Accéder au contenu principal

SHI t1 [Zidrou/Homs]

••••Entraîné d'entrée de jeu par la saisissante couverture de José Homs, et tenu en haleine par ses toutes aussi magnifiques planches, que j'ai lues d'une traite, je suis complétement passé à côté des nombreuses faiblesses du scénario. Lesquelles ne me sont apparues qu'au moment de réfléchir au billet critique que j'avais envie d'écrire sur ce premier album - intitulé Au commencement était la colère - d'une série annoncée en 4 tomes.

Cela dit Zidrou, et c'est tout à son honneur de scénariste, n'est pas plus étranger à cette situation que son complice.
Tout le talent de José Homs s'exprime dans cette case, onomatopée comprise
C'est d'ailleurs à mes yeux un talent, que de réussir à faire oublier au lecteur que l'histoire qu'on lui propose repose sur des fondations aussi ténues.

En très exactement deux pages et un coup de théâtre, ils ferrent celui qui voudra bien entamer la lecture de leur album pour ne plus jamais en relâcher la pression. 
Rien ne sera épargné à leurs personnages, ni au lecteur.

Lequel verra sa suspension d'incrédulité toute aussi malmenée que l'existence des deux héroïnes, mais sans que jamais elle(s) ne cesse(nt) d'agir. 
Un prouesse en soi.  

Même les dialogues flirtent parfois avec l'incongru. Ainsi, en quoi une organisation criminelle qui ne serait composée que de femmes, serait-elle plus difficile à appréhender qu'une autre ?
Et pourtant, tout cela passe au second plan devant la puissance d'un tout (l'album) bien supérieur à la somme de ses parties (dont les quelques faiblesses) qui le compose.
__________
Mon verdict : Une réussite bluffante (dans tous les sens des termes).

Score : 3 shuriken 

Commentaires

  1. J'ai récemment commencé à lire des BD écrites par Zidrou et je suis admiratif de sa capacité à écrire aussi bien des thrillers que des histoires comiques. En particulier, j'ai beaucoup aimé sa reprise de Clifton.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis content de te revoir ici, même si je suis toujours tes billets chez Bruce.
      Au sujet de Zidrou, c'est une découverte pour moi, cela dit l'impression qui se dégage des 2 premiers albums, renforcée par la lecture du second me laisse pour le moins troublé.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un