Accéder au contenu principal

Buffalo Runner (Tiburce Oger)

... Le western est né de la rencontre d'une mythologie, qui prend principalement sa matière première durant les années 1880 et 1890, avec un moyen d'expression, ou plutôt avec des moyens d'expression : la littérature, le cinéma, la bande dessinée, mais aussi les cirques itinérants comme celui de Buffalo Bill.
C'est d'abord dans la littérature bon marché que l'une des figures emblématiques de cette mythologie fait son apparition et plus précisément dans les dime novels, ces romans à trois sous inventés par Beadle & Adams.
D'abord personnage secondaire, le cow-boy puisque c'est de lui qu'il s'agit, acquière le statut d'une sorte de chevalier de la Frontière dont l'arsenal est constitué d'un six-coups, d'un bowie-knife et d'un lasso. Dès les années 1890 son rôle est "de rétablir la justice face au Mal" (M.C. Boatright)

La Frontière est d’abord un espace de peuplement, c’est aussi une théorie de l'expansion sur le modèle évolutionniste et in fine le creuset de la nation et de la démocratie américaines. 
C'est un concept de progrès et de transformation : le terrain de la perfection de la virilité et de la création du sang américain.  

Si  le cow-boy est à proprement parler un "vacher" on sait finalement que sous ce vocable existent plusieurs types de personnages.
Or donc, c'est au travers des souvenirs d'un cow-boy Ed Fisher, et de ses différents "métiers" qui sont autant d'archétypes, que Tiburce Oger  nous raconte tout un pan de la mythologie américaine.
Et bien évidemment c'est sur la Frontière, creuset fondateur, que ça se passe.
La première chose que j'ai remarqué en lisant cet album, c'est la qualité de la colorisation.
Ensuite l'élégance des procédés narratifs qui par ailleurs ne se contentent pas de n'être que des procédés mais s’insèrent complètement dans l'histoire qu'on nous raconte.
Il y a là un joli tour de main à l'oeuvre, indéniablement.
Ainsi l'idée d'utiliser la photographie comme point de départ n'est je pense pas anodin, lorsqu'on sait la puissance qu'elle a eu dans la création de l'Ouest. Un autre procédé fort élégant au demeurant, et que je ne peux dévoiler ici, devient tout autant un élément de l'histoire qu'un point de bascule inattendu (en tout cas il l'a été pour moi).
Ed Fisher est un old timer, et sa vie et ses rencontres sont un véritable catalogue mythologique.
Du récit de captivité, au massacre des bisons, en passant par les abattoirs de Chicago,ou le vigilantism (Pour en savoir +).
Évoquant ici une figure historique qui n'est pas pour rien dans la célébration de l'Ouest en tant que creuset de la nation américaine ou là le chemin de fer (Pour en savoir +).
un joli travail sur la couleur là aussi
Buffalo Runner est à mes yeux une fort belle réussite, aussi bien en terme d'histoire qu'en ce qui concerne la manière de la raconter.
Et c'est sur ce point que j'aimerais conclure en attirant votre attention sur un aspect technique, propre à la bande dessinée, qui est me semble-t-il assez négligé d'une manière générale.
J'ai il y a peu, souligné le travail fait dans ce domaine par Frank Quitely (Pour en savoir +), Tiburce Oger fait montre également d'un réel talent dans ce qu'on appelle parfois "l'écriture du son", autrement dit les onomatopées.

Attention toutefois, les images que je propose pour illustrer mon propos peuvent gâcher le plaisir de découvrir cet album. Il vaut mieux avoir lu Buffalo Runner avant

Le son en tant qu'il exprime la distance :
Le personnage tombe (première case) avant que le son de la déflagration ne se manifeste aux oreilles des protagonistes (deuxième case).

Dans la case suivante, le tireur s'est rapproché : la chute et l'onomatopée sont dans la même case et les lettres se chevauche alors que dans la première onomatopée il y avait comme un étirement ..   
Le son n'est pas le même pour toutes les situations :
Dans la case ci-dessus on prend bien conscience d'une part de la distance entre le tireur et sa cible et de la pénétration de la balle.
On ne manquera pas non plus le très beau travail de colorisation.

Les deux cases suivantes (infra) donne une idée de mouvement avec l'encrage de l'onomatopée : le haut des lettres n'est pas encré : début du versement le plomb ne touche pas la pince (pas de bruit), puis expansion du centre vers l'extérieur à la fois de l'onomatopée et du liquide. 
La deuxième case utilise la couleur en renfort, c'est plus sombre à l'endroit de la percussion là où le son est plus net puis, atténuation du son et de la couleur.

Vous connaissez la blague : si on demande à un tueur professionnel la première chose qu'il ressent après avoir abattu quelqu'un, sa réponse est .... le recul de l'arme.
Tiburce Oger nous donne une idée du calibre (taille de l'onomatopée) et du recul : les lettres semblent vibrer et se déformer :
:

Voilà donc un petit aperçu du travail sur le son, et ce que j'aimerais souligner, c'est qu'il n'est pas ici un simple gadget, de nombreuses cases n'ont pas d'onomatopées.
Les onomatopées sont là pour enrichir l'immersion du lecteur pas pour le faire sortir de sa lecture, leur utilisation doit tendre vers un "juste milieu".

... Bon vous l'avez compris cet album est une belle réussite à tout point de vue. [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p