Accéder au contenu principal

Batgirlisation

.... Faisant table rase du passé, Barbara Gordon alias Batgirl, amorce une nouvelle vie et déménage, dés son 35ème numéro (daté de décembre 2014) de l'ère du New 52*, dans le quartier de Burnside, sis Gotham City.
Babs Tarr, Cameron Stewart & Brenden Fletcher

Planet of the Apps

.... Lorsque Barbara Gordon s'installe dans le quartier branché de Burnside, il devient évident qu'elle renoue avec un certain art de vivre que n'aurait pas désavoué le Stan Lee des sixties, lorsque avec ses compères il inventait une nouvelle race de super-héros.
Un retour à la fac plus tard, une coloc, une soirée qui déchire, une gueule de bois et un vol d'ordinateur seront nécessaires pour qu'apparaisse, au bout de 14 pages (sur les vingt de ce trente-cinquième numéro), le célèbre alias masqué de la jeune femme, qui donne son titre à la série.
Un t-shirt estampillé "52" de circonstance

Sorte de copie pas tout à fait carbone d'un Peter Parker girly à l'heure du « big data », Barbara Gordon piège son voleur grâce à un site de rencontre en ligne.

.... Burnside n'a pas volé la hype qui l'entoure, les réputations s'y construisent à coups de selfies, et s'écroulent en moins de 140 caractères, entre un café latte soja moyen et quelques lignes de codes. La vie trépidante qu'y mène la jeune femme n'aura rien à envier à celle de son alter ego masqué. Stimulées qu'elles sont, par un cocktail aventure/humour, qui n'est pas sans rappeler celui qu'offrait André Franquin aux aventures de son groom préféré, et qui n'a toujours rien perdu de son pouvoir rafraîchissant. 
Bédé tout aussi contemporaine que ses personnages, la série éponyme offre en plus de l'immédiateté d'une divertissement qui coche toutes les bonnes les cases, de quoi nous réjouir le cortex préfrontal.
Une belle manière de nous faire partager la mémoire eidétique de Barbara
.... En effet, dès les premières pages, dessinées avec un max d'adjectifs, l'ombre portée d'un sociologue, que nous avions tous pris pour l'un des artistes les plus importants du XXème siècle, se dessine. Chose inouïe, son influence obtient une certification Y2K, avec mention.


(À suivre ....)
_____________
Le New 52 est le nom donné à l'une des nombreuses relances de son univers mainstream, par l'éditeur DC Comics. Nous sommes en ce moment-même dans une nouvelle ère, celle de la Rebirth.

Commentaires

  1. Cette première arche narrative, voguant au gré de thématiques diverses dans un périmètre circonscrit à un Burnside aux atours de "village global", est effectivement excellente à tout point de vue. Si je m'étais fait peu ou prou la même réflexion sur la filiation au Spider-man des débuts dans cette relecture astucieuse de Batgirl à l'ère des réseaux sociaux et du tout connecté, le rapprochement avec le Spirou de Franquin me semble très bien vu avec cette humeur un rien badine qui parcourt ces épisodes.

    RépondreSupprimer
  2. Des comics fun... ça existe encore. Ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben celui-là n'a pas fait l'unanimité lors de sa sortie.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…