Accéder au contenu principal

Incognegro (Mat Johnson/Warren Pleece) Vertigo

« Je cherche à trouver les mots justes pour raconter une histoire. Ensuite, ces mots peuvent permettre d’exprimer quelque chose sur la race, ou sur l’Amérique. Et peut-être amener mes lecteurs à y réfléchir à leur tout. »  
Colson Whitehead (auteur notamment de « Underground Railroad »)

…. Quand bien même Incognegro est-il un ouvrage qui prend position, Mat Johnson n’oublie pas que la collection Vertigo – aussi sophistiquée soit-elle – propose, avant tout, des histoires.
Il ne s’agit donc pas ici d’un essai mais bien d’une fiction qui use des ressorts qu’on en attend. 

Parue sous la forme d’un graphic novel, autrement dit d’un album de bande dessinée publié d’un seul tenant, par opposition aux fascicules périodiques, système de ventes encore dominant aux U.S.A, il s’inspire de la propre imagination du scénariste, de ses propres enfants et de l’exemple de Walter Francis White.

L’Incognegro du titre est un journaliste d’investigation qui écrit – sous pseudonyme – dans les années 1930. Il use d’une particularité physiologique pour enquêter dans un domaine pour le moins sordide : la pendaison d’individus, dont le seul crime est - souvent uniquement - d’être d’une « couleur » différente de celle de leurs lyncheurs. 

Instantanée d’une époque sous couvert d’un whodunit, Mat Johnson consolide son récit avec des personnages complexes et travaillés. Malgré la gravité de son sujet, une fiction basée sur des événements qui ont réellement eu lieu mais dans des contextes différents, il réussit néanmoins à y injecter une petite, mais salutaire, dose de comédie.
D'abord envisagé en "niveaux de gris", Warren Pleece optera pour un N&B contrasté
…. Choix judicieux, à plus d’une titre, d’un noir & blanc contrasté, intelligence du découpage, expressivité des visages (qui n’a rien de fortuite), rien ne manque à Warren Pleece pour faire d’Incognegro, dont la sobriété et l’absence d’effets pour eux seuls, un moment de lecture immersif, aussi distrayant que stimulant.

_________
L'année prochaine, en 2018, paraîtra chez l'éditeur Dark Horse et sous l'égide de Karen Berger, grande prêtresse des destinées de Vertigo pendant longtemps et qui revient donc aux affaires, une prequel à l'album dont il a été question ici. (En plus d'autres titres tout aussi prometteurs sous le label « Berger Book »).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'