Accéder au contenu principal

Glory par Alan Moore (Awsome)

  .... Au tournant des années 1990, Alan Moore a pratiquement disparu du radar des lecteurs de bandes dessinées, ses travaux du moment, moins mainstream : From Hell, Filles perdues ou encore son roman la Voix du feu sur lesquelles il travaille ne correspondent pas au genre dominant - les super-héros - et connaissent, en plus, des parutions erratiques.

C'est à ce moment-là, que Jim Valentino lui propose, via Steve Bissette, que les deux hommes collaborent sur un épisode de sa propre série ShadowHawk.
Jim Valentino avec d'autres dessinateurs très côtés alors, vient de claquer la porte de Marvel pour fonder la maison d'édition Image Comics. Une « bannière » sous laquelle les sept dessinateurs en question via leur maison d'édition respective comptent publier leurs créations.

« [..] leurs comics ne me plaisent pas mais emmerdent les gros éditeurs, c’est une bonne chose » dira Moore. D'autant que la politique d'Image permet aux auteurs de toucher des profits plus important que chez les Big Two, avec lesquels il est par ailleurs brouillé.

On connait la suite, Moore décline la proposition de Valentino mais en retour propose la mini-série 1963, un scénario qui devait lui permettre de proposer autre chose que ce qu'on l'accuse d'avoir provoqué. Si Watchmen a profondément marqué la BD, certains effets collatéraux, comme la prolifération de personnages de plus en plus cyniques (et sinistres), ce qu'on nomme communément le « grim and gritty », sont imputés à la maxi-série, et à Moore son scénariste.

Bref de 1963 en Spawn et autres WildCats, Alan Moore se retrouve finalement à donner du fond aux créations de Rob Liefeld ; dont le sujet du jour : Glory.

Des avanies financières empêcheront la maison d'édition de Liefeld, Awsome, (qui a à l'époque déjà quitté Image Comics) de publier plus qu'un preview pour cette série.
C'est cet « aperçu » de ce que devait être la série, que je vous propose aujourd'hui.

Il s'agit (bien évidemment) de la version française, publiée par le magazine Comic Box dans un supplément, fin 1999. 
   







.... C'est avec ces quelques pages de Glory (personnage qui d'une certaine manière annonce Promethea) que se termine le « mois Alan Moore », centré autour de l'auteur, pour la sortie de son roman Jerusalem aux éditions Inculte.

En effet, je suis arrivée au bout de ce que je pouvais proposer, en français, sur le scénariste de Northampton, que je n'avais pas déjà proposé sur ce blog.
Un merci tout particulier à Œil de lynx


(À suivre .... ?

Commentaires

  1. je suis toujours étonné que personne ne parle jamais de judgement day la série qui était rebooté l' univers awesome, rattachée à son run sur supreme et blindé de référence au golden age, silver age et aussi au grim and gritty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, d'ailleurs je ne l'ai même pas citée ici ; alors qu'elle avait sa place dans mon énumération.

      Supprimer
    2. je ne jette pas la pierre, mais j' y ai pensé parce que justement glory a un role important dans judgement day ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.