Accéder au contenu principal

Alan Moore [Les aventures magiques d'un gentleman extraordinaire !]

.... Suite de l'entretien proposé dimanche, toujours extrait de STRANGE (du n° 350) :


.... Et pour en revenir à Jerusalem, et au chapitre 26 dont je parlais dernièrement, il s'agit indéniablement d'un tour de force. De Moore bien évidemment (qui a dû prendre 18 mois de repos après l'avoir terminé, si j'ai bonne mémoire) et de la part de Claro, bien sûr. Mais le plus stupéfiant - par ailleurs lié aux louanges que j'adresse au traducteur - c'est la poésie qui s'en dégage malgré la difficulté que j'ai eu à le lire. Les associations d'idée, que le vocabulaire utilisé fait naître pour dire ce qu'il dit, est une expérience inédite en ce qui me concerne. Du grand art, qui m'a donné paradoxalement envie de le relire.
C'est d'ailleurs une sensation de plus en plus prégnante au fur et à mesure que j'avance : Jerusalem est un livre que j'ai déjà envie de relire. 

Commentaires

  1. Un entretien d'autant plus précieux qu'il s'attarde sur le processus créatif d'Alan Moore plutôt que de le faire tourner en boucle sur l'industrie du comic book. ça me fait d'autant plus regretter de ne pas avoir suivi Dodgem Logic. L'exemple d'Unearthing est à ce titre très éclairant sur la façon dont l'auteur envisage l'aspect magique dans la création d'une oeuvre.

    Merci pour ces lectures enrichissantes.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as bien entendu raison.

    Cela dit, sur l'industrie des comic books, secteur sur lequel l'un des personnages de "Jerusalem" a aussi un avis, je ne suis pas loin de penser comme Moore :

    [..]À treize ans, l’idée que David se faisait du paradis était celle d’un endroit où les comics étaient acclamés et disponibles partout, avec peut-être des dizaines de films à gros budget sur ses obscurs héros préférés. Maintenant qu’il a dépassé la cinquantaine et que ce paradis est omniprésent, il trouve la chose déprimante. Des concepts et des idées destinés aux enfants il y a quarante ans de cela : le XXIe siècle n’a rien de mieux à proposer ? Il se passe tellement de choses extraordinaires un peu partout, et tout ce qu’on propose aux gens, ce sont les fantaisies de Stan Lee, des fantaisies vieilles de plus d’un quart de siècle et qui concernent essentiellement les petits Blancs névrosés des classes moyennes ? [...]

    (Tout en continuant à en lire, mais en restant - assez étrangement - imperméable aux longs-métrages, loué soit Glycon)

    [-_ô]

    Merci à toi de tes fréquents commentaire, compañero !

    RépondreSupprimer
  3. C'est également quelque chose qui m'a interpellé cette interrogation sur l'absence de mouvements culturels/contre-culturels propres au XXIème siècle, qui de fait vivrait sur l'exploitation de figures créées lors du siècle dernier. J'y pense régulièrement depuis que j'ai lu ça, sans doute lors de la promotion de Jerusalem où Moore formule les choses de la même façon.

    Concernant ses positions sur l'industrie du comic book, la voix d'Alan Moore me semble d'autant plus vitale à ce sujet que c'est un son de cloche rare. Je regrette juste un peu qu'à l'orée de tourner définitivement la page sur son activité de scénariste, les gens du milieu qui sollicitaient Moore pour des entretiens ces dernières années avaient peut-être plus tendance à mettre l'accent sur ce point plutôt qu'à s'attarder sur son travail. Et quand on voit que c'est un très bon client lorsqu'il s'agit de parler avec passion de la façon dont il conçoit le medium comic book, c'est dommage. Bon, c'est peut-être aussi l'effet caisse de résonance des réseaux d'information qui me donne cette impression.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er