Accéder au contenu principal

H.E.R.O. Pfeifer & Kano

Créé dans les années 60 pour le compte de l'éditeur étasunien DC Comics, par Dave Wood & Jim Mooney, le cadran mystique (?) qui permet à celui qui le détient de devenir un super-héros en formant le mot H.E.R.O. avec les lettres dudit cadran traverse le temps et change de propriétaire.
C'est Robby Reed qui ouvre donc le bal au mitan des sixties, suivit de deux adolescent Chris King et Vic Grant dans les années 80 sous la houlette cette fois de Carmine Infantino et de Marv Wolfamn (mais pas seulement). 
Cette seconde mouture a une particularité non négligeable : elle met en scène des personnages créés par les lecteurs : soit les super-héros, soit les super-vilains ; mais je reviendrai bientôt sur cet aspect dans un prochain billet. 

Au début du XXIème siècle c'est au tour de Will Pfeifer de proposer une idée pour la série à l'instigation de l'editor Mike McAvennie.
On pourrait dire que H.E.R.O. la série de Will Pfeifer & Kano (alias Jose Angel Cano Lopez) synthétise et amplifie ce qui s'est passé entre la série de Wood & Mooney et celle de Wolfman & Infantino :  en ce sens que le cadran passe de main en main, et transforme la vie de différents personnages. 
Je soulignerai aussi que le lecteur, en suivant l'artefact, traverse les Etats-Unis dans un sens bien précis : celui de la "Conquête de l'Ouest."
Hasard ou nécessité ?
Le nouveau cadran imaginé pour la série
Le recueil Powers and Abilities, que l'on peut traduire par "Pouvoirs et Possibilités" annonce la couleur : la série va d'une part s'intéresser à ce que c'est que d'être un super-héros dans les premiers temps de cette nouvelle vie, et surtout aux répercussions que cela entraîne.
C'est un peu une ambiance à la Marvels ou à la Astro City, Will Pfeifer privilégie une approche disons "réaliste" du phénomène super-héros, vu par le commun des mortels.
Là où la donne change par rapport aux deux séries citées c'est en ce que "l'homme de la rue" devient lui-même un super-héros, ou disons un être doué de capacité sur-humaine.
On retrouve dans la série de chez Pfeifer & Kano le même charme que dans le premier épisode de Spiderman de Steve Ditko & Stan Lee ; surtout dans le premier arc du recueil qui met en scène le jeune Jerry. 
Le cinquième épisode suit un golden boy aux dents longues (pléonasme) qui devient dépendant de ce que lui procure le cadran,qui vient donc de changer de main.
Le sixième et dernier épisode du paperback, s'intéresse à de très jeunes adolescentes devenues  détentrices du cadran.
La série comporte 22 numéros, mais seules les six premiers ont fait l'objet d'un recueil.
Pour terminer, j'aimerais souligner l'apport du coloriste Dave Stewart qui fait un travail extraordinaire sur le premier run de 4 épisodes, on voit nettement la différence avec J.D. Mettler qui s'il ne démérite pas laisse beaucoup plus transparaître le trait anguleux de Kano sur les deux épisodes suivants.
Ainsi sur les quatre premier épisode l'apport de Stewart arrondi le trait de Kano, qui en devient presque cartoony, et procure un saisissant contraste avec l'ambiance "dépressive" de l'histoire.  
Or, donc un recueil qui mérite plus qu'un coup d’œil si vous voulez mon avis.          

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service