Accéder au contenu principal

Glory par Alan Moore (Awsome)

  .... Au tournant des années 1990, Alan Moore a pratiquement disparu du radar des lecteurs de bandes dessinées, ses travaux du moment, moins mainstream : From Hell, Filles perdues ou encore son roman la Voix du feu sur lesquelles il travaille ne correspondent pas au genre dominant - les super-héros - et connaissent, en plus, des parutions erratiques.

C'est à ce moment-là, que Jim Valentino lui propose, via Steve Bissette, que les deux hommes collaborent sur un épisode de sa propre série ShadowHawk.
Jim Valentino avec d'autres dessinateurs très côtés alors, vient de claquer la porte de Marvel pour fonder la maison d'édition Image Comics. Une « bannière » sous laquelle les sept dessinateurs en question via leur maison d'édition respective comptent publier leurs créations.

« [..] leurs comics ne me plaisent pas mais emmerdent les gros éditeurs, c’est une bonne chose » dira Moore. D'autant que la politique d'Image permet aux auteurs de toucher des profits plus important que chez les Big Two, avec lesquels il est par ailleurs brouillé.

On connait la suite, Moore décline la proposition de Valentino mais en retour propose la mini-série 1963, un scénario qui devait lui permettre de proposer autre chose que ce qu'on l'accuse d'avoir provoqué. Si Watchmen a profondément marqué la BD, certains effets collatéraux, comme la prolifération de personnages de plus en plus cyniques (et sinistres), ce qu'on nomme communément le « grim and gritty », sont imputés à la maxi-série, et à Moore son scénariste.

Bref de 1963 en Spawn et autres WildCats, Alan Moore se retrouve finalement à donner du fond aux créations de Rob Liefeld ; dont le sujet du jour : Glory.

Des avanies financières empêcheront la maison d'édition de Liefeld, Awsome, (qui a à l'époque déjà quitté Image Comics) de publier plus qu'un preview pour cette série.
C'est cet « aperçu » de ce que devait être la série, que je vous propose aujourd'hui.

Il s'agit (bien évidemment) de la version française, publiée par le magazine Comic Box dans un supplément, fin 1999. 
   







.... C'est avec ces quelques pages de Glory (personnage qui d'une certaine manière annonce Promethea) que se termine le « mois Alan Moore », centré autour de l'auteur, pour la sortie de son roman Jerusalem aux éditions Inculte.

En effet, je suis arrivée au bout de ce que je pouvais proposer, en français, sur le scénariste de Northampton, que je n'avais pas déjà proposé sur ce blog.
Un merci tout particulier à Œil de lynx


(À suivre .... ?

Commentaires

  1. je suis toujours étonné que personne ne parle jamais de judgement day la série qui était rebooté l' univers awesome, rattachée à son run sur supreme et blindé de référence au golden age, silver age et aussi au grim and gritty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, d'ailleurs je ne l'ai même pas citée ici ; alors qu'elle avait sa place dans mon énumération.

      Supprimer
    2. je ne jette pas la pierre, mais j' y ai pensé parce que justement glory a un role important dans judgement day ;)

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …