Accéder au contenu principal

It's Full of Demons (Tom King & Tom Fowler)

.... Quiconque s'intéresse un tant soit peu à la bande dessinée américaine sait que le scénariste Tom King est un ancien de la C.I.A (dans laquelle il s'est engagé après les dramatiques événements du 11 Septembre). Après son retour à la vie civile, il a commencé à rédiger un roman qui deviendra : A Once Crowded Sky (que j'ai commencé récemment à lire), puis il est apparu dans le milieu des comics en tant que scénariste (milieu qu'il avait déjà côtoyé avant de devenir un agent de la C.I.A, en étant notamment l'assistant de Chris Claremont), et il est en passe d'en devenir l'une des vedettes actuelles.
Il est en tout cas l'un des plus intéressants.

Pas tant grâce à ses histoires, qui ne sont pas aussi captivantes que son approche formelle du storytelling, qu'il soigne particulièrement (mais elles se situent néanmoins sur le dessus du panier). Sa propension à utiliser un « gaufrier » de 9 cases est (presque) devenue sa signature (Pour en savoir + ) ; ce qui peut sembler paradoxale puisqu'elle passe par le dessin, le domaine de ses collaborateurs. Toutefois à la lecture de son roman, qui met en scène le monde des super-héros dans un monde multipolaire, et rétrospectivement en connaissant sa « signature », sa prose - à base de nombreuses répétitions - suggère elle aussi un tel découpage.

Mais avant d'exploser (sic) sur le devant de la scène mainstream de la BD U.S il a, avec Tom Fowler qui a également dessiné quelques planches pour le susdit roman (oui A Once Crowded Sky est un roman avec quelques planches de BD), publié une histoire courte parue dans le one-shot Time Warp (2013) sous le label Vertigo.

Intitulée Its' Full of Demons elle porte déjà sa signature si caractéristique en « gaufrier » .
Je me permets de vous la proposer, bonne lecture ........

  





Commentaires

  1. Tes articles sur Tom King tombent à pic. Je viens de terminer Sheriff of Babylon (Vertigo 12 épisodes) que j'ai trouvé très bon, alors qu'Omega Men ne m'avait pas entièrement convaincu, un peu comme toi. Je me suis ensuite lancé dans le tome de Batman, et ce n'est qu'en lisant tes analyses que j'ai compris et donc pu apprécier le mode narratif de Tom King. Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi amigo, de ton passage bien sûr mais aussi & surtout de tes articles qui m'en apprennent aussi beaucoup.

      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.