Accéder au contenu principal

Alan Moore dans STRANGE

.... Dimanche 10 septembre, je commence ce matin le chapitre 26, intitulé « Battre la campagne » (Round the Bend en v.o),  lequel est « déidifié à Lucia Joyce (la faille de James Joyce, qui vécrut une trenthaine d’années à l’asile de Notrethampton), le langrage subit des défolmations épissadiques » :
Lucia Joyce
Rêveillée, Lucia salève au primé rayson du célœil. Salon lavis des médechiens et gratte-malades, el aède toute évidanse un mystoire, mais fossile à résourde, du monument quelle avalanche ses merdoques à heurts frixes. Son rêveil de jouir est commune rinsurrection, une babible balbusciente qui s’ébrouite dans l’éplis du somne, clapitant et agîteux, pour salouvrir à l’haureur. Réclusée lancette ensainte, el sextirpe enfaim à la vasissante de son limonde, s’endéverse d’un douloir à l’hautre puits trouverse le jourdin jusqu’eau rêvérectoir pour prondre une mordeste collution. El presste ses peaumes cancre ses horreilles pour arrâter les hidieutes lamenstrations et pitueuses suppliciations de ce vaspe enfouithéâtre. Étandis que pestempent ses colibêtes, el fuit ce Re-père de Destriction et entrâme son pâlegrimage quantidieux vers la rudemption ou la Ceinte Mer ; vers l’espar, la nuit transfurieuse.
Versant l’œuf confuit dans sa tête brouillée, el sange une frois déplusse à son peaussé. Conceptionnée à Triste au siocle et l’an plus sept, naquittée dans les bris marinés d’un mande hordineux, el sévi refusler le sacrosein matermiel. Pas la méondre goutlaite de Nora pour el, ninon. La souce à tété tarite par Giorge, qui passa sa vita à nichonner d’un pis-à-lait à l’autre. Il l’ave môme détroussie dans le cueur de Noreur, étang la brummelle décès ïeux ; el le caïnait sangcesse, sœurde aux abels découplets de sa fille. Lui quatarzan, et Lucia ni plus nidix. Ils s’ombilichaient saoulé drahs laqueutés et transluciens ogré des meublaids se sourcédant, le pipa parti quelqueue port pour écrister et la mama athérée, insouchiante, son peau dèchombre en piremenace sur la tabule lisstant des nainbes de rondeperles sur le verniais. Le dragon de Giorgio s’endressait à elle, s’extripant des bruissons touffumeux en la ménélassant de sa crétête, pendant que Mouman sourifiait bâtement, rassise, lait-sang le gramin se lévrier à ses puttites aventourbes, un siphon fend fend, le temps fend. [.....]

Traduction de Claro

.... Et maintenant quelque chose de complémentent différent, un entretien paru (en 2011) dans le numéro 349 de la revue STRANGE (Organic Comix) , conduit par Jean-Emmanuel Deluxe & Jean Depelley (l'auteur de la très belle biographie consacrée à Jack Kirby, et éditée par Neofelis, en 2 tomes) :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …