Accéder au contenu principal

Kill the Gringo (Gibson/Grunberg) 2012

…. Écrit à six mains : Mel Gibson, Stacy Perskie & Adrain Grunberg (ce dernier en est aussi le réalisateur) Get the Gringo, titré en globish Kill the Gringo, et dont le titre original est How I Spent My Summer Vacation (un titre qui compte tenu de son sujet est bien plus explicite que les autres), n’a pas eu les honneurs des salles obscures aux Etats-Unis.
Ni en France non plus, je crois.

L’histoire du titre du film serait presque plus longue que son pitch (et je n’ai pas cité le titre québécois : Prison tout inclus), alors que celui-ci met pourtant en scène un Mel Gibson plus cabotin que jamais, et très en forme.
Kill the Gringo est un film qui repose bien plus sur l'abattage de son acteur principal, que sur la trame – cousu de fil blanc – de son scénario :
Incarcéré dans une prison mexicaine, qui ferait passer la prison turque made in Midnight Express pour un club de villégiature trois étoiles, Mel Gibson, dont on ne connaîtra pas le véritable patronyme, genre tête brûlée débrouillard enduit d’une chance de cocu à toute épreuve, va tout faire pour sortir de cet enfer gouverné par le darwinisme social sauce chili (sic).
Mais ce pied nickelé du grand banditisme, a aussi un cœur (alors que quelqu'un cherche plutôt un foie).
Le duo que forme l’acteur avec son jeune « sidekick » (Kevin Hernandez dont c’est nous dit-on le premier film) n’est pas pour rien dans le plaisir qu’on peut prendre à regarder se dérouler cette histoire. 
Et si comme je l’ai dit, la trame est linéaire et dépourvue de véritable surprise, l’humour et les commentaires sarcastiques de la voix over du principal protagoniste – qui commente donc sa propre aventure – donne un chouette moment de divertissement.
J’ai par exemple lu des critiques plutôt élogieuses de The Blood Father, eh bien j’échange – sans regret - deux barils de Blood Father pour un seul de Kill the Gringo

…. En définitive Kill the Gringo ne vaut sûrement pas le prix d’une place de cinéma (mais j'en connais d'autres, et je les ai vus aussi), mais vu à la sauvette, un jour ou rien d’autre ne nous accapare, il fait le maille.

Commentaires

  1. Petit film bien sympa qui pourrait presque être la suite de Payback. voilà un truc qui se regarde sans déplaisir, sans prétention, bien fun et destroy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, belle idée d'y voir la suite de Payback.
      Seulement, j'ai justement vu la version "straight up" il y a quelques semaines, et les caractères des personnages ne correspondent pas trop.
      Ou disons que je vois mal Porter (de Payback)alias Parker de Westlake, dans un coup foireux comme celui qui l'envoie dans la prison de Kill the Gringo.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.