Accéder au contenu principal

Les tambours du dieu noir [ P. Djèli Clark / Mathilde Montier]

Entre avril et juin, la maison d’édition nantaise, L’Atalante™ commercialisera trois textes courts de l’auteur étasunien P. Djèli Clark. 
D’abord un recueil de deux récits intitulé Les tambours du dieu noir contenant la novella éponyme, et L’Étrange affaire du djinn du Caire, une nouvelle indépendante du récit précédent. Le tout pour 12,90 euros, ou 9,99 € pour la version numérique.
Viendra ensuite, en juin donc, Le mystère du tramway hanté
            Si j'ai lu la nouvelle dans sa langue d'origine il y a déjà quelque temps [Pour en savoir +], j’ai eu le plaisir de découvrir « Les tambours du dieu noir » grâce à la traduction de Mathilde Montier. 
            D’ordinaire ne pas remarquer la traduction atteste de sa qualité dit-on. 
Force est constater que celle-ci est, pour le coup, remarquable. Une exception qui en quelque sorte confirme donc la règle. 
Plus précisément du moins, n’ayant pas lu le texte dans sa version originale, je ne peux guère donner mon avis sur la traduction proprement dite, mais le texte qui nous est donné à lire après le travail de Mathilde Montier est un très beau coup de maître. Jugez vous-mêmes :
« Ayiti é les Zil lib essayé trapé ça dépui des lannées ! De persuadé lèspion rappoté contreband pou étidié gaz é, pétèt, trouvé coument l’affaibli. Épi vous zaut-là, vous caché ça dans la couisine d’un couvent ? » 
Seule la fascination rivalise avec l’incrédulité dans sa voix. » 
Un plus certain dès lors qu’il est question de conquérir un nouveau lectorat avec un auteur inconnu, que d'avoir une traductrice qui ne regarde pas à dépenser son talent. 
            Le récit de P. Djèli Clark est quant à lui une Uchronie qui se déroule essentiellement à la Nouvelle-Orléans en l'an de grâce 1884, et dont le point Renouvier© se situe en trois ans plus tôt, lorsque Napoléon Bonaparte missionne une expédition pour reprendre le contrôle de l’île d’Haïti
Une reprise en main qui ne se déroulera pas comme dans notre réalité historique, grâce justement aux « tambours du dieu noir » ; un objet de convoitise, au centre de l’intrigue de ladite novella. Laquelle dispose d’un portefeuille thématique qui inclut un peu de quincaillerie Steampunk, de la Fantasy et, s’agissant d’Haïti, l’ombre portée de zombies qui ne diront pas leur nom. 
Le tout est mené de main de maître par deux personnages hauts en couleur : 
Jacqueline dit La Vrille, une jeune orpheline de 13 ans. 
et 
Anne-Marie St. Augustine, inspirée de Sanité Belair, officier de l’armée haïtienne, alors sous le commandement de Toussaint Louverture. 
Et d'une poignée de personnages (très) secondaires dont on devine qu'ils n'auraient rien à envier à nos deux héroïnes, si l'auteur leur laissait la possibilité de le monter. 
            Si l’histoire met un peu de temps se mettre en place, la partie dédiée à l’action très rushée, laisse penser que P. Djèli Clark était plus intéressé par l'idée de bâtir une belle Uchronie que de livrer un énième actionner musclé. 
Reste donc un texte intéressant, qui aurait peut-être nécessité une entrée en matière plus maousse costaud, et un nombre de pages plus important pour donner l’ampleur suffisante à circonscrire la menace qu’évoquent les « tambours du dieu noir ». 
Visiblement P. Djèli Clark ne manque pas d’imagination. Il ne lui reste plus qu’à trouver le souffle que nécessitent ses belles idées. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d