Accéder au contenu principal

A Fake Story [Laurent Galandon / Jean-Denis Pendanx]

La guerre des mondes, le célèbres roman d'Herbert George Wells est à la fois un récit inaugural de la Sf moderne, et un exhausteur d'imagination à nul autre pareil.
Il a par exemple engendré, rapidement, une « suite » non-officielle (signée Garrett P. Serviss), mais il a aussi fait l'objet d'un épisode radiophonique mis en scène par Orson Welles, devenu fameux grâce à une légende urbaine, qui elle non plus n'est pas près de s'éteindre.
« A Fake Story », en anglais dans le texte, une bande dessinée écrite par Laurent Galandon et dessinée par Jean-Denis Pendanx, prend le prétexte de ladite panique pour s'intéresser à un fait divers capable de révoquer la licence de la station de radio CBS™.
Son vice-président dépêche donc à Grovers Mill, dans l'État du New Jersey, un ex-journaliste est aspirant romancier, Douglas Burroughs, pour faire la lumière sur ce qui s'y est passé dans la nuit du 30 octobre 1938.
Orson Welles & The Mercury Theatre on the Air 1938
            Toutefois, ce qui intéresse nous deux auteurs, ce n'est pas temps d'étudier la véracité de ladite panique généralisée, que de mettre en évidence l'obligation de vérifier ses sources. Pour cela ils utilisent les ficelles de l'enquête judiciaire avec un beau talent de marionnettistes.
Plutôt complexe, ladite enquête montre bien la difficulté à faire émerger les faits de manière la plus impartiale possible.
            Si le dessin et la colorisation ne souffrent de mon point de vue, aucun reproche (bien au contraire) ; le lettrage des bulles de dialogues et des cartouches des récitatifs n'est pas toujours compréhensible d'un seul coup d’œil.
Même si je crois comprendre ce qui a motivé cette typographie.
            Au final, « A Fake Story » en plus d'être divertissant, se sert de la maïeutique pour nous confronter à notre propre crédulité. 
Si nous sommes les spectateurs de la démonstration, spectateurs actifs certes, en tant qu'il est peu probable que nous ne tentions pas de résoudre l'enquête. Nous en sommes aussi les cobayes.
Et il me semble que l'expérience commence dès la couverture.  

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®