Accéder au contenu principal

La Fantastique Famille Telemachus [Daryl Gregory]

    À l'image de la couverture ci-contre, le roman de Daryl Gregory, commercialisé aux éditions JC Lattès*cette année, n'est pas ce que pourrait laisser croire sa jeune carrière.
La Fantastique Famille Telemachus, qui d'après ce que j'avais entendu dire, devait être publié sous un pseudonyme, traite l'imaginaire d'un manière un peu différente que ce à quoi il nous avait habitué jusqu'à maintenant.
S'il est toujours le carburant indispensable à une histoire de qualité, cet imaginaire occupe ici pourtant l'arrière-plan de l'intrigue, laquelle se concentre sur un tout autre type de récit.Dont je crois qu'il vaut mieux en savoir le moins possible, un peu comme dans un tour de prestidigitation.
Construit en majeure partie sur des dialogues, Daryl Gregory n'en oublie pas pour autant d'inventer une belle galerie de personnages pour son roman, dont bien entendu la famille en question. Et de raviver l'un des aspects les plus délirants de la « Guerre froide », avec brio & espièglerie.

.... C'est enlevé, dialogué avec un beau sens du rythme (au travers de la traduction de Laurent Philibert-Caillat), et la distribution vaut très largement qu'on en fasse la connaissance. Si La Fantastique Famille Telemachus tient plus du screwball novel (si je puis dire) que du répertoire habituel de Daryl Gregrory, ce roman n'en obtient pourtant pas moins qu'une notre triple A de mon système de notation. Et j'ajouterai qu'il le mérite.     
__________________
* Le Bélial', éditeur hexagonal « historique » de Daryl Gregory, reprendra dès cette année la main en publiant Harrison au carré, un roman qui se situe dans le même univers que Nous allons tous très bien, merci [Pour en savoir +]. Un bon moment de lecture en perspective !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.