Accéder au contenu principal

Alan Moore [Les aventures magiques d'un gentleman extraordinaire !]

.... Suite de l'entretien proposé dimanche, toujours extrait de STRANGE (du n° 350) :


.... Et pour en revenir à Jerusalem, et au chapitre 26 dont je parlais dernièrement, il s'agit indéniablement d'un tour de force. De Moore bien évidemment (qui a dû prendre 18 mois de repos après l'avoir terminé, si j'ai bonne mémoire) et de la part de Claro, bien sûr. Mais le plus stupéfiant - par ailleurs lié aux louanges que j'adresse au traducteur - c'est la poésie qui s'en dégage malgré la difficulté que j'ai eu à le lire. Les associations d'idée, que le vocabulaire utilisé fait naître pour dire ce qu'il dit, est une expérience inédite en ce qui me concerne. Du grand art, qui m'a donné paradoxalement envie de le relire.
C'est d'ailleurs une sensation de plus en plus prégnante au fur et à mesure que j'avance : Jerusalem est un livre que j'ai déjà envie de relire. 

Commentaires

  1. Un entretien d'autant plus précieux qu'il s'attarde sur le processus créatif d'Alan Moore plutôt que de le faire tourner en boucle sur l'industrie du comic book. ça me fait d'autant plus regretter de ne pas avoir suivi Dodgem Logic. L'exemple d'Unearthing est à ce titre très éclairant sur la façon dont l'auteur envisage l'aspect magique dans la création d'une oeuvre.

    Merci pour ces lectures enrichissantes.

    RépondreSupprimer
  2. Tu as bien entendu raison.

    Cela dit, sur l'industrie des comic books, secteur sur lequel l'un des personnages de "Jerusalem" a aussi un avis, je ne suis pas loin de penser comme Moore :

    [..]À treize ans, l’idée que David se faisait du paradis était celle d’un endroit où les comics étaient acclamés et disponibles partout, avec peut-être des dizaines de films à gros budget sur ses obscurs héros préférés. Maintenant qu’il a dépassé la cinquantaine et que ce paradis est omniprésent, il trouve la chose déprimante. Des concepts et des idées destinés aux enfants il y a quarante ans de cela : le XXIe siècle n’a rien de mieux à proposer ? Il se passe tellement de choses extraordinaires un peu partout, et tout ce qu’on propose aux gens, ce sont les fantaisies de Stan Lee, des fantaisies vieilles de plus d’un quart de siècle et qui concernent essentiellement les petits Blancs névrosés des classes moyennes ? [...]

    (Tout en continuant à en lire, mais en restant - assez étrangement - imperméable aux longs-métrages, loué soit Glycon)

    [-_ô]

    Merci à toi de tes fréquents commentaire, compañero !

    RépondreSupprimer
  3. C'est également quelque chose qui m'a interpellé cette interrogation sur l'absence de mouvements culturels/contre-culturels propres au XXIème siècle, qui de fait vivrait sur l'exploitation de figures créées lors du siècle dernier. J'y pense régulièrement depuis que j'ai lu ça, sans doute lors de la promotion de Jerusalem où Moore formule les choses de la même façon.

    Concernant ses positions sur l'industrie du comic book, la voix d'Alan Moore me semble d'autant plus vitale à ce sujet que c'est un son de cloche rare. Je regrette juste un peu qu'à l'orée de tourner définitivement la page sur son activité de scénariste, les gens du milieu qui sollicitaient Moore pour des entretiens ces dernières années avaient peut-être plus tendance à mettre l'accent sur ce point plutôt qu'à s'attarder sur son travail. Et quand on voit que c'est un très bon client lorsqu'il s'agit de parler avec passion de la façon dont il conçoit le medium comic book, c'est dommage. Bon, c'est peut-être aussi l'effet caisse de résonance des réseaux d'information qui me donne cette impression.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…