Accéder au contenu principal

A Ghost Story [David Lowery]



     A ghost story – titre éminemment programmatique – explore le versant intimiste du film de fantôme avec un changement de perspective singulier : c’est l’errance du revenant que s’attache à dépeindre cette chronique à la dimension existentielle prononcée.

En partant de cette représentation ancrée dans l’imaginaire collectif, à savoir un spectre matérialisé par une silhouette nappée d’un drap et de deux orifices noirs pour toute expression, le réalisateur et scénariste David Lowery déploie cet observateur silencieux comme témoin du fil de l’écoulement du temps au sein de l’espace restreint à la dernière demeure du défunt où s’entremêlent diverses strates d’existences.



Le film se pare d’une langueur mélancolique qui s’insère dans la durée de longs plans séquences, l’étirement de l’instant capturant la moindre variation subtile des sentiments qui agitent les personnages ; un enlacement fatigué se mue ainsi en une discrète étreinte affectueuse le temps d’une scène où la tendresse devient palpable. Quant à la durée de moments charnières succède le défilement du quotidien puis de vécus disparates, un vertige métaphysique saisissant s’empare de l’histoire par le biais d’une mise en scène éthérée significative où chaque plan de coupe, chaque répétition au sein du cadre, chaque basculement entre champ et contre-champ, devient autant d’incursions possibles dans les méandres du temps qui passe.

     Qu’il s’agisse du filmage au format 4/3, de l’agencement effectué pour les (sur-)cadrages, de la texture sonore qui met les sens à contribution ou des compositions musicales, voire l’absence d’icelles, qui figurent les tourments intérieurs (le départ en voiture de Rooney Mara serre le cœur), l’expérimentation formelle à l’œuvre résonne d’un puissant spectre de sensations à même d’emporter le spectateur dans son sillage.

Cette expérience sensorielle aurait été totale sans ce monologue assénant sur le mode de la condescendance ce que le film s’évertue à bâtir patiemment par l’image pendant son déroulement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…