Accéder au contenu principal

One Week In The Library

Mais mon totem vit la honte ; 
de son autel-pilier descendit, 
Et il me dit dans une vision de nuit : — 
« Il y a neuf et soixante manières dans la tribu de construire des lais, Et chacune d’entre elles est dans la vérité ! » 


À l’ère néolithique*, Rudyard Kipling
Traduction de Daniel Tron

Ô Dieu ! je pourrais être enfermé dans une coquille de noix, et me regarder comme le roi d'un espace infini, si je n'avais pas de mauvais rêves.  


Hamlett*, Shakespeare 
Traduction de François-Victor Hugo
…. À l’heure de la reproduction de masse, la culture est d’abord et avant tout une industrie. Et la bande dessinée n’échappe pas à cette catégorie, et encore moins si j’ose dire la BD étasunienne en tant qu’elle a taylorisé jusqu’à l’os sa propre production. 
Un illustré (comic book, graphic novel, tpb, ..) est (donc) un objet manufacturé comme les autres que seul le « regard » du lecteur fait exister en l’arrachant à sa fonction utilitaire, pour en faire une représentation mentale. Une œuvre singulière.
One Week In The Library est à la fois un exercice de style oulipien et un récit auto-réflexif. 

Autrement dit, l’auteur construit un récit qui en souligne le mode de production, en même temps qu’un labyrinthe dont il se propose de sortir ; en luttant contre la nature contre-productive du dénouement. 

One Week In The Library dévoile également la nature performative de la fiction à l’époque de sa reproductibilité technique : ce qu’on y dit a de fait moins d’importance (car on le sait déjà), que le fait de le dire. 
Et la manière de la faire. 

Loin de limiter l’imagination du lecteur en réifiant celle du scénariste, le « pool artistique » l’exhauste avec un beau savoir-faire.

*Citations en exergue (& en anglais) de l’album original. 
 _____________________________ 
Scénario : 8,96 /10 
Dessin : 9, 67 /10 

Appréciation globale : (Auteur.e.s) À suivre …………

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.