Accéder au contenu principal

Avant que nous disparaissions [Kiyoshi Kurosawa]


    Changement de braquet pour Kiyoshi Kurosawa après Creepy [pour en savoir+] puisque son nouveau long-métrage Avant que nous disparaissions se pare des atours d’un film d’invasion qui interroge le Japon sur ses travers sociétaux. Adaptation d’une pièce de théâtre de Tomohiro Maekawa, l’intrigue part d’une idée originale où trois extraterrestres prennent possession de corps humains en vue de l’invasion imminente de la Terre ; ces éclaireurs ayant pour fonction de collecter des « concepts » aux humains – qu’il s’agisse du sens de la famille ou de la notion de soi par rapport aux autres par exemple - afin d’en appréhender le fonctionnement en tant que civilisation. 


Cet étrange film d’invasion, mâtiné de body snatcher aux accents délicieusement absurdes, s’avère autant une dissection anthropologique des interactions communautaires régissant la société japonaise – la famille, la propriété, le travail ainsi que le couple – que des dérives occasionnées par cet environnement exacerbé comme le harcèlement, le cloisonnement et la détresse affective. Cet opus s’avère en outre un petit précis de mise en scène dont Kiyoshi Kurosawa a le secret entre cadrages alertes pour la composition des plans, sur-cadrages millimétrés des personnages en fonction de l’importance que ceux-ci revêtent et effets de dissonance inattendus comme cette ouverture sanglante semi-burlesque sur une illustration musicale entraînante. Nanti d’un budget un peu plus fourni que de coutume, Kurosawa peut également donner libre court à ses envies d’action sur le tournage dont une impressionnante course poursuite ponctuée d’explosions, où un plan séquence ample calibré pour exploiter les effets spéciaux en post-production donne la mesure de la confrontation imminente avec le péril alien.


Ryûhei Matsuda, acteur au faciès atypique, s’avère l’interprète idéal pour véhiculer l’étrangeté nécessaire aux différents aspects de ce film, couplant brillamment la romance naissante au sein d’un couple fracturé à un récit de fin du monde. Le reste du casting impeccable donne le liant nécessaire pour que cohabitent les ruptures de ton qui émaillent tout du long, à l’instar de Yuri Tsunematsu qui est aussi à l’aise dans les tueries froides que dans les échanges de dialogues cocasses. La conclusion apocalyptique renvoie dans les effets déployés aux séquences stupéfiantes de précédents opus du réalisateur comme Charisma ou Kaïro. Excepté que cette fois-ci, l'optimisme de Kurosawa semble prendre le dessus puisque la fin fonctionne comme un négatif à l’issue nihiliste de Kaïro, résonnant de la charge émotionnelle déchirante du couple formé par Ryûhei Matsuda et Masami Nagasawa.

A noter que la pièce de Tomohiro Maekawa revêt une importance particulière pour le réalisateur puisque nous pourrons également découvrir dans les salles au mois de juillet son prochain film Invasion, soit un montage cinéma de la série télévisée Yochô: Sanpo suru Shinryakusha (un traitement similaire à celui opéré pour la diffusion de Shokuzai hors de l'archipel nippon). Cette série constitue une autre adaptation pour le petit écran de cette histoire d’invasion, avec un casting renouvelé dans ce qui pourrait être une variation sensiblement différente du traitement d’Avant que nous disparaissions.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er