Accéder au contenu principal

A Fake Story [Laurent Galandon / Jean-Denis Pendanx]

La guerre des mondes, le célèbres roman d'Herbert George Wells est à la fois un récit inaugural de la Sf moderne, et un exhausteur d'imagination à nul autre pareil.
Il a par exemple engendré, rapidement, une « suite » non-officielle (signée Garrett P. Serviss), mais il a aussi fait l'objet d'un épisode radiophonique mis en scène par Orson Welles, devenu fameux grâce à une légende urbaine, qui elle non plus n'est pas près de s'éteindre.
« A Fake Story », en anglais dans le texte, une bande dessinée écrite par Laurent Galandon et dessinée par Jean-Denis Pendanx, prend le prétexte de ladite panique pour s'intéresser à un fait divers capable de révoquer la licence de la station de radio CBS™.
Son vice-président dépêche donc à Grovers Mill, dans l'État du New Jersey, un ex-journaliste est aspirant romancier, Douglas Burroughs, pour faire la lumière sur ce qui s'y est passé dans la nuit du 30 octobre 1938.
Orson Welles & The Mercury Theatre on the Air 1938
            Toutefois, ce qui intéresse nous deux auteurs, ce n'est pas temps d'étudier la véracité de ladite panique généralisée, que de mettre en évidence l'obligation de vérifier ses sources. Pour cela ils utilisent les ficelles de l'enquête judiciaire avec un beau talent de marionnettistes.
Plutôt complexe, ladite enquête montre bien la difficulté à faire émerger les faits de manière la plus impartiale possible.
            Si le dessin et la colorisation ne souffrent de mon point de vue, aucun reproche (bien au contraire) ; le lettrage des bulles de dialogues et des cartouches des récitatifs n'est pas toujours compréhensible d'un seul coup d’œil.
Même si je crois comprendre ce qui a motivé cette typographie.
            Au final, « A Fake Story » en plus d'être divertissant, se sert de la maïeutique pour nous confronter à notre propre crédulité. 
Si nous sommes les spectateurs de la démonstration, spectateurs actifs certes, en tant qu'il est peu probable que nous ne tentions pas de résoudre l'enquête. Nous en sommes aussi les cobayes.
Et il me semble que l'expérience commence dès la couverture.  

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er