Accéder au contenu principal

DEATHSTROKE (Rebirth)

…. En jetant un coup d’œil aux pages que proposent régulièrement les éditeurs outre-atlantiens, en avant-première pour chacun des numéros qu’ils publient, je me suis fait la réflexion que la série Deathstroke - made in DC - prenait une direction qui me rendait décidément très curieux de voir ce qu’elle racontait.

Une curiosité aiguisée par …
• Le retour de Christopher Priest aux affaires
• La nouvelle stylique du personnage
• Un Cary Nord « méconnaissable »
• Et l’apparition du Red Lion 
Deathstroke, c'est d'abord une histoire de wheelons
…. Et force est d’avouer que si j’ai lu d’une traite les 13 numéros parus depuis le redémarrage de l’univers mainstream de l’éditeur new-yorkais (nom de code : Rebirth) avec beaucoup de plaisir, je serais bien en peine d’en expliquer les tenants et les aboutissants à qui me le demanderai.
À part dire avec qui s’allie Deathstroke ou qui il affronte ; et encore j’entretiens des doutes sur certaines « rencontres », tout le reste est assez nébuleux. Et c’est d’ailleurs ce qui me sidère le plus.

Cette absence de cohérence interne (ou supposé-t-elle), n’a en définitive & contre toute attente, pas été un obstacle au plaisir que m’ont procuré ces 13 numéros.
C’est d’ailleurs un peu du même ordre qu’avec les scénarios de Nick Spencer.

En effet, le peu de cas que fait ce dernier des points les plus intéressants de ses récits - si cela m’exaspère beaucoup - ne m’empêche pas de lire ce qu’il écrit avec beaucoup de plaisir, et d’attendre la suite avec beaucoup d’intérêt. Voire, d’enchaîner numéro après numéro.
J’ai eu le même cas d’assuétude avec la série Deathstroke.
Priest, ici avec Denys Cowan, ne s'interdit pas de donner à réfléchir à ses lecteurs
Pris par la lecture, le storytelling incite à continuer, en dépit d’un fil rouge invisible : les événements s’enchaînent, chacun y va de sa « trahison-qui-n’en-était-pas-une », la linéarité chronologique joue aux montagnes russes, les guest-stars sont plus nombreuse que sur le Pacific Princess, et moi aussi je m’amuse comme un fou. 

Plus nombreux que le carré VIP de DC invité dans ses pages, les artistes qui les dessinent se succèdent ; rythme bimensuel oblige. 

Priest, qui de son côté fait feu de tout bois en terme de narration, et l’équipe éditoriale réalisent un joli tour de force, et mettent à contribution les points forts de Carlo Pagulayan, Larry Hama (en storyboarder de luxe), Cary Nord, Denys Cowan, Joe Bennett, je crois que je n’ai oublié personne (du moins si on excepte les encreurs, coloristes, cover artists ou designers) ; qui réalisent à eux tous un parcours sans faute, des épisodes aux ambiances contrastées et rien moins qu’ennuyeux.
Cary Nord garde le cap malgré un changement de style
…. Deathstroke, dopé à la créatine de série B transforme le scénario qui le meut en cri primal au staccato ininterrompu, et traverse à tombeau ouvert les quartiers malfamés de l’imagination où s’agitent : barbouzes, « wheelons », père indigne, rancœur amoureuse et trahison en tout genre (liste non exhaustive). 
The Red Lion
Deathstroke, une série qui fonctionne comme un appartement repeint.

(À suivre …..)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.