Accéder au contenu principal

Mandroid (Wagner/Walker/Colby/Crichtlow)

Nate Slaughterhouse est le vétéran d’une guerre sanglante menée sur une planète extraterrestre. Déchiqueté, écrasé, brisé puis reconstruit, Nate devient plus une machine qu’un homme : un Mandroid ! Quand Nate revient à Mega-City One, il découvre qu’il est incapable de faire face à sa nouvelle existence […]
... Je ne sais pas si la production de la « culture de masse » a augmenté, par contre je suis persuadé que son accès est beaucoup plus facile aujourd’hui que disons au début des années 1990 du siècle dernier.
La Toile permet de s’affranchir des (anciens) canaux traditionnels de diffusion et du « contrôle » que ceux-ci pouvaient exercer. 
Sans parler des frontières et des langues qui ne sont plus qu'un mauvais (?) souvenir.
D’autre part, les individus en charge de produire cette culture dite de masse ou d’en autoriser la production sont plus nombreux aujourd’hui, en outre ce sont des gens qui ont eux-mêmes baignée dedans la majeure partie de leur existence.

Or donc, si la culture de masse n’a pas augmenté (?), du moins est-elle plus largement diffusée. 
Corollaire de sa plus large diffusion, elle impose un nombre plus élevé de références qui sont de fait partagées par tous (ou presque), et diminue d’autant plus la chance de lire une histoire totalement originale.
Il est devenu évident du moins pour moi, que ce n’est plus l’art d’un nouvel alphabet que j’attends mais plutôt celui de nouvelles combinaisons de mots anciens, et pour le coup ici de nouvelles combinaisons d’idées sinon anciennes du moins déjà connues.

Je ne suis pas le premier (ni le dernier) à le dire mais nous sommes clairement dans l’ère de la postmodernité.
Cela dit, le recyclage, la parodie, le pastiche (liste non exhaustive) n’ont pas attendu l’ère postmoderne pour entrer en jeu ; mais aujourd’hui, je crois que l’on ne peut plus y échapper.  

L’une des conséquences du postmodernisme est que la manière de lire à elle aussi changée. 

Lire de nos jours, c’est (pour certains de nous, dont moi) mettre en route un processus encyclopédique qui renvoie à des conventions génériques fondées sur un ensemble intertextuel et architextuel « global ». 
Dés lors il y a toujours un « arrière-plan » imaginaire englobant qui dépend du lecteur et de ses compétences génériques mais auquel il ne peut pas échapper.

Par exemple ici, et sans que cela affaiblisse l’histoire, Mandroid me semble être le croisement entre les films Un Justicier dans la ville (et sa philosophie du vigilantism) et Robocop (et son policier cyborg), le tout transposé dans l’univers du magazine britannique 2000AD et plus particulièrement au cœur de Mega-City One
Ceci étant dit, est-ce que ça marche ?

Eh bien oui, Mandroid est une aventure (auto-contenue) où par ailleurs le Judge Dredd n’apparaît qu’en creux, mais c’est là aussi que l’on voit le tour de main du scénariste John Wagner (et le processus encyclopédique dont je parlais) : Dredd est un personnage à part entière du récit, et sa personnalité est fort bien décrite, donc disais-je une aventure captivante très bien ficelée.

Les personnages ont une épaisseur psychologique comme on dit, et il y en a suffisamment pour que le monde dans lequel ils évoluent prenne lui aussi une consistance suffisant pour favoriser l’immersion du lecteur. 
De plus le large cheptel de personnages différents, et leurs interactions permettent de bien comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui se passe, et où ça se passe.

En conclusion si je puis dire, Mandroid est un album à mettre entre les mains de tout lecteur curieux de passer un très bon moment de lecture.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et