Accéder au contenu principal

Batgirlisation

.... Faisant table rase du passé, Barbara Gordon alias Batgirl, amorce une nouvelle vie et déménage, dés son 35ème numéro (daté de décembre 2014) de l'ère du New 52*, dans le quartier de Burnside, sis Gotham City.
Babs Tarr, Cameron Stewart & Brenden Fletcher

Planet of the Apps

.... Lorsque Barbara Gordon s'installe dans le quartier branché de Burnside, il devient évident qu'elle renoue avec un certain art de vivre que n'aurait pas désavoué le Stan Lee des sixties, lorsque avec ses compères il inventait une nouvelle race de super-héros.
Un retour à la fac plus tard, une coloc, une soirée qui déchire, une gueule de bois et un vol d'ordinateur seront nécessaires pour qu'apparaisse, au bout de 14 pages (sur les vingt de ce trente-cinquième numéro), le célèbre alias masqué de la jeune femme, qui donne son titre à la série.
Un t-shirt estampillé "52" de circonstance

Sorte de copie pas tout à fait carbone d'un Peter Parker girly à l'heure du « big data », Barbara Gordon piège son voleur grâce à un site de rencontre en ligne.

.... Burnside n'a pas volé la hype qui l'entoure, les réputations s'y construisent à coups de selfies, et s'écroulent en moins de 140 caractères, entre un café latte soja moyen et quelques lignes de codes. La vie trépidante qu'y mène la jeune femme n'aura rien à envier à celle de son alter ego masqué. Stimulées qu'elles sont, par un cocktail aventure/humour, qui n'est pas sans rappeler celui qu'offrait André Franquin aux aventures de son groom préféré, et qui n'a toujours rien perdu de son pouvoir rafraîchissant. 
Bédé tout aussi contemporaine que ses personnages, la série éponyme offre en plus de l'immédiateté d'une divertissement qui coche toutes les bonnes les cases, de quoi nous réjouir le cortex préfrontal.
Une belle manière de nous faire partager la mémoire eidétique de Barbara
.... En effet, dès les premières pages, dessinées avec un max d'adjectifs, l'ombre portée d'un sociologue, que nous avions tous pris pour l'un des artistes les plus importants du XXème siècle, se dessine. Chose inouïe, son influence obtient une certification Y2K, avec mention.


(À suivre ....)
_____________
Le New 52 est le nom donné à l'une des nombreuses relances de son univers mainstream, par l'éditeur DC Comics. Nous sommes en ce moment-même dans une nouvelle ère, celle de la Rebirth.

Commentaires

  1. Cette première arche narrative, voguant au gré de thématiques diverses dans un périmètre circonscrit à un Burnside aux atours de "village global", est effectivement excellente à tout point de vue. Si je m'étais fait peu ou prou la même réflexion sur la filiation au Spider-man des débuts dans cette relecture astucieuse de Batgirl à l'ère des réseaux sociaux et du tout connecté, le rapprochement avec le Spirou de Franquin me semble très bien vu avec cette humeur un rien badine qui parcourt ces épisodes.

    RépondreSupprimer
  2. Des comics fun... ça existe encore. Ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben celui-là n'a pas fait l'unanimité lors de sa sortie.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un