Accéder au contenu principal

Suburra (Stefano Sollima)

... Au Ier siècle Subure était un quartier de Rome où vivaient les gens de peu et où les lupanars avaient proliféré avec vigueur.
Pour Giancarlo De Cataldo (juge & écrivain italien) Subure "reste la métaphore parfaite de cet endroit où la pègre et les gens "normaux" se croisent et passent des pactes."
Des pactes de type mafieux.
En près de 500 pages Giancarlo De Cataldo et Carlo Bonini (journaliste de La Republica) ont écrit un roman dont les connaisseurs de la vie romaine ou les Romains eux-mêmes ont eu du mal à distinguer ce qui relevait de la fiction et la part de la réalité (Voir à ce sujet, l'excellent hors-série de Marianne 2016 sur le polar).
L'ouverture en novembre 2015 du procès "Mafia Capitale" aurait même tendance à faire oublier que Suburra est un roman.
Suburra le film, est un long-métrage glaçant qui relègue les films dit d'horreur ou réputés tels au rang d'aimables comptines (j'exagère, un peu).
Et ce sentiment ne m'a pas quitté une seule seconde, d'autant que si on se fie à la fiction pour se faire une idée de la "réalité", il apparaît clairement que si les (très) violents protagonistes qui imposent leur loi criminelle sont mis en échec, c'est soit le fait de hasards malencontreux, à cause de leur ego ou d'un subit (et inexplicable) relâchement de la violence qui les habite.
Bref rien qui ne soit orchestré par les "forces du Bien", singulièrement absentes de l'histoire qu'on nous raconte.

... En définitive, Suburra est un film qui m'a scotché tout du long, et qui m'a laissé une sensation d'insécurité et de malaise très forte.
Une belle réussite avec des acteurs "habités" et une mise en scène d'une redoutable efficacité (il y a un côté viscéral indéniable)
Or donc, je me répète mais Suburra est un film formidable.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.