Accéder au contenu principal

The Raven/L'Ombre du Mal

Une bien belle idée que celle de mettre en scène Edgar Allan Poe face à un tueur qui fait du poète, étrange paradoxe, sa muse.
Mais avant de parler plus en détail du film de James McTeigue laissez-moi vous proposer un petit entretient avec Roger Corman, cinéaste qui a souvent réalisé des films à partir des écrits de Poe. 



... En 1833 un jeune étudiant en médecine Horatio Davis Sheppard lance le Morning Post premier et pour le coup éphémère journal à 1 cent (alors qu'à l'époque un journal coûte 6 fois plus en moyenne), il faudra attendre quelques mois pour que paraisse un autre journal à un prix si bas. Mais le Sun puisque c'est de lui qu'il s'agit, allait ouvrir la porte à ce que l'on appelle la penny press.
La penny press signe l'entrée des Etats-Unis dans une nouvelle ère médiatique, une période où le journal en tant qu’artéfact, jouera un rôle moteur et structurant de la société. Si les journaux bons marchés prennent acte de la révolution industrielle et de la démocratisation de la société (la presse quotidienne se limitait avant l'apparition de la penny press à des journaux d'informations commerciales et politiques, vendus par abonnement à un public restreint), ils sont aussi les acteurs de premier plan de ce qu'on appellera plus tard la "culture médiatique".
Cette presse des années 1830 a été une forme de journalisme équivalente à ce qu'a été le new journalism des années 60. Comme lui elle emprunte à la littérature un certain nombre de traits où la fonction narrative prédomine. Le contenu de ces journaux était essentiellement composé de publicités, de petites annonces et bien évidemment de faits divers. 
Dans le marché très concurrentiel de la presse aux U.S.A, en 1850 un rapport officiel recense pas moins de 2526 publications différentes pour une population de 23 millions d'habitants (dont 3 millions d'esclaves qui n'ont pas accès aux journaux), soit un total de 426 409 974 exemplaires par an ; donc dans cette jungle d'encre et de papier tout est bon pour captiver et fidéliser les lecteurs. 
Ainsi Edgar Allan Poe écrira-t-il pour le Sun un article qui titrait : "l'Atlantique franchi en trois jours!". Ce qui n'était en fait qu'un canular.
Mais c'est d'une autre sorte d'articles que devra écrire l'auteur du Corbeau au cours de l'aventure qu'il vivra sous les traits de l'excellent John Cusack. 
L'idée de faire des histoires de Poe des scénarios pour un tueur dans le contexte de la presse de l'époque tel que décrit précédemment est tout à fait pertinent. Les motivations et les projets du tueur sont aussi une très belle trouvaille. Et la fin du film propose un changement de parallaxe joliment bien vu.
Un film qui en plus d'être un divertissement de qualité m'a donné envie de relire Edgar Allan Poe.

Avant de nous quitter permettez-moi de vous proposer un entretient avec Georges Walter (auteur d'une biographie de Poe) aux micros de Mauvais Genres :    

 

 Pour en savoir plus sur la presse de l'époque : ici, et .

Commentaires

  1. Toujours aussi intéressant, merci !
    Par ailleurs, l'achat de l'edition deluxe d'un certain Flex Mentallo par Quitely et Morrison m'a fait comprendre d'où provient le musculeux en slip léopard de ton bandeau.
    Tout ça m'a l'air très cohérent. Bon été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Belle série que celle de Flex, non !?

      Bon été à toi également.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…