Accéder au contenu principal

The Girl with All the Gifts

« Quand le citoyen-écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : « Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? » il évite de poser cette autre question, réellement inquiétante : « À quels enfants allons-nous laisser le monde ? ». » 
Jaime Semprun

.... Si Mike Carey, scénariste surtout connu pour ses bandes dessinées (et qui adapte ici son propre roman), ne se contente pas de s'appuyer sur ce qui a déjà été fait dans ce type de film, si Colm McCarthy filme cette histoire avec un plaisir communicatif, The Girl with All the Gifts doit aussi beaucoup à sa jeune interprète Sennia Nanua ; épatante.

.... En définitive, un long-métrage dont on peut se passer d'en savoir trop avant de le voir, et qui une fois vu, laisse le formidable souvenir d'un film plein de surprises (un petit tour de force en soi) et totalement captivant.

Commentaires

  1. Citation particulièrement éclairante sur deux thématiques qui irriguent cette histoire et sont rarement mises en avant à ma connaissance dans le genre circonscris du film de zombie. Je n'ai pas lu le roman de Mike Carey mais le film qui en est tiré a beaucoup de qualités à faire valoir, que ce soit sur les variations écologiques de l'infection ou sur le questionnement de la place qu'occupe l'être humain sur notre planète. Pour un budget relativement modeste, Colm McCarthy s'en sort très bien avec une mise en scène qui sait s'adapter aux changements de tonalité et d'environnements qui parsèment le récit tout en assurant une direction d'acteurs solide au vu de l'implication des jeunes interprètes. Le dénouement étonnant achève d'en faire un film bien tenu qui laisse le spectateur à sa réflexion après le défilement du générique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.