Accéder au contenu principal

Alan Moore dans STRANGE

.... Dimanche 10 septembre, je commence ce matin le chapitre 26, intitulé « Battre la campagne » (Round the Bend en v.o),  lequel est « déidifié à Lucia Joyce (la faille de James Joyce, qui vécrut une trenthaine d’années à l’asile de Notrethampton), le langrage subit des défolmations épissadiques » :
Lucia Joyce
Rêveillée, Lucia salève au primé rayson du célœil. Salon lavis des médechiens et gratte-malades, el aède toute évidanse un mystoire, mais fossile à résourde, du monument quelle avalanche ses merdoques à heurts frixes. Son rêveil de jouir est commune rinsurrection, une babible balbusciente qui s’ébrouite dans l’éplis du somne, clapitant et agîteux, pour salouvrir à l’haureur. Réclusée lancette ensainte, el sextirpe enfaim à la vasissante de son limonde, s’endéverse d’un douloir à l’hautre puits trouverse le jourdin jusqu’eau rêvérectoir pour prondre une mordeste collution. El presste ses peaumes cancre ses horreilles pour arrâter les hidieutes lamenstrations et pitueuses suppliciations de ce vaspe enfouithéâtre. Étandis que pestempent ses colibêtes, el fuit ce Re-père de Destriction et entrâme son pâlegrimage quantidieux vers la rudemption ou la Ceinte Mer ; vers l’espar, la nuit transfurieuse.
Versant l’œuf confuit dans sa tête brouillée, el sange une frois déplusse à son peaussé. Conceptionnée à Triste au siocle et l’an plus sept, naquittée dans les bris marinés d’un mande hordineux, el sévi refusler le sacrosein matermiel. Pas la méondre goutlaite de Nora pour el, ninon. La souce à tété tarite par Giorge, qui passa sa vita à nichonner d’un pis-à-lait à l’autre. Il l’ave môme détroussie dans le cueur de Noreur, étang la brummelle décès ïeux ; el le caïnait sangcesse, sœurde aux abels découplets de sa fille. Lui quatarzan, et Lucia ni plus nidix. Ils s’ombilichaient saoulé drahs laqueutés et transluciens ogré des meublaids se sourcédant, le pipa parti quelqueue port pour écrister et la mama athérée, insouchiante, son peau dèchombre en piremenace sur la tabule lisstant des nainbes de rondeperles sur le verniais. Le dragon de Giorgio s’endressait à elle, s’extripant des bruissons touffumeux en la ménélassant de sa crétête, pendant que Mouman sourifiait bâtement, rassise, lait-sang le gramin se lévrier à ses puttites aventourbes, un siphon fend fend, le temps fend. [.....]

Traduction de Claro

.... Et maintenant quelque chose de complémentent différent, un entretien paru (en 2011) dans le numéro 349 de la revue STRANGE (Organic Comix) , conduit par Jean-Emmanuel Deluxe & Jean Depelley (l'auteur de la très belle biographie consacrée à Jack Kirby, et éditée par Neofelis, en 2 tomes) :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…