Accéder au contenu principal

Les tambours du dieu noir [ P. Djèli Clark / Mathilde Montier]

Entre avril et juin, la maison d’édition nantaise, L’Atalante™ commercialisera trois textes courts de l’auteur étasunien P. Djèli Clark. 
D’abord un recueil de deux récits intitulé Les tambours du dieu noir contenant la novella éponyme, et L’Étrange affaire du djinn du Caire, une nouvelle indépendante du récit précédent. Le tout pour 12,90 euros, ou 9,99 € pour la version numérique.
Viendra ensuite, en juin donc, Le mystère du tramway hanté
            Si j'ai lu la nouvelle dans sa langue d'origine il y a déjà quelque temps [Pour en savoir +], j’ai eu le plaisir de découvrir « Les tambours du dieu noir » grâce à la traduction de Mathilde Montier. 
            D’ordinaire ne pas remarquer la traduction atteste de sa qualité dit-on. 
Force est constater que celle-ci est, pour le coup, remarquable. Une exception qui en quelque sorte confirme donc la règle. 
Plus précisément du moins, n’ayant pas lu le texte dans sa version originale, je ne peux guère donner mon avis sur la traduction proprement dite, mais le texte qui nous est donné à lire après le travail de Mathilde Montier est un très beau coup de maître. Jugez vous-mêmes :
« Ayiti é les Zil lib essayé trapé ça dépui des lannées ! De persuadé lèspion rappoté contreband pou étidié gaz é, pétèt, trouvé coument l’affaibli. Épi vous zaut-là, vous caché ça dans la couisine d’un couvent ? » 
Seule la fascination rivalise avec l’incrédulité dans sa voix. » 
Un plus certain dès lors qu’il est question de conquérir un nouveau lectorat avec un auteur inconnu, que d'avoir une traductrice qui ne regarde pas à dépenser son talent. 
            Le récit de P. Djèli Clark est quant à lui une Uchronie qui se déroule essentiellement à la Nouvelle-Orléans en l'an de grâce 1884, et dont le point Renouvier© se situe en trois ans plus tôt, lorsque Napoléon Bonaparte missionne une expédition pour reprendre le contrôle de l’île d’Haïti
Une reprise en main qui ne se déroulera pas comme dans notre réalité historique, grâce justement aux « tambours du dieu noir » ; un objet de convoitise, au centre de l’intrigue de ladite novella. Laquelle dispose d’un portefeuille thématique qui inclut un peu de quincaillerie Steampunk, de la Fantasy et, s’agissant d’Haïti, l’ombre portée de zombies qui ne diront pas leur nom. 
Le tout est mené de main de maître par deux personnages hauts en couleur : 
Jacqueline dit La Vrille, une jeune orpheline de 13 ans. 
et 
Anne-Marie St. Augustine, inspirée de Sanité Belair, officier de l’armée haïtienne, alors sous le commandement de Toussaint Louverture. 
Et d'une poignée de personnages (très) secondaires dont on devine qu'ils n'auraient rien à envier à nos deux héroïnes, si l'auteur leur laissait la possibilité de le monter. 
            Si l’histoire met un peu de temps se mettre en place, la partie dédiée à l’action très rushée, laisse penser que P. Djèli Clark était plus intéressé par l'idée de bâtir une belle Uchronie que de livrer un énième actionner musclé. 
Reste donc un texte intéressant, qui aurait peut-être nécessité une entrée en matière plus maousse costaud, et un nombre de pages plus important pour donner l’ampleur suffisante à circonscrire la menace qu’évoquent les « tambours du dieu noir ». 
Visiblement P. Djèli Clark ne manque pas d’imagination. Il ne lui reste plus qu’à trouver le souffle que nécessitent ses belles idées. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er