Accéder au contenu principal

Glory par Alan Moore (Awsome)

  .... Au tournant des années 1990, Alan Moore a pratiquement disparu du radar des lecteurs de bandes dessinées, ses travaux du moment, moins mainstream : From Hell, Filles perdues ou encore son roman la Voix du feu sur lesquelles il travaille ne correspondent pas au genre dominant - les super-héros - et connaissent, en plus, des parutions erratiques.

C'est à ce moment-là, que Jim Valentino lui propose, via Steve Bissette, que les deux hommes collaborent sur un épisode de sa propre série ShadowHawk.
Jim Valentino avec d'autres dessinateurs très côtés alors, vient de claquer la porte de Marvel pour fonder la maison d'édition Image Comics. Une « bannière » sous laquelle les sept dessinateurs en question via leur maison d'édition respective comptent publier leurs créations.

« [..] leurs comics ne me plaisent pas mais emmerdent les gros éditeurs, c’est une bonne chose » dira Moore. D'autant que la politique d'Image permet aux auteurs de toucher des profits plus important que chez les Big Two, avec lesquels il est par ailleurs brouillé.

On connait la suite, Moore décline la proposition de Valentino mais en retour propose la mini-série 1963, un scénario qui devait lui permettre de proposer autre chose que ce qu'on l'accuse d'avoir provoqué. Si Watchmen a profondément marqué la BD, certains effets collatéraux, comme la prolifération de personnages de plus en plus cyniques (et sinistres), ce qu'on nomme communément le « grim and gritty », sont imputés à la maxi-série, et à Moore son scénariste.

Bref de 1963 en Spawn et autres WildCats, Alan Moore se retrouve finalement à donner du fond aux créations de Rob Liefeld ; dont le sujet du jour : Glory.

Des avanies financières empêcheront la maison d'édition de Liefeld, Awsome, (qui a à l'époque déjà quitté Image Comics) de publier plus qu'un preview pour cette série.
C'est cet « aperçu » de ce que devait être la série, que je vous propose aujourd'hui.

Il s'agit (bien évidemment) de la version française, publiée par le magazine Comic Box dans un supplément, fin 1999. 
   







.... C'est avec ces quelques pages de Glory (personnage qui d'une certaine manière annonce Promethea) que se termine le « mois Alan Moore », centré autour de l'auteur, pour la sortie de son roman Jerusalem aux éditions Inculte.

En effet, je suis arrivée au bout de ce que je pouvais proposer, en français, sur le scénariste de Northampton, que je n'avais pas déjà proposé sur ce blog.
Un merci tout particulier à Œil de lynx


(À suivre .... ?

Commentaires

  1. je suis toujours étonné que personne ne parle jamais de judgement day la série qui était rebooté l' univers awesome, rattachée à son run sur supreme et blindé de référence au golden age, silver age et aussi au grim and gritty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, d'ailleurs je ne l'ai même pas citée ici ; alors qu'elle avait sa place dans mon énumération.

      Supprimer
    2. je ne jette pas la pierre, mais j' y ai pensé parce que justement glory a un role important dans judgement day ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er