Accéder au contenu principal

Dans la Toile du temps [Adrian Tchaikovsky/Luc Planchat]

       Véritable précipité de ce que peut offrir la science-fiction, La Toile du temps fonctionne sur un scénario modulaire qui ne donnera aucun répit au lecteur. Adrian Tchaikovsky, dont c'est à ma connaissance, le premier roman traduit dans l'Hexagone (par Luc Planchat), a écrit un petit chef d’œuvre.
Couvertures de Gaelle Marco
Or donc, trois modules narratifs occupent les presque 600 pages, qu'une foisonnante imagination emmène dans le vide intersidéral du space opera, et dans les affres d'un avenir lointain & post-post-apocalyptique ; mâtiné d'un cyberpunk presque rassurant.
Du moins en regard d'un inquiétant steampunk, en tant qu'il définirait un futur technologique arrivé plus tôt, mais dans le cas d'espèce du récit, pas où on l'attendait. Et où la « vapeur » serait remplacée par tout autre chose, qu'il vaut bien mieux découvrir in situ plutôt que par le biais d'une critique ou d'une quatrième de couverture. 
Cet aspect du roman, qui n'est pas sans rappeler les peurs dont la science-fiction des années 1950 avait fait ses choux gras, est ce qui en fait l'un des meilleurs qu'il m'a été donné de lire. 
Enfin donner c'est vite dit*, mais on se comprend.

        Recombinant des stéréotypes et des sous-genres bien connus de la SF, Dans la toile du Temps accouche pourtant d'une histoire inédite ; grâce notamment à la description minutieuse d'une société en devenir. Société pour laquelle Adrian Tchaikovsky arrive à nous faire ressentir de l'empathie, et que pourtant tout éloigne de l'espèce humaine (du moins est-ce le vœux d'en être éloigné le plus possible pour le plus grand nombre des êtres humains).  Une empathie que je le soupçonne lui-même d'entretenir via son passe-temps. 

Autre tour de force, je ne serais pas étonné que nombre de lecteurs prennent, petit à petit, le parti des antagonistes du genre humain, au fur et à mesure des événements et autres nombreuses péripéties qui rythment cette ambitieuse aventure. Ce qui, sans le talent de l'auteur, n'aurait eu aucune chance d'arriver.  

Adian Tchaikovsky est un auteur dont l'étoile n'est pas près de faiblir. Et que j'espère revoir très rapidement sous nos latitudes.
 _____________________
*En effet, il vous en coûtera 24 euros si vous choisissez le format broché, et 16,99 € pour la version numérique. Tout cela disponible chez Denoël, dans la désormais célèbre collection LUNES D'ENCRE.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …