Accéder au contenu principal

JERUSALEM (Alan Moore) le livre

Couverture de Rémi Pépin
.... Acheté (28,90€) avec 1 jour d'avance (par rapport à sa sortie officielle), son sous-texte (?) l'imposait, le deuxième roman d'Alan Moore : 1 kg 146, 1252 pages de texte (hors sommaire, remerciements, etc.), traduit par Claro - visiter le blog qu'il a tenu sur son travail vaut le détour* [Pour en savoir +] - a été entamé avec une intense satisfaction. Pensez, 10 ans ou presque que je l'attends ; j'avais même anticipé son contenu, ou tenté de le faire, en en faisant une « autopsie » bien avant sa parution (sur le site SUPERPOUVOIR.Com avant qu'il ne s'évanouisse dans les limbes), en collectant les renseignements disponibles à l'époque.

Autre raison de me réjouir, cette sortie française est l'occasion d'un coup de projecteur inattendu des médias hexagonaux sur l'auteur & son travail : Les Inrockuptibles, Le Point, France Inter (l'interview dans sa version longue [Pour en savoir +], ARTE (etc. ?). Rien qu'un amateur éclairé (et un peu anglophone) ne sache déjà, néanmoins au détour d'une phrase, une idée retravaillée (ou que l'on n'a pas déjà remarquée) se pointe ....

Quant au roman lui-même, arrivé pour l'instant à la page 214 je suis à la fois captivé et en terrain connu. En effet, les (presque) sept chapitres lus me rappellent son précédent roman La Voix du feu (traduit par l'ami et excellent traducteur Patrick Marcel**). Toutefois Moore y apporte ici une subtilité supplémentaire. Il est cependant bien trop tôt pour en dire plus.

.... Bien que ce blog ait déjà moult interviews (en français) du magicien de Northampton, je me permets d'en ajouter un nouveau qui est - peut-être - passé sous le radar des amateurs. 
Il a paru dans le sixième numéro de la revue Le Believer, aux éditions Inculte, éditeur grâce à qui nous pouvons aussi lire Jerusalem en français, daté « automne-hiver 2015-2016 », et conduit par Peter Bebergal, sous la traduction de Yoko Lacour (merci à eux) :









 Cette numérisation a été faite sans l'accord des éditions Inculte, qui j’espère fermeront les yeux.
______________
*Ainsi que cet entretien [Pour en savoir +]

**Savoir qu'un auteur qu'on aime mais dont on ne peut/veut se coltiner la langue (mon anglais me semble bien trop rudimentaire pour cela), surtout lorsqu'elle est un enjeu d'une telle ampleur, est traduit par des individus comme que Claro ou Patrick Marcel , est très rassurant, 

Commentaires

  1. Merci pour ces entretiens d'Alan Moore et Claro à côté desquels j'étais passé, voilà de la lecture passionnante en perspective. Je n'ai pas encore acheté Jérusalem mais je suis aussi agréablement surpris de l'engouement médiatique autour de la sortie du nouveau roman de Moore, une couverture dont n'avait pas bénéficié La voix du feux en son temps me semble-t-il. Ce coup de projecteur associé à une mise en place conséquente, du moins pour ce que je peux en juger dans les quelques échoppes parisiennes visitées (pas loin d'une quinzaine d'exemplaires répartis sur plusieurs étals à la fnac des Halles par exemple), me laisse espérer sinon un bon accueil public au moins que cet ouvrage pharaonique ne soit pas boudé comme l'a été son prédécesseur.

    RépondreSupprimer
  2. L'émission "Mauvais Genres" de samedi dernier (le 02 septembre) était également consacré à "Jérusalem", Claro ayant été invité à s'exprimer sur le travail de Moore et le sien propre. Je suis moi aussi également surpris par l'engouement autour de cette sortie (j'exclue du lot "Mauvais Genres", qui avait largement relayé la sortie de "Lost Girls" en 2008, via un entretien-fleuve avec Moore), certains annonçant carrément le roman comme la sortie la plus importante au rayon littérature étrangère en cette rentrée... C'est rien de dire que "La Voix du Feu" avait été loin de susciter le même engouement.
    J'ai également commencé à le lire (je suis au début des "Boroughs", pas très avancé donc) et je suis moi aussi déjà sous le charme. Cette lecture est un challenge, mais de ceux auxquels on se soumet avec plaisir.
    Je consacrerai cet automne une émission (à la radio) à ce monument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas été très emballé par l’émission que Mauvais genres à consacrée à Claro. Je n'ai rien appris sur son travail de traducteur concernant ce roman. Plutôt frustrant.

      En effet Mauvais genres avait interviewé Moore pour la sortie de Lost Girls (j'ai d'ailleurs mis en ligne sur ce blog la première partie de l'entretien, le second s'est bêtement perdu sur l'un de mes DDE), dommage de ne pas avoir remis ces deux entretiens en ligne.

      Bref, assez déçu du travail d'Angelier et de son équipe pour cette sortie de Jerusalem.

      Sinon sympa de te revoir par ici amigo.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…