Accéder au contenu principal

The Looming Tower [suite, et fin]

       Si la série ne s'affranchit pas totalement des longueurs que je lui reprochais [Pour en savoir +], elle gagne cependant en intensité. À la fois grâce à la mise en scène des événements, lesquels s'intensifient ; et par l'éminence de l'inéluctable que l'on connaît. 
À ce propos, le traitement de l'effondrement des deux tours du World Trade Center, tout en sobriété, a gardé intact sa charge émotionnelle. D'autant que la préparation des terroristes occupe une place importante dans les derniers épisodes, et que ce compte à rebours qui ne dit pas son nom est d'une redoutable efficacité. Tout comme le portrait en creux qu'on leur dessine, très loin du manichéisme qu'on s'attend peut-être à trouver.
 
Ainsi apparaissent-ils certes coupables, mais en quelque sorte, bien moins responsables que l'administration Bush ou la CIA. Ou leurs commanditaires. 

Portrait à charge d'une administration donc, au travers de Condoleezza Rice, seul membre de l'administration qui occupait le pouvoir, à apparaître dans la série. Son inaptitude à comprendre, mais surtout à prendre en compte les alertes formulées par Robert Chesney (alias Bill Camp, magnifique) n'est jamais que le reflet d'un ensemble, l'administration dont elle est la conseillère à la Sécurité nationale, tout aussi sourd et inapte qu'elle. 
Là où la série fait preuve d'un machiavélisme édifiant, si je puis dire, c'est en montrant des reconstitutions de l'enquête parlementaire qui ont eu lien en 2004, donc sous la forme de fiction, et ensuite, un peu plus tard, de nous montrer les mêmes scènes extraites cette fois-ci, des archives télévisée. Tout y est rigoureusement exacte.
Le même dispositif est tout aussi cruellement appliqué à George Tenet (interprété par Alec Baldwin), l'alors directeur de la CIA. Ses réponses aux questions de la commission sont, elles aussi, édifiantes.

Cela dit, pour en revenir à Condoleezza Rice (interprétée par Elisa Davis), ce qui ne manquera pas d'apparaître à ceux qui regarderont la série télévisée comme des erreurs inadmissibles autant qu'une désinvolture homicide, ne l'empêcheront pas de devenir secrétaire d'État (autrement dit l'équivalent français du ministre des Affaires étrangères), entre 2005 et 2009.  

Portrait également à charge de la CIA.

Seul le FBI, et plus particulièrement les hommes de John O'Neill, qui occupait avant de le quitter le poste de directeur de la branche antiterrorisme du bureau de New York, sortent grandis de cette reconstitution télévisée, romancée.

Si la série gagne en intérêt au fur et à mesure, son moment de bravoure, qui vaut quelques soient ses faiblesses relatives, qu'on la regarde, est sans aucun doute l'interrogatoire du garde du corps de Ben Laden, alors incarcéré au Yémen, menée par l'agent du FBI Ali Soufan (alias Tahar Rahim, magistral). 
Voilà ce qu'en a dit l'acteur lui-même : « C'est un face à face entre un homme, Ali Soufan, qui connait très bien sa religion, et un mec qui se dit musulman et qui finalement ne la connait pas. Tout au long de cet interrogatoire, il va lui donner une leçon de théologie. C'est une scène magistrale parce qu'elle montre en dix minutes ce qu'on s'efforce d'essayer d'expliquer parfois pendant des heures. ». Dont acte !

D'autant que cette séquence est réalisée avec beaucoup de rigueur et de soin, et que les acteurs présents, sans exception, sont par contre d'une exceptionnelle justesse.  

        Si The Looming Tower est une série télévisée qu'on peut voir comme un thriller, elle est aussi un formidable témoignage sur un événement qui a changé durablement la face du monde, et qui donne de surcroît l'envie d'en savoir plus. Ne serait-ce que pour le comprendre, car nous y vivons encore.

Mais c'est aussi, une fois de plus, la preuve éclatante du talent des fictions américaines pour écrire leur roman national, et en faire -en quelque sorte- un roman mondial.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …