Accéder au contenu principal

Le Voleur quantique [Hannu Rajaniemi/Claude Mamier]

      Écrit par le jeune finlandais Hannu Rajaniemi, dont c'était alors le premier roman, Le Voleur quantique est un roman que sa maison d'édition française (Bragelonne) classe en « hard science ». Autrement la science qui y est décrite, l'est avec une rigueur toute ....... scientifique (sic).

Docteur en théorie des cordes, diplôme obtenu à l'université d’Édimbourg (GB), Hannu Rajaniemi à toute ma confiance en ce qui constitue une part très importante de son récit (à peu près 90%). En effet, en plus de mettre en scène un bel hommage à Maurice Leblanc, l'intrigue du roman est toute entière baignée d'une science tellement en avance sur celle que nous connaissons aujourd'hui, qu'elle s'apparente à une forme de magie (Cf. la troisième loi de Clarke).
Et c'est là qu'Hannu Rajaniemi a échoué à me captiver, totalement.

Et pourtant ça démarrait vraiment très très bien.

      Immergé sans préparation, ni didactisme dans un futur lointain, j'ai dû faire un effort pour m'y retrouver. Entre l’âme-de-guerre dont « les centaines d’yeux humains plantés au bout de tiges qui rayonnent de son corps comme d’un fruit exotique », des copies de soi-même, le dilemme dit du prisonnier, un bronzage prononcé qui évoque « le nuage d’Oort » ou un « zoku renégat » pour n'en rester qu'au premier chapitre.
Mais force m'a été de constater que l'immersion aussi brutale a-t-elle été, fut d'une redoutable efficacité. Cependant, très rapidement, avant la fin du deuxième chapitre, l'auteur choisit de résoudre l'une des difficultés (létale) qu'il a imaginée pour son héros, Jean le Flambeur (en français dans le texte), d'une manière tellement contre-productive en terme de dramaturgie, que tout l’intérêt que j'avais pour ce livre, a disparu. 
Presque aussi entièrement que le missile des Archontes, dont il était question.

      Tenant d'une écriture tout aussi performative que la magie, dont Arthur C. Clarke nous disait qu'elle serait l'interprétation la plus certaine, aux yeux d'un béotien, d'une technologie tellement en avance qu'il n'est pas capable de la comprendre pour ce qu'elle est : le résultat d'une science. Comme celles du roman, beaucoup trop pointues pour mes propres connaissances.
Or donc, cette écriture performative disais-je, est un remède par trop efficace en terme de gestion dramatique, de cliffhangers, de tension, etc. En effet puisque dire c'est faire, où est la limite dans un univers dont on ne les connaît pas ? 

À partir du moment où il suffisait à l'auteur d'un néologisme pour contourner un obstacle. Où aucune loi de la physique, autrement dit de la réalité, couramment entendue ne s'appliquait à son intrigue ; suivre cette enquête policière made in Maurice Leblanc a perdu tout son intérêt. Ce type de récit est d'ailleurs souvent une compétition entre le lecteur et l'auteur, certes truquée mais au moins comprend-on a posteriori le truc. Ici, même pas !

       Et pourtant l'idée était belle. Et ce n'est pas la seule de ce roman. Mais en plus des griefs précédemment exposés, si je puis dire ; l'intrigue manque singulièrement de clarté. Hannu Rajaniemi, est probablement un écrivain généreux, pour preuve il n'hésite pas à multiplier les personnages (dont pour beaucoup il ne fait pas grand-chose) fort différents, et comme je l'ai dit les idées originales, mais le résultat n'a pas eu sur moi, celui escompté..

      C'est ainsi que n'ayant pas accroché à ce Voleur quantique, je serais toutefois enclin a le recommander. Certes, pas pour son intrigue, mais pour le dépaysement qu'il procure et sa théorie de belles idées. 
Premier tome d'une trilogie -traduit par Claude Mamier - que Bragelonne ne continuera pas, ce roman peut cependant se lire, autant que je puisse en juger, indépendamment de ses suites.

Pour les lecteurs néanmoins intéressés par les suites, L'Épaule d'Orion en parle [Pour en savoir +], et Gromovar a interviewé l'auteur [Pour en savoir +]. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er