, l’ennemi donc, le contexte où il apparaît et d'où il vient, tout cela est travaillé pour donner une impression d'inquiétante étrangeté (fort réussie). Dès les premiers numéros une dynamique se dessine immédiatement au sein de l'équipe grâce à une caractérisation efficace, une équipe dont le scénariste a le bon goût de soigner les protagonistes qui sortent des sentiers battus. Pour le moins.
En outre, si l'histoire est assez glauque, toutes choses égales par ailleurs, l'humour n'en est pas absent ; à la fois comme je l'ai laissé entendre, dans les relations des personnages entre eux, mais aussi dans les situations dans lesquelles ils se trouvent. Voir par exemple les deux scientifiques utiliser une arme mortel pour écrabouiller de l'extraterrestre comme s'il s'agissait d'un jeu vidéo est assez amusant.
Le numéro #5 fonctionne comme un 5.2, et c'est un crossover avec une autre série du New 52 de DC Comics : la série OMAC (dont le #5 fonctionne ici comme un 5.1).

Or donc, ce qui pourrait n'être donc qu'une opération commerciale ou de promotion inter-titres se traduisant par une distribution de bourres-pifs, est plutôt joliment utilisé par Jeff Lemire pour l'une des intrigues (qui se révélera essentielle) du #7.

OMAC #5
Un 7ème numéro qui rappellera des souvenirs à certains lecteurs, et à certains spectateurs.
Dans le #8 Lemire nous rappel que Ray Palmer n'est pas qu'un scientifique, et le recueil se termine sur un sacré cliffhanger, dont le boutefeu vient donc du crossover déjà cité, avec OMAC.
Pas mal !
Non ce n'est pas le cliffhanger
Si j'ai dit beaucoup de bien de Jeff Lemire (que j'avais d'ailleurs déjà beaucoup apprécié sur la courte série Superboy), Alberto Ponticelli livre un remarquable travail, qui donne l’atmosphère adéquate aux histoires du scénariste.
Pour preuve lorsque Walden Wong encre Ponticelli sur le #8, l'ambiance y perd pas mal :

Walden Wong à l'encrage
Walden Wonng livre un travail trop « propre », trop lisse, d'autant que le pli était pris avec l'ambiance donnée par Ponticelli.
Une ambiance qui doit aussi beaucoup aux couleurs de José Villarrubia.

Un excellent travail du lettreur Pat Brosseau achève de faire de ce titre un incontournable [-_ô], dont les couvertures sont signées J. G. Jones (sans oublier les décors qui sont de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell).

       S'il paraît peu probable de rencontrer aujourd'hui un lecteur qui ne fasse la comparaison avec Hellboy, la lecture assidue de Frankenstein agent of S.H.A.D.E montre que Jeff Lemire a pris un heureux contre-pied par rapport à la création de Mike Mignola, en lui donnant une orientation (pour l'instant) qui tient plus de la SF que du fantastique.
Ici don pas de fantastique, ni de science occulte mais de la science-fiction. Toutefois la frontière est mince comme vous pourrez le lire si d'aventure vous tenter cette série.

Ce qui est somme toute normal, si je puis dire en regard de l'inspiration, puisque le roman de Mary Shelley n'est rien de moins que le premier roman de science-fiction de la littérature.

Ceci dit, ce n'est pas du flan lorsque je dis que le cliffhanger donne furieusement envie de lire la suite.
Ça tombe bien puisque je l'ai justement avec moi.

See you soon !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …