Accéder au contenu principal

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

 

Quatrième tome du cycle que consacre Valerio Evangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite. 
            Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle. 
Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc., voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds. 
Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante. 
« Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et de les traîner sur le bûcher. » 
Toutefois, les chapitres « Temps zéro » mentionnent deux indices (le RACHE, et le père Corona), dont la présence entre en contradiction apparente avec ce que j’avais jusque-là inféré des strates chronologiques des romans et nouvelles précédents « Cherudek ». 
            Ceci étant, le présent roman est celui qui évoque le plus ouvertement son appartenance à un courant littéraire qu’on appelle d’ordinaire, le Réalisme magique. C’est-à-dire un type de récits où un environnement très détaillé (chronologiquement, historiquement, etc.) et réaliste, est cependant envahi de perspectives ambiguës, d’étranges juxtapositions. Lesquelles suggèrent une réalité fantasmée, mais décrite sur un ton réaliste
Il ne s’agit donc pas d’un autre monde (les « mondes secondaires » de la Fantasy), mais de la révélation « magique » du nôtre. 
Du reste, le Réalisme magique - politiquement militant - œuvre contre les forces sociales dominantes à la manière d’une allégorie qui (dans le meilleur des cas) s’actualise « en temps réel ». Autrement dit, l’allégorie en question n’est pas une clef (représentation) qui convient à une serrure unique (évènement), mais un passe-partout méta-historique dont la pertinence n’a pas de date de péremption. 
Le Réalisme magique est hybride, baroque (entendu ici comme produisant une absence de vide), et maximisant la sensibilité du lecteur au mystère. 
Un programme tout ce qu'il y a de réjouissant, et que « Cherudek » honore, point par point.
            Arrivé ici au premier tiers du cycle, l’intérêt que je lui porte va croissant. Si chaque roman garde sa souveraineté propre, une cartographie plus vaste alimente dès à présent une cogitation très stimulante. Et une impatience grandissante entre chaque tome.
Il semblerait que l'éditions précédente souffrait d'une manque de relecture ; rien de tel a priori dans cette édition de La Volte™.  
Si vous ne connaissez pas encore cette série, n'hésitez pas à tenter l'aventure ; ce serait bien le diable si vous n'étiez pas satisfait !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er