Accéder au contenu principal

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

 

Quatrième tome du cycle que consacre Valerio Evangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite. 
            Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle. 
Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc., voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds. 
Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante. 
« Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et de les traîner sur le bûcher. » 
Toutefois, les chapitres « Temps zéro » mentionnent deux indices (le RACHE, et le père Corona), dont la présence entre en contradiction apparente avec ce que j’avais jusque-là inféré des strates chronologiques des romans et nouvelles précédents « Cherudek ». 
            Ceci étant, le présent roman est celui qui évoque le plus ouvertement son appartenance à un courant littéraire qu’on appelle d’ordinaire, le Réalisme magique. C’est-à-dire un type de récits où un environnement très détaillé (chronologiquement, historiquement, etc.) et réaliste, est cependant envahi de perspectives ambiguës, d’étranges juxtapositions. Lesquelles suggèrent une réalité fantasmée, mais décrite sur un ton réaliste
Il ne s’agit donc pas d’un autre monde (les « mondes secondaires » de la Fantasy), mais de la révélation « magique » du nôtre. 
Du reste, le Réalisme magique - politiquement militant - œuvre contre les forces sociales dominantes à la manière d’une allégorie qui (dans le meilleur des cas) s’actualise « en temps réel ». Autrement dit, l’allégorie en question n’est pas une clef (représentation) qui convient à une serrure unique (évènement), mais un passe-partout méta-historique dont la pertinence n’a pas de date de péremption. 
Le Réalisme magique est hybride, baroque (entendu ici comme produisant une absence de vide), et maximisant la sensibilité du lecteur au mystère. 
Un programme tout ce qu'il y a de réjouissant, et que « Cherudek » honore, point par point.
            Arrivé ici au premier tiers du cycle, l’intérêt que je lui porte va croissant. Si chaque roman garde sa souveraineté propre, une cartographie plus vaste alimente dès à présent une cogitation très stimulante. Et une impatience grandissante entre chaque tome.
Il semblerait que l'éditions précédente souffrait d'une manque de relecture ; rien de tel a priori dans cette édition de La Volte™.  
Si vous ne connaissez pas encore cette série, n'hésitez pas à tenter l'aventure ; ce serait bien le diable si vous n'étiez pas satisfait !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®