Accéder au contenu principal

Certains ont disparu et d'autres sont tombés [Joel Lane]

.... Les quelques textes que j'ai lus parmi les 30 réunis par Jean-Daniel Brèque, essentiellement les quatre faisant " partie d'un cycle policier/fantastique, dont l'ensemble a été réuni dans Where Furnaces Burn, recueil couronné d'un World Fantasy Award", sont d'une intensité rare. Le genre d'histoire capable de refroidir la plus chaude des canicules, de vous voler quelque chose en en effaçant le souvenir mais pas le sentiment de perte. 

Joel Lane y met en scène un inspecteur de police anonyme qui m'a rappelé le John Constantine de la série HELLBLAZER, surtout les histoires écrites par Warren Ellis ; mais en bien plus sombre & bouleversant chez Lane, qu'elles ne l'ont jamais été chez le personnage inventé par Alan Moore .

.... Synchronicité jungienne s'il en est, j'ai reçu l'ouvrage [Pour en savoir +] en question le 25 novembre et en ai commencé la lecture le soir même, laquelle m'a amené aux premières heures du lendemain. Sans rire.
Alors même que j'apprenais, en lisant la préface écrite par JDB, que l'auteur était mort cette même nuit, quatre ans plus tôt.

La force de ces quatre nouvelles tient également en ce qu'elles dessinent un horizon politique implicite qui n'est pas pour rien dans l'horreur qu'elles décrivent. L'anonymat du narrateur (clin d’œil à Dashiel Hammett ?) ajoute au malaise d'histoires désespérantes qui n'en avaient pourtant pas vraiment besoin. D'autant qu'en filigrane, et avec une économie de moyens liée à la brièveté des textes, pointe l'intimité du héros, qui n'a même pas le mauvais goût de lui faire regretter son travail.

.... En résumé, et contre toute attente, cette atmosphère délétère, parfois hachée de scènes très crues, mais toujours d'une immense tristesse, n’a pas entamé le plaisir que j'ai pris à les lire. La raison tient avant tout à la beauté du style, la justesse du ton et la sobriété dont font preuve et Joel Lane et Jean-Daniel Brèque, son traducteur.
Certains ont disparu et d'autres sont tombés, dont j'avais prévu de lire de loin en loin les nouvelles en a décidé autrement. Du coin de l’œil je capte son impatience à s'emparer de mon temps libre, de l'abréger, d'en faire son territoire, et ensuite .... ?! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…