Accéder au contenu principal

The Button (crossover Batman/The Flash) Rebirth

SPOILERS
…. Tom King est un scénariste dont les histoires réussissent pour l’instant en tout cas, à me captiver. (Même The Vision dont le premier tome ne m’avait pas très enthousiasmé, s’est révélée être une excellente aventure.) 
Elles combinent – d’une manière générale - suffisamment de péripéties et de mystère(s) pour me tenir en alerte et me faire tourner les pages l’une après l’autre avec un léger sentiment d’urgence. Son storytelling si caractéristique n’est d’ailleurs pas pour rien dans l’aspect captivant que je trouve à son travail. 
Seulement, tout aussi captivé que je sois il me reste toujours, à la fin de mes lectures, une petite amertume, un goût de « trop peu » ; l’impression d’avoir fait du surplace. 
Voire dans certains cas (The Omega Men par exemple), un final en dessous de mes espérances, et de ce que la série semblait promettre.

Et The Button, le crossover que King a écrit en collaboration avec Joshua Williamson, le scénariste de la série The Flash n’y déroge pas. 

Quatre numéros, deux de Batman (les #21 & #22) et deux du bolide rouge & or (numéros 21 & 22 aussi), publiés en alternance sur une durée d’un mois, rythme de publication bi-mensuel oblige, ce qui pour le coup est très appréciable ; 4 numéros disais-je pleins de péripéties, de mystère(s) et d’émotion, durant lesquels je ne me suis pas ennuyé une seule page, mais qui paradoxalement se concluent par une absence de conclusion.  
On est clairement dans une politique de surenchères permanente, où l’idée d’apporter des réponses aux questions posées ne semble même pas envisagée. Le Batman #23 est à ce titre exemplaire.
La collaboration de Batman avec Swamp Thing sur un whodunit, prévu au départ pour paraître en janvier 2018, est donc avancé de quelques mois. 
Très belle histoire, qui doit aussi beaucoup au talent du dessinateur Mitch Gerards (qui s’occupe aussi de l’encrage et de la colorisation), et qui se transforme en un épilogue à The Button, de l’aveu même de King, The Brave and The Mold a tout pour séduire. 
Sauf la fin de l'histoire qui – encore une fois – se termine en queue de poisson. 

Nick Spencer chez Marvel a les mêmes qualités et les mêmes défauts de Tom King. Tous les deux écrivent des arcs que j’ai plaisir à lire, mais dont les dénouements respectifs me laissent toujours sur ma faim (Voir par exemple Standoff). 
Mais, assez inexplicablement, ces déceptions ne remettent pas en cause les bons moments que je passe avec eux Et plus encore, je continue à m’intéresser à leur travail. Et à les lire !?
Secret Empire #2
La force de ces scénaristes est qu’ils sont aussi, souvent, et c’est très important, secondés par des dessinateurs hors pair.
Car lorsque ce n’est pas le cas, mon intérêt diminue de manière drastique.

Ainsi Nick Spencer vient-il d’annoncer que l’event sur lequel il travaille pour Marvel (Secret Empire) aura un numéro de plus qu’annoncé. En voyant les planches d'Andrea Sorrentino on comprend pourquoi.
Quatre cases par planches c’est en effet très peu pour faire avancer le « schmilblick », surtout vu la pauvreté des cases en question. Et dans ces moments-là la magie n’opère plus et tout le talent d'un Nick Spencer (ou d'un Tom King) n'y pourra rien.

…. Or donc, pour en revenir à The Button, ce crossover est une fort sympathique lecture, donc la concision n’est pas pour rien dans le plaisir qu’on peut y prendre, mais qui aurait gagné à avoir un dénouement plus travaillé. 
En l’état il n’est qu’une étape dans un processus, dont les mesures dilatoires trop artificielles apparaissent déjà comme la principale faiblesse ; reste à savoir ce que Geoff John & Gary Frank nous réservent avec The Doomsday Clock, la suite directe de The Button, qui devrait apporter ( ?) les réponses aux questions (instrumentalisées par une campagne de communication comme sait en fabriquer l’industrie de la BD américaine) que n’a pas manqué de soulever la bien nommée « Rebirth ».
Le tapis roulant de course, très représentatif de l'effet de surplace de The Button
Cela dit Tom King & Joshua Williamson ont fait leur part avec beaucoup de savoir-faire, King a immédiatement enchaîné avec un autre numéro de la série Batman (le #23), aussi captivant, qu’il est décevant dans sa conclusion, en une sorte de fuite en avant qui, pour l’instant, fait encore largement illusion. 

Et pas seulement en ce qui me concerne puisque DC Comics a annoncé que Tom King allait, avec Mitch Gerards, s’occuper d’une maxi-série en 12 numéros consacrée à Mister Miracle.


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…