Accéder au contenu principal

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de Clifford Jackman est une réussite totale. 
Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York
            Rédigé à partir d’une nouvelle (Oklahoma 1891) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ». 
Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901, disponible séparément*, pour former un tout cohérent. 
            Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », Clifford Jackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service des riches propriétaires terrien, que l’agence Pinkerton©, ou encore les organisations criminelles chinoises de San Francisco
Le point commun de toutes ces péripéties est l’extrême violence dont fera preuve la famille Winter et ceux qui tenteront de s’y opposer. Et par forcément pour des buts plus louables. 
            Alors même que le fond de cette sanglante épopée est assez bien connu, le natif de Deep River, en Ontario, y apporte un « je-ne-sais-quoi » qui fait toute la différence entre une rediffusion et un programme original. 
Porté par un nombre assez impressionnant de personnages différents, et une cohérence que son accouchement aurait pu facilement battre en brèche, « La Famille Winter » est la meilleure carte de visite que pouvait exhiber ce jeune auteur. 
Nul doute que Tout l’or des braves, un roman de pirates, publié cette année chez Paulsen™, sera rapidement sur ma pile à lire.
Commercialisé par Alto™ grâce à la traduction de Dominique Fortier, ce roman est aussi disponible en 10-18™ dans la collection Grands Détectives ; quand bien même les détectives que l'on y croise restent assez archaïques.  
______
 * Si vous êtes dans la bonne zone géographique cette nouvelle est disponible gratuitement [Pour en savoir +], ou alors en anglais ou en allemand sur n’importe quelle librairie en ligne.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®