Accéder au contenu principal

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus émouvants et les plus amusants à lire. 

En tout cas ils permettent de venir à bout des 272 pages, traduites par Patrick Marcel. Dont le travail sur le vocabulaire et les jeux de mots, laisse entrevoir les difficultés qu'il a pu rencontrer lors de la traduction. À ce propos, le style est aussi un puissant point d'ancrage pour ne pas dévisser lorsque Sherlock passe au second plan.

       En définitive, John Varley aurait eu meilleur temps, à mon goût, de se focaliser principalement sur Sherlock, et de réduire considérablement le temps que met son intrigue à aboutir. 

     L'édition Lunes d'encre (21,90 €) bénéficie en outre, d'une magnifique couverture d'Alain Brion, qui si elle ne respecte pas l’engouement de Chritopher Bach pour ses homologues hard-boiled, est d'une classe folle ! 

Un roman qu'on pourrait ne pas lire, si ce n'était la présence de Sherlock
Le Chien critique, qui m'a fait l'amitié d'un commentaire, a aussi lu ce roman ; et son avis est disponible ici !

Commentaires

  1. Je viens de le finir, et je partage ton avis. L'atout Sherlock aurait dû être prépondérant. Me reste une impression d'univers intéressant, mais beaucoup trop survolé

    RépondreSupprimer
  2. C'est ça, on survole mais on n'atterrit jamais.

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement d'accord avec toi, s'il n'y avait pas Sherlock je me serai presque endormie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je verrais bien un texte entièrement consacré à ce personnage.

      Supprimer
  4. Voilà qui me refroidit méchamment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pour ça que je ne fais pas beaucoup de critiques négatives. J'ai toujours des scrupules quand quelqu'un laisse entendre qu'il se fie à mon avis, et hésite.

      Mais pour le coup ce roman, en très grande partie raté, accouche de Sherlock, et les chapitres qui le concerne sont excellents. D'où ma critique.

      Supprimer
  5. En effet, nous sommes d'accord. Et comme le dit le chien (pas Sherlock mais le Critique !) l'univers est intéressant mais trop peu développé.

    RépondreSupprimer
  6. Est-ce que l'on apprend de nouvelles choses sur l'univers des "Huit Mondes" ? J'ai l'impression que depuis le Canal Ophite, il ne s'y passe pas grand chose d'intéressant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'en crois ce forum [http://forum.planete-sf.com/viewtopic.php?f=6&t=2101], c'est possible.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.