Accéder au contenu principal

Dans la Toile du temps [Adrian Tchaikovsky/Luc Planchat]

       Véritable précipité de ce que peut offrir la science-fiction, La Toile du temps fonctionne sur un scénario modulaire qui ne donnera aucun répit au lecteur. Adrian Tchaikovsky, dont c'est à ma connaissance, le premier roman traduit dans l'Hexagone (par Luc Planchat), a écrit un petit chef d’œuvre.
Couvertures de Gaelle Marco
Or donc, trois modules narratifs occupent les presque 600 pages, qu'une foisonnante imagination emmène dans le vide intersidéral du space opera, et dans les affres d'un avenir lointain & post-post-apocalyptique ; mâtiné d'un cyberpunk presque rassurant.
Du moins en regard d'un inquiétant steampunk, en tant qu'il définirait un futur technologique arrivé plus tôt, mais dans le cas d'espèce du récit, pas où on l'attendait. Et où la « vapeur » serait remplacée par tout autre chose, qu'il vaut bien mieux découvrir in situ plutôt que par le biais d'une critique ou d'une quatrième de couverture. 
Cet aspect du roman, qui n'est pas sans rappeler les peurs dont la science-fiction des années 1950 avait fait ses choux gras, est ce qui en fait l'un des meilleurs qu'il m'a été donné de lire. 
Enfin donner c'est vite dit*, mais on se comprend.

        Recombinant des stéréotypes et des sous-genres bien connus de la SF, Dans la toile du Temps accouche pourtant d'une histoire inédite ; grâce notamment à la description minutieuse d'une société en devenir. Société pour laquelle Adrian Tchaikovsky arrive à nous faire ressentir de l'empathie, et que pourtant tout éloigne de l'espèce humaine (du moins est-ce le vœux d'en être éloigné le plus possible pour le plus grand nombre des êtres humains).  Une empathie que je le soupçonne lui-même d'entretenir via son passe-temps. 

Autre tour de force, je ne serais pas étonné que nombre de lecteurs prennent, petit à petit, le parti des antagonistes du genre humain, au fur et à mesure des événements et autres nombreuses péripéties qui rythment cette ambitieuse aventure. Ce qui, sans le talent de l'auteur, n'aurait eu aucune chance d'arriver.  

Adian Tchaikovsky est un auteur dont l'étoile n'est pas près de faiblir. Et que j'espère revoir très rapidement sous nos latitudes.
 _____________________
*En effet, il vous en coûtera 24 euros si vous choisissez le format broché, et 16,99 € pour la version numérique. Tout cela disponible chez Denoël, dans la désormais célèbre collection LUNES D'ENCRE.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'