Accéder au contenu principal

Message from the King

.... Avec un pitch de moins de 25 mots, et un cheptel de personnages plus clichés les uns que les autres, le film du réalisateur Fabrice Du Weltz n'avait guère d'atouts à faire valoir. Sans parler du « mystère » entourant Jacob King (alias Chadwick Boseman), dont la maladresse avec laquelle il est introduit est égale à son effet.
Et pourtant, Message from the King est un film que j'ai pris beaucoup de plaisir à regarder (et dont je sais d'avance que j'en prendrai autant à le revoir).

Les acteurs principaux, Chadwick Boseman en tête, très marmoréen (si j'ose dire), incarnent avec conviction leur personnage respectif. Ils leur donnent la dimension humaine nécessaire que leur statut de stéréotype aurait pourtant tendance à gommer. 
La simplicité du récit n'est pas non plus avare d'une certaine tension, plutôt attractive, alors même que ce type de scénario a été vu et revu.
Teresa Palmer
.... Au final, un résultat très au-dessus de la somme des éléments scénaristiques qui le composent. Filmé avec quelques séquences dont la tonalité détonne - étrangement - avec la sécheresse générale de la réalisation, et qui contre toute attente - là encore - augmentent le capital sympathie de ce long-métrage. Une sorte de western contemporain, qui fait parfaitement le job.  

Commentaires

  1. J'avais été un brin déçu du déroulement classique du film tout en étant grisé par l'approche formelle déployée pour le filmage de ce Los Angeles poisseux vu à hauteur de la rue via le regard du charismatique Chadwick Boseman. Pour prolonger la vision du film, voici un entretien très intéressant du prolixe réalisateur Fabrice Du Welz qui revient en détails sur son aventure américaine (http://www.courte-focale.fr/cinema/entretiens/itv-fabrice-du-welz-message-from-the-king/) dont il livre quelques clés passionnantes, notamment dans sa collaboration avec la chef opératrice Monika Lenczewska sur l'image particulière et une post-production compliquée. J'ai été abasourdi par l'anecdote sur le choix de filmer en plan-séquence les scènes de combat qui ne sont pas visibles dans le montage final puisque la production a demandé des inserts supplémentaires pour ces séquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma journée s'ensoleille par la grâce de ta visite amigo. Merci pour ton retour sur ce film, et merci pour le lien vers l'ITW.

      En te lisant je ne peux qu'être d'accord avec toi (sauf que le déroulement classique ne m'a pas déçu).

      Vaya con Dios!!!
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Excellent film, en effet. Une série B sèche, brutale, stylisée ce qu'il faut. Je ne suis pas un fin connaisseur de la filmo de Du Welz, mais je vais me pencher sur ses œuvres que je ne connais pas encore... Et Chadwick Boseman est effectivement ultra-charismatique, et parfait dans le rôle.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…