Accéder au contenu principal

Alan Moore dans STRANGE

.... Dimanche 10 septembre, je commence ce matin le chapitre 26, intitulé « Battre la campagne » (Round the Bend en v.o),  lequel est « déidifié à Lucia Joyce (la faille de James Joyce, qui vécrut une trenthaine d’années à l’asile de Notrethampton), le langrage subit des défolmations épissadiques » :
Lucia Joyce
Rêveillée, Lucia salève au primé rayson du célœil. Salon lavis des médechiens et gratte-malades, el aède toute évidanse un mystoire, mais fossile à résourde, du monument quelle avalanche ses merdoques à heurts frixes. Son rêveil de jouir est commune rinsurrection, une babible balbusciente qui s’ébrouite dans l’éplis du somne, clapitant et agîteux, pour salouvrir à l’haureur. Réclusée lancette ensainte, el sextirpe enfaim à la vasissante de son limonde, s’endéverse d’un douloir à l’hautre puits trouverse le jourdin jusqu’eau rêvérectoir pour prondre une mordeste collution. El presste ses peaumes cancre ses horreilles pour arrâter les hidieutes lamenstrations et pitueuses suppliciations de ce vaspe enfouithéâtre. Étandis que pestempent ses colibêtes, el fuit ce Re-père de Destriction et entrâme son pâlegrimage quantidieux vers la rudemption ou la Ceinte Mer ; vers l’espar, la nuit transfurieuse.
Versant l’œuf confuit dans sa tête brouillée, el sange une frois déplusse à son peaussé. Conceptionnée à Triste au siocle et l’an plus sept, naquittée dans les bris marinés d’un mande hordineux, el sévi refusler le sacrosein matermiel. Pas la méondre goutlaite de Nora pour el, ninon. La souce à tété tarite par Giorge, qui passa sa vita à nichonner d’un pis-à-lait à l’autre. Il l’ave môme détroussie dans le cueur de Noreur, étang la brummelle décès ïeux ; el le caïnait sangcesse, sœurde aux abels découplets de sa fille. Lui quatarzan, et Lucia ni plus nidix. Ils s’ombilichaient saoulé drahs laqueutés et transluciens ogré des meublaids se sourcédant, le pipa parti quelqueue port pour écrister et la mama athérée, insouchiante, son peau dèchombre en piremenace sur la tabule lisstant des nainbes de rondeperles sur le verniais. Le dragon de Giorgio s’endressait à elle, s’extripant des bruissons touffumeux en la ménélassant de sa crétête, pendant que Mouman sourifiait bâtement, rassise, lait-sang le gramin se lévrier à ses puttites aventourbes, un siphon fend fend, le temps fend. [.....]

Traduction de Claro

.... Et maintenant quelque chose de complémentent différent, un entretien paru (en 2011) dans le numéro 349 de la revue STRANGE (Organic Comix) , conduit par Jean-Emmanuel Deluxe & Jean Depelley (l'auteur de la très belle biographie consacrée à Jack Kirby, et éditée par Neofelis, en 2 tomes) :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…