Accéder au contenu principal

Japantown [Barry Lancet / Olivier Debernard]

Vivre et travailler pendant plus de 25 ans au Japon a apporté à Barry Lancet, né en Californie, une profonde connaissance des us et coutumes du pays. Un vécu qu'il lègue à son personnage principal, sensé y avoir passé les 17 premières années de sa vie, avant de rentrer aux États-Unis
Une expérience qui donne à ce thriller un volet culturel tout aussi captivant que le suspense de son intrigue.
            Loin des stéréotypes, Barry Lancet évite ainsi, contre toute attente, de mentionner le terme « ninja », une quasi prouesse vu l'histoire que raconte son roman. Son approche lui permet en outre de doter son héros d'un point de vue sur les institutions japonaises, dont la subjectivité est assez rafraîchissante. 
Enfin, grâce à une idée très simple, mais encore jamais lue, il donne à son roman un point de départ qui lui permet de se déployer avec élégance.
Néanmoins, « Japantown2014 » est un thriller qui ne coupe pas tous les ponts, loin s'en faut, avec les règles du genre.
D'une manière assez amusante d'ailleurs, le village de Soga éveillera sûrement des souvenirs aux lecteurs de L'Implacable, la série de romans écrite par Richard Sapir & Warren Murphy. Mais ces « figures imposées » sont souvent l'occasion d'enrichir l'aspect culturel de l'ouvrage. Jamais didactique, Barry Lancet équilibre ce qu'on peut considérer comme raisonnable de savoir sur l'Extrême-Orient, et un savoir plus ésotérique apportant un dépaysement bienvenu. 
Entre San Francisco et Tokyo Jim Brodie devra faire appel à toutes les subtilités de son éducation pour résoudre une affaire qui prendra rapidement un tour très personnel. Tout en restant en vie.
           Un premier roman très réussi ! 

Commentaires

  1. C'est la première critique favorable que je lis de ce roman. Je vais peut-être réviser mon jugement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère ne pas avoir fait naitre une envie qui s'esquintera sur un os.
      [-_Ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®