Accéder au contenu principal

Canicule (Vautrin/Baru)

« Le roman noir, c’est l’apprentissage sur le tas. C’est la vie sous la couverture. Dans l’ombre et dans la marge. Une discipline qui sied aux autodidactes, aux libres penseurs, aux doux dingues de l’utopie, aux fascinés de l’anarchie, aux ennemis de l’ordre noir. »



Adapté pour le coup par Baru en une centaine de pages, Canicule de Jean Vautrin (également adapté au cinéma par Yves Boisset) est une plongée dans le "rural noir". En lieu et place des 4 copains partis descendre la Cahulawasee River dans le roman de James Dickey, on a Jimmy Cobb criminel en fuite qui tente d'échapper à ses poursuivants.
Les gaillards et les gisquettes sur lesquels il va tomber en Beauce, n'ont rien à envier à ceux qui vivent en Géorgie dans le roman de Dickey Délivrance (adapté par John Boorman pour le cinéma en 1972). 
Le roman noir nous dit Thomas Narcejac, au même titre que la bande dessinée du même genre ajouterais-je "peut se ramener à trois grands thèmes : la clandestinité, la cruauté et la révolte", et pour enfoncer le clou, comme Sartre l'a dit : l'homme est de trop. 
Canicule est une histoire absurde sur fond de pauvreté (pas seulement pécuniaire) et de brutalités quotidiennes, où l'horreur exprime totalement la condition humaine même si nous dit Baru, il a choisi d'accentuer le côté grotesque pour rendre le reste supportable.
L'idiome du rural noir en tant que genre, ce dernier entendu au sens d’une convention de nature esthétique et institutionnelle partagée, a besoin pour s'exprimer de trois notions fondamentales (Cf. Pierric Guittaut) : le monde forestier (faune, chasseurs et exploitants), la petite ville et sa mythologie (repli, commérages, vendettas, sexualité exacerbée, continuité historique)  et la rudesse de la vie au quotidien (pauvreté et éducation fruste, climat et nature hostile, omniprésence de la mort), et en ce qui concerne Canicule, elle le baragouine plutôt bien cet idiome.
La mise en récit de Baru est si efficace, si parlante, si expressive qu'il n'hésite pas à nous livrer des planches totalement muettes mais d'une redoutable efficacité.

... Vous l'avez compris Canicule a été un très très bon moment de lecture, une plongée crue dans ce qui peut se faire de mieux en rural noir à la française. 
Canicule c'est si je puis dire la rencontre fortuite sur une table d’équarrissage des Tontons flingueurs et de Délivrance, baignée par un soleil de plomb.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.