Accéder au contenu principal

Adler [Lavie Tidhar / Paul McCaffrey / Simon Bowland]

Tout commence en 1912 avec Carolyn Wells, une femme déjà.
La première elle a l'idée de réunir dans une même histoire des personnages inventés par des romanciers différents : Sherlock Holmes, le docteur Watson, Arsène Lupin, Craig Kennedy, monsieur Lecoq, Rouletabille, Raffles, Dupin, et quelques autres pour deux aventures publiées dans Century Magazine
On dit que le scénariste Gardner Fox, une trentaine d'années plus tard saura s'en souvenir au moment de créer la Justice Society of America, où il ne sera plus alors question de détectives mais de super-héros.
Philip José Farmer reprend l'idée à son compte au début des années 1970, en imaginant une origine commune à quelques héros populaires, sise à Wold Newton dans le Yorkshire, suite aux radiations d'une météorite tombée là en 1795. Quinze ans après Farmer un dessin animé réunira des personnages de comics strips dans une équipe nommée les Défenseurs de la Terre.
Mais c'est vraisemblablement Alan Moore et Kevin O'Neil qui en redynamisant le concept, via la célèbre Ligue des Gentlemen Extraordinaires (en 1999), lui donnent l'aura qu'on lui connaît aujourd'hui. 
Depuis l'idée de réunir des personnages qui n'en avaient pas la vocation a fait florès, et « Adler » en est le dernier avatar venu à ma connaissance.   
            S'il n'est pas nécessaire de connaître sur le bout des doigts tous les personnages que le scénariste Lavie Tidhar et le dessinateur Paul McCaffrey convoquent, il est évident qu'une partie du plaisir que risque de procurer la lecture du recueil récemment commercialisé réside pourtant dans cette familiarité.
Cela dit, Lavie Tidhar soigne aussi son intrigue, que je qualifierais de « Radium punk® » genre apparenté au Steampunk®, où le radium remplace la vapeur, dans un passé qui aurait vu le futur arriver plus tôt. 
Les planches de Paul McCaffrey, au style assez unique, apporte un cachet supplémentaire à ce qui se révélera finalement un prologue putatif.
            En effet, cette compilation des cinq numéros de la série parus entre février et octobre 2020 chez Titan Comics©, reste un peu trop à la surface des chose. 
Si Lavie Tidhar, plutôt connu comme romancier de SfFF, utilise pas mal de personnages, il n'en développe quasiment aucun. L'intrigue manque elle aussi un peu de complexité.
            Si la lecture d'« Adler » est une lecture agréable, elle est surtout frustrante. Aucun personnage, même le personnage éponyme, n'est assez creusé. Et au final Lavie Tidhar donne surtout l'impression d'avoir soigné les détails, au détriment du reste. 
Chaque planche procure ainsi un petit frisson de plaisir ; la remarque de Sa Majesté sur l'explication à donner sur ce qui s'est passé (qui n’efface pas totalement celui de son arrivée dans l'histoire), le rôle du docteur Jekyll, etc..
Mais l'impression d'être passé à côté de quelque chose qui aurait pu être beaucoup mieux gâche un peu l'ensemble.
Si Lavie Tidhar & Paul McCaffrey ne risquent pas d’améliorer ce qui a été fait, revoir ces personnages pour une deuxième manche plus complexe ne me déplairait pas.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®