Accéder au contenu principal

La Fantastique Famille Telemachus [Daryl Gregory]

    À l'image de la couverture ci-contre, le roman de Daryl Gregory, commercialisé aux éditions JC Lattès*cette année, n'est pas ce que pourrait laisser croire sa jeune carrière.
La Fantastique Famille Telemachus, qui d'après ce que j'avais entendu dire, devait être publié sous un pseudonyme, traite l'imaginaire d'un manière un peu différente que ce à quoi il nous avait habitué jusqu'à maintenant.
S'il est toujours le carburant indispensable à une histoire de qualité, cet imaginaire occupe ici pourtant l'arrière-plan de l'intrigue, laquelle se concentre sur un tout autre type de récit.Dont je crois qu'il vaut mieux en savoir le moins possible, un peu comme dans un tour de prestidigitation.
Construit en majeure partie sur des dialogues, Daryl Gregory n'en oublie pas pour autant d'inventer une belle galerie de personnages pour son roman, dont bien entendu la famille en question. Et de raviver l'un des aspects les plus délirants de la « Guerre froide », avec brio & espièglerie.

.... C'est enlevé, dialogué avec un beau sens du rythme (au travers de la traduction de Laurent Philibert-Caillat), et la distribution vaut très largement qu'on en fasse la connaissance. Si La Fantastique Famille Telemachus tient plus du screwball novel (si je puis dire) que du répertoire habituel de Daryl Gregrory, ce roman n'en obtient pourtant pas moins qu'une notre triple A de mon système de notation. Et j'ajouterai qu'il le mérite.     
__________________
* Le Bélial', éditeur hexagonal « historique » de Daryl Gregory, reprendra dès cette année la main en publiant Harrison au carré, un roman qui se situe dans le même univers que Nous allons tous très bien, merci [Pour en savoir +]. Un bon moment de lecture en perspective !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Les Chats du Louvre [Taiyô Matsumoto / Isabelle Merlet]

"Un musée, de nuit, on se croirait dans le ventre d’une baleine."
D’un partenariat scellé entre les éditions Futuropolis et le musée du Louvre s’est développée une collection atypique de bandes dessinées au fil des années au gré de l’inspiration d’auteurs venus d’orient comme d’occident. Le cadre de ces publications autorise aux auteurs conviés un accès privilégié pour visiter les galeries et les coulisses du Louvre, d’en arpenter couloirs et recoins de jour comme de nuit pour s’imprégner de l’atmosphère du musée. Empli des énergies qui parcourent les lieux, à charge de l’auteur d’imaginer un récit s’inscrivant au sein du décor fantasmatique louvresque. Après diverses publications, c’est au tour de Taiyô Matsumoto de se voir offrir l’opportunité de s’aventurer dans « le ventre de la baleine » avec son nouveau manga Les chats du Louvre. Initialement publié en deux tomes en noir et blanc, ce récit a été complété d’une édition intégrale parée de couleurs réalisées pour l’occas…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…