Accéder au contenu principal

Injection [t2] Ellis/Shalvey/Bellaire

…. Parlant du tome précédent+, j’avançais une théorie : les membres de l’Unité des Contaminations Culturelles Croisées étaient les « spectres » d’importants personnages de la culture populaire britannique. Pour reprendre une terminologie inspirée des travaux de Jacques Derrida (ici Spectres de Marx), d’ailleurs invité dans ce deuxième tome (ce qui tendrait donc à avaliser ma théorie) par Warren Ellis & Declan Shalvey. 
Ainsi avais-je apparié Maria Kilride au Pr. Quatermass, Simon Winters à James Bond (depuis j’ai lu que Warren Ellis disait que le prochain James Bond devrait être incarné par l’acteur Idriss Elba, CQFD), et Vivek Headland – autour duquel tourne le présent volume de la série – à Sherlock Holmes. Le scénariste s’y permet d’ailleurs une allusion à l’affaire dite du « Rat géant de Sumatra », cité par Arthur Conan Doyle lui-même, au travers de l'élègant « phacochère cyclopéen de Sumatra ».  
Robin Morel, archétype si j’ose dire du « détective occulte », serait selon Ellis le spectre (sic) de Thomas Carnacky (inventé par William Hope Hodgson). J’avais proposé pour ma part John Silence, mais en effet Carnacky fonctionne très bien (forcément).
Me restait un doute sur Brigid Roth l’enfailleuse (ou hacker) de l‘unité, dans la mesure où elle évoquait, et évoque toujours à mon avis, la Lisbeth Salander de Stieg Larsson. Un personnage que le créateur de Jenny Sparks et de Spider Jerusalem aurait certainement été heureux d’inventer lui-même. Mais un tel choix aurait entamé mon idée de «quintet britannique ». 
Depuis j’ai lu que Brigid serait d’après Warren Ellis (voir son bulletin d’information Orbital Operations) le pendant spectral du Doctor Who. Un rapprochement plutôt étonnant, que rien ne laissait présager. 
À tel point que ce deuxième tome de la série en fait un peu trop à mon goût dans cette direction. 

Mais pourquoi pas !? 
…. Ceci étant, revenons à ce deuxième opus (qui contient les numéros 6 à 10, parus entre janvier et juin 2016, de l’édition américaine). Lequel se polarise donc sur Vivek Headland, un Sherlock Holmes – pour qui soit dit en passant, les injections n’ont rien de virtuelles – à la sauce Ellis, et pour qui les choix culinaires seront –justement – un met de choix. En effet le whodunit, autrement dit en bon français le kilafé, dans lequel nous sommes entraînés, et qui en respecte la sacro-sainte règle de réunir tout le monde, à la fin de l’histoire, pour désigner le coupable, tourne notamment autour d’un jambon d’un cru particulier. 
Notons immédiatement, qu’un paradigme cynégétique meut à la fois le lecteur et le détective, en tant que dans ce type d’histoire – dont l’implicite n’est pas loin du volume immergé d’un iceberg - il est aussi à l’affût d’indices lui permettant de donner un sens plus large qu’une lecture au premier degré le lui permet. Genre de détective littéraire, entre déchiffrement & défrichement. 

Du côté de l'explicite, l'impression de lire un Warren Ellis en très petite forme ne se dément pas d'un bout à l'autre de l'enquête. À croire qu'il ne sait plus trop quoi faire de son Injection (je parle de l'opération menée par l'UCCC) ; idée brillante mais particulièrement difficile à manipuler. 
Alors que l'unité en question devrait être sur plusieurs fronts, situation qui devrait se traduire par un papillonnage en règle d'intrigues secondaires, elle dilapide son temps à jouer à Pôle Emploi™ , pendant que le scénario met en scène un remake d'Elementary.
.... Pourtant la série repose sur une idée comme je les aime, une sorte de Club des Cinq™ à la Carolyn Wells+. Et sur une très bonne idée de SF, en tant qu'elle est en quelque sorte une définition d'elle-même : vouloir précipiter le futur.
Las ! ce deuxième tome donne surtout envie d'avoir recours à une solution à 7%, pour tromper - comme le fameux détective - son ennui.

.... Reste un très beau travail de Declan Shalvey et de la coloriste Jordie Bellaire, qui par ailleurs travaillent dans le même atelier, en terme d'ambiance. Laquelle donne des indications tellement précises sur les états d'âme des protagonistes, et sur les situations qu'ils affrontent, qu'elle devient quasi l'équivalent de récitatifs ou d'une voix off
_____________

À noter un beau travail de l'éditeur Urban Comics, qui dote son édition de deux pages de récapitulatif, absente de l'édition originale, et surtout très dans l'esprit de la série elle-même. Un travail que l'on doit certainement à Cécile Rivat (adaptation graphique), au lettreur Moscow*Eye, et au traducteur de l'album, l'ami Nikolavitch. Seul reproche, un fond perdu absent ou presque, qui limite l'ouverture du livre : 14 € (prix unique du livre oblige).   
 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…