Accéder au contenu principal

Le Voleur quantique [Hannu Rajaniemi/Claude Mamier]

      Écrit par le jeune finlandais Hannu Rajaniemi, dont c'était alors le premier roman, Le Voleur quantique est un roman que sa maison d'édition française (Bragelonne) classe en « hard science ». Autrement la science qui y est décrite, l'est avec une rigueur toute ....... scientifique (sic).

Docteur en théorie des cordes, diplôme obtenu à l'université d’Édimbourg (GB), Hannu Rajaniemi à toute ma confiance en ce qui constitue une part très importante de son récit (à peu près 90%). En effet, en plus de mettre en scène un bel hommage à Maurice Leblanc, l'intrigue du roman est toute entière baignée d'une science tellement en avance sur celle que nous connaissons aujourd'hui, qu'elle s'apparente à une forme de magie (Cf. la troisième loi de Clarke).
Et c'est là qu'Hannu Rajaniemi a échoué à me captiver, totalement.

Et pourtant ça démarrait vraiment très très bien.

      Immergé sans préparation, ni didactisme dans un futur lointain, j'ai dû faire un effort pour m'y retrouver. Entre l’âme-de-guerre dont « les centaines d’yeux humains plantés au bout de tiges qui rayonnent de son corps comme d’un fruit exotique », des copies de soi-même, le dilemme dit du prisonnier, un bronzage prononcé qui évoque « le nuage d’Oort » ou un « zoku renégat » pour n'en rester qu'au premier chapitre.
Mais force m'a été de constater que l'immersion aussi brutale a-t-elle été, fut d'une redoutable efficacité. Cependant, très rapidement, avant la fin du deuxième chapitre, l'auteur choisit de résoudre l'une des difficultés (létale) qu'il a imaginée pour son héros, Jean le Flambeur (en français dans le texte), d'une manière tellement contre-productive en terme de dramaturgie, que tout l’intérêt que j'avais pour ce livre, a disparu. 
Presque aussi entièrement que le missile des Archontes, dont il était question.

      Tenant d'une écriture tout aussi performative que la magie, dont Arthur C. Clarke nous disait qu'elle serait l'interprétation la plus certaine, aux yeux d'un béotien, d'une technologie tellement en avance qu'il n'est pas capable de la comprendre pour ce qu'elle est : le résultat d'une science. Comme celles du roman, beaucoup trop pointues pour mes propres connaissances.
Or donc, cette écriture performative disais-je, est un remède par trop efficace en terme de gestion dramatique, de cliffhangers, de tension, etc. En effet puisque dire c'est faire, où est la limite dans un univers dont on ne les connaît pas ? 

À partir du moment où il suffisait à l'auteur d'un néologisme pour contourner un obstacle. Où aucune loi de la physique, autrement dit de la réalité, couramment entendue ne s'appliquait à son intrigue ; suivre cette enquête policière made in Maurice Leblanc a perdu tout son intérêt. Ce type de récit est d'ailleurs souvent une compétition entre le lecteur et l'auteur, certes truquée mais au moins comprend-on a posteriori le truc. Ici, même pas !

       Et pourtant l'idée était belle. Et ce n'est pas la seule de ce roman. Mais en plus des griefs précédemment exposés, si je puis dire ; l'intrigue manque singulièrement de clarté. Hannu Rajaniemi, est probablement un écrivain généreux, pour preuve il n'hésite pas à multiplier les personnages (dont pour beaucoup il ne fait pas grand-chose) fort différents, et comme je l'ai dit les idées originales, mais le résultat n'a pas eu sur moi, celui escompté..

      C'est ainsi que n'ayant pas accroché à ce Voleur quantique, je serais toutefois enclin a le recommander. Certes, pas pour son intrigue, mais pour le dépaysement qu'il procure et sa théorie de belles idées. 
Premier tome d'une trilogie -traduit par Claude Mamier - que Bragelonne ne continuera pas, ce roman peut cependant se lire, autant que je puisse en juger, indépendamment de ses suites.

Pour les lecteurs néanmoins intéressés par les suites, L'Épaule d'Orion en parle [Pour en savoir +], et Gromovar a interviewé l'auteur [Pour en savoir +]. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…