Accéder au contenu principal

Santa Muerte [Gabino Iglesias / Pierre Szczeciner]

Gabino Iglesias est un nouveau venu dans la littérature de genre à qui on ne la raconte pas. Surnommé par Jerry Stahl le «Palahniuk du barrio », l'adepte de la fonte venu de Puerto Rico revendique dans ses romans une violence omniprésente, une intrigue fortement colorée de multiculturalisme et la tchache qui va avec. Et dernière condition non négociable ; le récit doit intégrer une dimension mystique, quitte à méchamment flirter avec le fantastique.
Et pour ne pas faire les choses à moitié, Gabino Iglesias s'inscrit dans sa propre veine créative qu'il appelle - forcément - le « barrio noir» !
« Santa Muerte », son premier roman traduit (chez Sonatine™) permettra à quiconque le souhaite de se faire son propre jugement sur ledit genre. 
            Fernando est un immigré illégal mexicain qui survit à Austin au Texas, en vendant de la drogue. Dès le début du court roman d'Iglesias il est kidnappé. Relâché il va devoir délivrer un message à son employeur.
À partir de là rien n'arrivera de surprenant, hormis, justement ce qui fait de mon point de vue l'originalité du récit en question. Un aspect par ailleurs clairement revendiqué par l'auteur (et le créateur du « barrio noir »), la dimension mystique. 
« Ogún oko dara obaniché aguanile ichegún iré »
            Si on devait enlever cet ingrédient on aurait un bon roman, plutôt violent, enlevé, et divertissant. Ce qui est déjà pas mal du tout.
Mais Gabino Iglesias en introduisant une bonne dose de religion et de superstition, livre une histoire tout à fait singulière. 
Singularité renforcée par un sacré sens de l'humour.
Qui ne sera pas de trop vu la violence que les uns et les autres s'infligeront.
            Un premier roman qui passe haut la main l'épreuve du feu, et les premiers pas d'un sous-genre romanesque très prometteur.
Nul doute que son deuxième roman (Les Lamentations du coyote) confirmera l'excellente impression laissée par « Santa Muerte ».
Je ne crois pas avoir besoin de signaler le très beau travail de Rémi Pépin pour la couverture du roman. Sinon pour dire qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise.

Commentaires

  1. Bonjour. Me ferait penser à un auteur mexicain de polars mais faudrait que je le lise.
    C’est quelle langue que tu cites en italique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûrement du yoruba.
      Si tu te rappelles l'auteur auquel t'a fait penser celui-ci, je suis preneur.

      Supprimer
  2. J’aurais pensé de prime abord à un roman de Paco Ignacio Il, mais chez lui ça se déroule au Mexique,alors que là c’est plutôt dans un barrio latino du Texas.
    Mais je vais le lire car ça touche au thème du migrant entre autres et ça a l’air bien déjanté. Merci pour l’info.


    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er