Accéder au contenu principal

Top Ten [Di Filippo/Ordway]

.... Lecteur assidu du label America's Best Comics, créé par Alan Moore et toute une flopée de dessinateurs, dont j'allais me fournir en numéros dans la boutique le Paradoxe Perdu quand elle était place Grenus (Genève), j'avais assez mystérieusement fait l'impasse sur la mini-série écrite par Paul Di Filippo et dessinée par Jerry Ordway.

Mystérieusement, car j’appréciais Di Filippo dont j'avais lu deux recueils de nouvelles (La Trilogie Steampunk et Pages perdues), et que appréciais encore plus Jerry Ordway. 

Toutefois l'arrivée de qui vous savez dans les pages de la Justice League of America, écrite par Steve Orlando, m'a donné envie de me replonger dans cet univers.
.... Dès le premier numéro, voire dès les deux premières pages Ordway & Di Filippo montrent qu'ils sont tout à fait capables de reprendre le flambeau des mains mêmes de Moore, Gene Ha & Zander Cannon. 

La multitude de personnages ne fait évidemment pas peur à ce dessinateur, dont le storytelling n'est jamais pris en défaut. Adepte d'un dessin figuratif, Jerry Ordway excelle dans le rendu des modelés, et aucune perspective ne l'effraie. Tout aussi difficile de le prendre en défaut lorsqu'il s'agit d'exprimer des émotions. Bref sûrement l'un des dessinateurs les plus complets qu'il m'ait été donné de lire. Et l'un de ceux que j'apprécie le plus (ce qui n'est pas le cas des éditeurs me semble-t-il).  
Paul Di Filippo semble quant à lui, bien avoir appris sa leçon, et s'approprie les personnages, nombreux comme il se doit pour une série qui s'inspire en partie de la série télévisée Capitaine Furillo, avec beaucoup d'aisance.
Les deux compères s'entendent, cerise sur le gâteau, à imiter l'une des particularités du Top Ten original, en citant moult personnages et références au fil des cases. 

En cela Top Ten n'est pas sans rappeler l'un des travaux les moins connus d'Alan Moore intitulé In Pictopia (Fantagraphic/1986), dans lequel, avec le concours de Don Simpson aux dessins, il imagine une ville (Pictopia) où vivent des personnages de comic strips.
.... Récapitulons, nous avons Paul Di Filippo, écrivain de SFFF qui insuffle quelques belles idées de science-fiction et invite quelques nouveaux personnages sur le devant de la scène. Et Jerry Ordway la crème de la profession, très en forme à la table à dessin.
Et pourtant, Top Ten, Beyond the Farthest Precinct achoppe à être l’histoire qu'elle aurait dû être.

De ma place de lecteur il me semble que l'editor et son assistante, respectivement Scott Dunbier (pourtant pas un novice) et Kristy Quinn, auraient dû accorder quelques numéros supplémentaires au scénariste. Si Di Filippo en plus des deux histoires principales s'attarde sur tel ou tel personnage, en apportant de belles idées - comme les Derridadaïstes dont il ne fait, finalement, pas grand chose - il peine à développer son scénario, comme certains personnages (le major Cindercott par exemple, ou encore l’adoption). 
La mini-série de cinq numéros se lit toutefois avec plaisir & beaucoup d’intérêt, mais laisse un goût d'inachevé bien trop fort ; alors même que toutes les intrigues trouvent pourtant une conclusion.
.... En conclusion, Top Ten, Beyond the Farthest Precinct reste en deçà des promesses de son titre, une situation qui aurait pu être facilement évité avec seulement quelques numéros supplémentaires.  
Dommage !

Commentaires

  1. Je viens de me refaire Top Ten récemment (les trois albums parus chez Urban) et on ne peut que regretter l'absence de cette mini-série. Même en France, il semble qu'on n'apprécie pas Jerry Ordway à sa juste valeur. Et pourtant, je ne peux qu'abonder dans ton sens, Ordway est un grand dessinateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire, je me sens moins seul, du coup.
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Effectivement, c'est un prolongement heureux et adroit des histoires de Top ten de Moore puisque les personnages continuent à évoluer avec une caractérisation adroite.

    C'est même incompréhensible que Filipo n'ait pas eu plus de comics à écrire tant il parait solide.

    Nous sommes trois !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…