Accéder au contenu principal

Andy Warhol’s Dracula [Kim Newman / Mélanie Fazi]

Au croisement de l'univers Wold Newton™ de P.J. Farmer et de l'uchronie existe un Terre parallèle que d'aucuns connaissent sous le nom générique d'Anno Dracula.
            Rythmée par des romans et des nouvelles, sa chronique est l’œuvre de Kim Newman. Ici aidé par Mélanie Fazi pour la traduction française. 
Or donc, ce monde parallèle envisage un point Renouvier® (ou point de divergence) comme n'importe quelle uchronie digne de ce nom, sauf qu'ici il se situe dans un roman ; certainement le plus célèbre  de Bram Stoker : Dracula !
Là où chez le dublinois le comte Dracula échoue, il devient chez le londonien « le père et le guide de la nouvelle race ». Et Anno Dracula retrace, à partir de cette victoire, la chronique chronologique d'un monde qui ressemble presque au nôtre.
            « Andy Warhol’s Dracula » commence au Chelsea Hotel avec la mort de Nancy Spungen, et mord ensuite férocement dans le monde interlope de l'avant-garde artistique new-yorkaise ; où un vampire côtoiera Andy Warhol et la faune de ceux qui auront, ou pas, connus leur quart d'heure de célébrité. 
            Je reviens brièvement sur l'idée de l'univers Wold Newton™ qui, s'il envisage une origine commune à certaines des plus importantes figures de la littérature de (mauvais) genre (Tarzan, Sherlock Holmes, Doc Savage, etc.), les considèrent surtout (à l'instar d'un W.S. Baring-Gould dès 1962) comme des personnages historiques.
Ce qui autorise dès lors à les mélanger allégrement aux individus dont l'Histoire a, d'une manière ou d'une autre, retenues les noms. Voire d'utiliser des angles morts littéraires et/ou historiques pour parfois en amalgamer certains, ou en détourner d'autres.
À partir de ces rencontres, Kim Newman invente un monde particulièrement ludique. 
Et lorsque, comme ici, il ajoute une bonne intrigue, ça débouche sur un très très bon divertissement. Et si l'univers choisi vous est peu ou prou inconnu, pas d’inquiétude, l'histoire en elle-même est suffisamment captivante pour que cela ne soit pas plus gênant qu'avec des personnages et des situations totalement inventés.
            « Andy Warhol’s Dracula » est disponible dans le recueil intitulé Faux Rêveur commercialisé par Bragelonne™. Cet éditeur a aussi publié les trois romans de la série Anno Dracula
Pour les complétistes je signale également la nouvelle Apocalypse Dracula, au sommaire de troisième livraison de la revue Ténèbres (assez difficile à trouver).
Bref la lecture de « Andy Warhol’s Dracula » m'a en tout cas donné l'envie de me replonger dans cette série, que j'ai lue dans son édition J'ai Lu™ il y a déjà quelques années. 
Si vous ne connaissez pas, tentez l'expérience, ça risque de vous plaire.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®