Accéder au contenu principal

Alan Moore dans STRANGE

.... Dimanche 10 septembre, je commence ce matin le chapitre 26, intitulé « Battre la campagne » (Round the Bend en v.o),  lequel est « déidifié à Lucia Joyce (la faille de James Joyce, qui vécrut une trenthaine d’années à l’asile de Notrethampton), le langrage subit des défolmations épissadiques » :
Lucia Joyce
Rêveillée, Lucia salève au primé rayson du célœil. Salon lavis des médechiens et gratte-malades, el aède toute évidanse un mystoire, mais fossile à résourde, du monument quelle avalanche ses merdoques à heurts frixes. Son rêveil de jouir est commune rinsurrection, une babible balbusciente qui s’ébrouite dans l’éplis du somne, clapitant et agîteux, pour salouvrir à l’haureur. Réclusée lancette ensainte, el sextirpe enfaim à la vasissante de son limonde, s’endéverse d’un douloir à l’hautre puits trouverse le jourdin jusqu’eau rêvérectoir pour prondre une mordeste collution. El presste ses peaumes cancre ses horreilles pour arrâter les hidieutes lamenstrations et pitueuses suppliciations de ce vaspe enfouithéâtre. Étandis que pestempent ses colibêtes, el fuit ce Re-père de Destriction et entrâme son pâlegrimage quantidieux vers la rudemption ou la Ceinte Mer ; vers l’espar, la nuit transfurieuse.
Versant l’œuf confuit dans sa tête brouillée, el sange une frois déplusse à son peaussé. Conceptionnée à Triste au siocle et l’an plus sept, naquittée dans les bris marinés d’un mande hordineux, el sévi refusler le sacrosein matermiel. Pas la méondre goutlaite de Nora pour el, ninon. La souce à tété tarite par Giorge, qui passa sa vita à nichonner d’un pis-à-lait à l’autre. Il l’ave môme détroussie dans le cueur de Noreur, étang la brummelle décès ïeux ; el le caïnait sangcesse, sœurde aux abels découplets de sa fille. Lui quatarzan, et Lucia ni plus nidix. Ils s’ombilichaient saoulé drahs laqueutés et transluciens ogré des meublaids se sourcédant, le pipa parti quelqueue port pour écrister et la mama athérée, insouchiante, son peau dèchombre en piremenace sur la tabule lisstant des nainbes de rondeperles sur le verniais. Le dragon de Giorgio s’endressait à elle, s’extripant des bruissons touffumeux en la ménélassant de sa crétête, pendant que Mouman sourifiait bâtement, rassise, lait-sang le gramin se lévrier à ses puttites aventourbes, un siphon fend fend, le temps fend. [.....]

Traduction de Claro

.... Et maintenant quelque chose de complémentent différent, un entretien paru (en 2011) dans le numéro 349 de la revue STRANGE (Organic Comix) , conduit par Jean-Emmanuel Deluxe & Jean Depelley (l'auteur de la très belle biographie consacrée à Jack Kirby, et éditée par Neofelis, en 2 tomes) :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er