Accéder au contenu principal

Le Frelon Vert

[..]  mais si ça se trouve, au moins, on ne s'ennuie pas en les regardant.  

C'est avec cette espérance que Jay Wicky clôt son commentaire sur le film Captain America. Tout à fait Jay pourrais-je dire en parlant du Frelon Vert, pas celui qui vient de sortir en salle, mais l'un des films où Bruce Lee y joue le rôle de Kato.


En fait de film, il s'agit de trois épisodes de la série télévisée réunis afin d'obtenir la durée d'un long-métrage.

... Je ne sais pas si cela tient aux dialogues, tellement évidents en regard des différentes situations qu'ils commentent qu'ils en deviennent surréalistes. Ou peut-être est-ce dû à la simplicité des scénarios, voire à leur naïveté (ce qui n'est pas forcément rédhibitoire loin s'en faut). En tout cas  ce Frelon Vert se regarde avec plaisir.

... La première aventure met le duo de justiciers sur la piste d'exécutions pour le moins singulières puisqu'elle prennent pour cibles des gens du milieu, mais surtout ces meurtres sont réalisés avec des armes qui sortent de l'ordinaire.
Le Frelon Vert et son fidèle Kato se verront opposer à un groupe de "grands chasseurs blancs" méchamment riches dans une sorte de remake de La Chasse du comte Zaroff. Une histoire que nous aurions pu intituler Green Hornet versus W.A.S.P [-_ô]


Et sans transition (littéralement) ce sont des extraterrestres qui débarquent dans le salon de Britt Reid (alias le Frelon Vert) afin qu'il diffuse un message à la télévision, Reid est en effet patron d'un groupe de presse, enjoignant les autochtones d'une zone géographique particulière  à évacuer les lieux le temps qu'un vaisseau spatial viennent les récupérer. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué dans cette nouvelle Guerre des Mondes.


Peu familier avec la série je me suis demandé si c'était du lard ou du cochon, en tout cas effet de surprise garantie !

Le dernier segment revient sur Terre, et plus précisément dans le quartier asiatique, manière de laisser feuler Bruce Lee alors qu'il distribue quelques coups de tatanes aériennes pour assainir le quartier des malfrats qui veulent s'y installer. On remarquera par ailleurs quelques scènes de combat qui semble ajoutées au fil du film, une façon de renforcer la présence du Petit Dragon certainement.

Rien de particulier si ce n'est que l'on retrouve déjà (un peu) la gestuelle de Bruce Lee qui fera fureur quelques années plus tard ; et surtout il me semble que l'acteur qu'affronte Bruce Lee dans le combat final est doublé par son ami Dan Inosanto ?! 

Dan Inosanto & Bruce Lee
En conclusion, un film agréable qui s'il ne casse pas des briques peut accompagner gentiment une heure et dix huit minutes de votre vie, ce qui n'est déjà pas si mal. 

Commentaires

  1. Je me rappelle avoir vu un extrait dans la séquence du téléspectateur.
    Celle de la partie de chasse.
    Une question me taraude...
    C'est qui le mec en vert à côté de Bruce Lee ?

    RépondreSupprimer
  2. à Zaïtchik,

    Je présume que tu veux parler de la première photo. Pour répondre à ta question, c'est Van Williams. C'était le partenaire de Bruce Lee dans cette série et c'est même lui qui avait le premier rôle.
    Par contre, en Chine, et pour les chinois, le premier rôle était bien-sûr attribué à Bruce Lee. Ils avaient même rebaptisé la série "Le Kato Show", Kato étant le patronyme du personnage interprété par Bruce Lee.

    RépondreSupprimer
  3. C'était juste du mauvais esprit...
    Une manière de dire que le pauvre héros s'est vu relégué au second plan à cause de la popularité de son comparse.
    ça doit énerver même le CPT Kirk.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service