Accéder au contenu principal

Alan Moore [Les aventures magiques d'un gentleman extraordinaire !]

.... Suite de l'entretien proposé dimanche, toujours extrait de STRANGE (du n° 350) :


.... Et pour en revenir à Jerusalem, et au chapitre 26 dont je parlais dernièrement, il s'agit indéniablement d'un tour de force. De Moore bien évidemment (qui a dû prendre 18 mois de repos après l'avoir terminé, si j'ai bonne mémoire) et de la part de Claro, bien sûr. Mais le plus stupéfiant - par ailleurs lié aux louanges que j'adresse au traducteur - c'est la poésie qui s'en dégage malgré la difficulté que j'ai eu à le lire. Les associations d'idée, que le vocabulaire utilisé fait naître pour dire ce qu'il dit, est une expérience inédite en ce qui me concerne. Du grand art, qui m'a donné paradoxalement envie de le relire.
C'est d'ailleurs une sensation de plus en plus prégnante au fur et à mesure que j'avance : Jerusalem est un livre que j'ai déjà envie de relire. 

Commentaires

  1. Un entretien d'autant plus précieux qu'il s'attarde sur le processus créatif d'Alan Moore plutôt que de le faire tourner en boucle sur l'industrie du comic book. ça me fait d'autant plus regretter de ne pas avoir suivi Dodgem Logic. L'exemple d'Unearthing est à ce titre très éclairant sur la façon dont l'auteur envisage l'aspect magique dans la création d'une oeuvre.

    Merci pour ces lectures enrichissantes.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as bien entendu raison.

    Cela dit, sur l'industrie des comic books, secteur sur lequel l'un des personnages de "Jerusalem" a aussi un avis, je ne suis pas loin de penser comme Moore :

    [..]À treize ans, l’idée que David se faisait du paradis était celle d’un endroit où les comics étaient acclamés et disponibles partout, avec peut-être des dizaines de films à gros budget sur ses obscurs héros préférés. Maintenant qu’il a dépassé la cinquantaine et que ce paradis est omniprésent, il trouve la chose déprimante. Des concepts et des idées destinés aux enfants il y a quarante ans de cela : le XXIe siècle n’a rien de mieux à proposer ? Il se passe tellement de choses extraordinaires un peu partout, et tout ce qu’on propose aux gens, ce sont les fantaisies de Stan Lee, des fantaisies vieilles de plus d’un quart de siècle et qui concernent essentiellement les petits Blancs névrosés des classes moyennes ? [...]

    (Tout en continuant à en lire, mais en restant - assez étrangement - imperméable aux longs-métrages, loué soit Glycon)

    [-_ô]

    Merci à toi de tes fréquents commentaire, compañero !

    RépondreSupprimer
  3. C'est également quelque chose qui m'a interpellé cette interrogation sur l'absence de mouvements culturels/contre-culturels propres au XXIème siècle, qui de fait vivrait sur l'exploitation de figures créées lors du siècle dernier. J'y pense régulièrement depuis que j'ai lu ça, sans doute lors de la promotion de Jerusalem où Moore formule les choses de la même façon.

    Concernant ses positions sur l'industrie du comic book, la voix d'Alan Moore me semble d'autant plus vitale à ce sujet que c'est un son de cloche rare. Je regrette juste un peu qu'à l'orée de tourner définitivement la page sur son activité de scénariste, les gens du milieu qui sollicitaient Moore pour des entretiens ces dernières années avaient peut-être plus tendance à mettre l'accent sur ce point plutôt qu'à s'attarder sur son travail. Et quand on voit que c'est un très bon client lorsqu'il s'agit de parler avec passion de la façon dont il conçoit le medium comic book, c'est dommage. Bon, c'est peut-être aussi l'effet caisse de résonance des réseaux d'information qui me donne cette impression.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…