Accéder au contenu principal

Santa Muerte [Gabino Iglesias / Pierre Szczeciner]

Gabino Iglesias est un nouveau venu dans la littérature de genre à qui on ne la raconte pas. Surnommé par Jerry Stahl le «Palahniuk du barrio », l'adepte de la fonte venu de Puerto Rico revendique dans ses romans une violence omniprésente, une intrigue fortement colorée de multiculturalisme et la tchache qui va avec. Et dernière condition non négociable ; le récit doit intégrer une dimension mystique, quitte à méchamment flirter avec le fantastique.
Et pour ne pas faire les choses à moitié, Gabino Iglesias s'inscrit dans sa propre veine créative qu'il appelle - forcément - le « barrio noir» !
« Santa Muerte », son premier roman traduit (chez Sonatine™) permettra à quiconque le souhaite de se faire son propre jugement sur ledit genre. 
            Fernando est un immigré illégal mexicain qui survit à Austin au Texas, en vendant de la drogue. Dès le début du court roman d'Iglesias il est kidnappé. Relâché il va devoir délivrer un message à son employeur.
À partir de là rien n'arrivera de surprenant, hormis, justement ce qui fait de mon point de vue l'originalité du récit en question. Un aspect par ailleurs clairement revendiqué par l'auteur (et le créateur du « barrio noir »), la dimension mystique. 
« Ogún oko dara obaniché aguanile ichegún iré »
            Si on devait enlever cet ingrédient on aurait un bon roman, plutôt violent, enlevé, et divertissant. Ce qui est déjà pas mal du tout.
Mais Gabino Iglesias en introduisant une bonne dose de religion et de superstition, livre une histoire tout à fait singulière. 
Singularité renforcée par un sacré sens de l'humour.
Qui ne sera pas de trop vu la violence que les uns et les autres s'infligeront.
            Un premier roman qui passe haut la main l'épreuve du feu, et les premiers pas d'un sous-genre romanesque très prometteur.
Nul doute que son deuxième roman (Les Lamentations du coyote) confirmera l'excellente impression laissée par « Santa Muerte ».
Je ne crois pas avoir besoin de signaler le très beau travail de Rémi Pépin pour la couverture du roman. Sinon pour dire qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise.

Commentaires

  1. Bonjour. Me ferait penser à un auteur mexicain de polars mais faudrait que je le lise.
    C’est quelle langue que tu cites en italique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûrement du yoruba.
      Si tu te rappelles l'auteur auquel t'a fait penser celui-ci, je suis preneur.

      Supprimer
  2. J’aurais pensé de prime abord à un roman de Paco Ignacio Il, mais chez lui ça se déroule au Mexique,alors que là c’est plutôt dans un barrio latino du Texas.
    Mais je vais le lire car ça touche au thème du migrant entre autres et ça a l’air bien déjanté. Merci pour l’info.


    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d