Accéder au contenu principal

Avant que nous disparaissions [Kiyoshi Kurosawa]


    Changement de braquet pour Kiyoshi Kurosawa après Creepy [pour en savoir+] puisque son nouveau long-métrage Avant que nous disparaissions se pare des atours d’un film d’invasion qui interroge le Japon sur ses travers sociétaux. Adaptation d’une pièce de théâtre de Tomohiro Maekawa, l’intrigue part d’une idée originale où trois extraterrestres prennent possession de corps humains en vue de l’invasion imminente de la Terre ; ces éclaireurs ayant pour fonction de collecter des « concepts » aux humains – qu’il s’agisse du sens de la famille ou de la notion de soi par rapport aux autres par exemple - afin d’en appréhender le fonctionnement en tant que civilisation. 


Cet étrange film d’invasion, mâtiné de body snatcher aux accents délicieusement absurdes, s’avère autant une dissection anthropologique des interactions communautaires régissant la société japonaise – la famille, la propriété, le travail ainsi que le couple – que des dérives occasionnées par cet environnement exacerbé comme le harcèlement, le cloisonnement et la détresse affective. Cet opus s’avère en outre un petit précis de mise en scène dont Kiyoshi Kurosawa a le secret entre cadrages alertes pour la composition des plans, sur-cadrages millimétrés des personnages en fonction de l’importance que ceux-ci revêtent et effets de dissonance inattendus comme cette ouverture sanglante semi-burlesque sur une illustration musicale entraînante. Nanti d’un budget un peu plus fourni que de coutume, Kurosawa peut également donner libre court à ses envies d’action sur le tournage dont une impressionnante course poursuite ponctuée d’explosions, où un plan séquence ample calibré pour exploiter les effets spéciaux en post-production donne la mesure de la confrontation imminente avec le péril alien.


Ryûhei Matsuda, acteur au faciès atypique, s’avère l’interprète idéal pour véhiculer l’étrangeté nécessaire aux différents aspects de ce film, couplant brillamment la romance naissante au sein d’un couple fracturé à un récit de fin du monde. Le reste du casting impeccable donne le liant nécessaire pour que cohabitent les ruptures de ton qui émaillent tout du long, à l’instar de Yuri Tsunematsu qui est aussi à l’aise dans les tueries froides que dans les échanges de dialogues cocasses. La conclusion apocalyptique renvoie dans les effets déployés aux séquences stupéfiantes de précédents opus du réalisateur comme Charisma ou Kaïro. Excepté que cette fois-ci, l'optimisme de Kurosawa semble prendre le dessus puisque la fin fonctionne comme un négatif à l’issue nihiliste de Kaïro, résonnant de la charge émotionnelle déchirante du couple formé par Ryûhei Matsuda et Masami Nagasawa.

A noter que la pièce de Tomohiro Maekawa revêt une importance particulière pour le réalisateur puisque nous pourrons également découvrir dans les salles au mois de juillet son prochain film Invasion, soit un montage cinéma de la série télévisée Yochô: Sanpo suru Shinryakusha (un traitement similaire à celui opéré pour la diffusion de Shokuzai hors de l'archipel nippon). Cette série constitue une autre adaptation pour le petit écran de cette histoire d’invasion, avec un casting renouvelé dans ce qui pourrait être une variation sensiblement différente du traitement d’Avant que nous disparaissions.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…