Accéder au contenu principal

Message from the King

.... Avec un pitch de moins de 25 mots, et un cheptel de personnages plus clichés les uns que les autres, le film du réalisateur Fabrice Du Weltz n'avait guère d'atouts à faire valoir. Sans parler du « mystère » entourant Jacob King (alias Chadwick Boseman), dont la maladresse avec laquelle il est introduit est égale à son effet.
Et pourtant, Message from the King est un film que j'ai pris beaucoup de plaisir à regarder (et dont je sais d'avance que j'en prendrai autant à le revoir).

Les acteurs principaux, Chadwick Boseman en tête, très marmoréen (si j'ose dire), incarnent avec conviction leur personnage respectif. Ils leur donnent la dimension humaine nécessaire que leur statut de stéréotype aurait pourtant tendance à gommer. 
La simplicité du récit n'est pas non plus avare d'une certaine tension, plutôt attractive, alors même que ce type de scénario a été vu et revu.
Teresa Palmer
.... Au final, un résultat très au-dessus de la somme des éléments scénaristiques qui le composent. Filmé avec quelques séquences dont la tonalité détonne - étrangement - avec la sécheresse générale de la réalisation, et qui contre toute attente - là encore - augmentent le capital sympathie de ce long-métrage. Une sorte de western contemporain, qui fait parfaitement le job.  

Commentaires

  1. J'avais été un brin déçu du déroulement classique du film tout en étant grisé par l'approche formelle déployée pour le filmage de ce Los Angeles poisseux vu à hauteur de la rue via le regard du charismatique Chadwick Boseman. Pour prolonger la vision du film, voici un entretien très intéressant du prolixe réalisateur Fabrice Du Welz qui revient en détails sur son aventure américaine (http://www.courte-focale.fr/cinema/entretiens/itv-fabrice-du-welz-message-from-the-king/) dont il livre quelques clés passionnantes, notamment dans sa collaboration avec la chef opératrice Monika Lenczewska sur l'image particulière et une post-production compliquée. J'ai été abasourdi par l'anecdote sur le choix de filmer en plan-séquence les scènes de combat qui ne sont pas visibles dans le montage final puisque la production a demandé des inserts supplémentaires pour ces séquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma journée s'ensoleille par la grâce de ta visite amigo. Merci pour ton retour sur ce film, et merci pour le lien vers l'ITW.

      En te lisant je ne peux qu'être d'accord avec toi (sauf que le déroulement classique ne m'a pas déçu).

      Vaya con Dios!!!
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Excellent film, en effet. Une série B sèche, brutale, stylisée ce qu'il faut. Je ne suis pas un fin connaisseur de la filmo de Du Welz, mais je vais me pencher sur ses œuvres que je ne connais pas encore... Et Chadwick Boseman est effectivement ultra-charismatique, et parfait dans le rôle.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…